Michel Levilly

De Wikimanche

Michel Levilly (1998).

Michel Levilly, né le 17 janvier 1939, est une personnalité politique de la Manche.

Biographie

Il suit ses études au lycée Le Verrier à Saint-Lô de 1951 à 1960.

Professeur de géographie, membre du PS, il est premier adjoint du maire socialiste de Saint-Lô, Bernard Dupuis de 1989 à 1995. Durant ce mandat, il préside également le district de l'agglomération saint-loise [1].

Entré en conflit avec Bernard Dupuis en 1994, il reçoit le soutien de la majorité municipale [2], et se présente en 1995 contre le maire sortant, avec la désignation officielle de son parti : il est second avec 26,43 %, derrière le gaulliste François Digard (40,50 %) mais devant Bernard Dupuis (15,26 %), et perd le second tour avec 39,41 % de suffrages [1].

Il est élu conseiller général du canton de Saint-Lô-Est en 1988. Il est réélu au second tour des cantonales de 1994, avec 56,19 % des voix face à Georges de la Loyère, trésorier de l'UDF, après être arrivé en tête du premier, avce 42,38 %, contre 4,54 % au communiste Le Cann, 10,68 % à l'écologiste Cohin, 36,54 % à La Loyère, et 5,86 % au frontiste Ménard [3].

Il est candidat à la présidence du conseil général de la Manche en 1998, récoltant 9 voix au premier tour, contre 28 à Jean-François Le Grand (RPR), élu, 14 à Michel Thoury (UDF -FD), et 1 à Fernand Le Rachinel (FN) [4].

En 2001, il est candidat à la réélection aux cantonales. Il est second au premier tour, avec 40,31 % (2 251 voix), contre 49,12 % à l'UDF Michel Lelandais, 5,87 % au communiste Boudin, et 4,69 % au frontiste Moulin. Au second tour, il est battu par l'UDF Michel Lelandais en obtenant 40,36 % des suffrages et seulement 1 802 voix [3].

Il mène également la liste de la gauche plurielle « Ensemble pour Saint-Lô » aux municipales à Saint-Lô en 2001. Sa liste n'obtient que 37,68% au premier tour face au maire sortant RPR François Digard, et il siège au conseil municipal parmi les 6 élus d'opposition [5].

En 2008, son fils, Marc Levilly, devient troisième adjoint au maire de Caen, Philippe Duron, chargé des finances [6].

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Édouard Maret, « Le duel restera historique », Ouest-France, site internet, 19 février 2001 (lire en ligne).
  2. L'Humanité, site internet, 7 octobre 1994.
  3. 3,0 et 3,1 Le Figaro, site internet .
  4. Institut catholique de Leuven (lire en ligne).
  5. Ouest-France, site internet, 22 mars 2001 (lire en ligne).
  6. « Marc Levilly, 3e adjoint, argentier et rockeur », Ouest-France, site internet, 26 mars 2008 (lire en ligne).