La Beslière

De Wikimanche

L'église de La Beslière

La Beslière est une ancienne commune de la Manche, aujourd'hui rattachée à Folligny.

  • Prononciation. — API : [bɛ'ljɛ:r]; transcription francisée : bê-lière.


Toponymie

Attestations anciennes

  • Berleria 1172 [1].
  • Berliere 1172 [2].
  • Berleria ~1210 [3].
  • Belleria 1248, 1280 [3].
  • la Belliere 1332 [4].
  • La Belliere 1351/1352 [5], 1612/1636 [6].
  • la Belliere 1648 [7].
  • La Belliere 1677 [8].
  • Belliere 1689 [9], 1694 [10], ~1700 [11].
  • La Belliere 1713 [12].
  • Beliere 1716 [13].
  • Belliere 1719 [14].
  • La Belliere 1735 [15].
  • Belliere 1758 [16], 1768 [17].
  • la Belliere 1753/1785 [18].
  • La Besliere 1793 [19].
  • La Beslière 1801 [20].
  • la Bellière 1804 [21].
  • La Bêlière-sur-Ranaise [lire Tanaise] 1828 [22].
  • La Beslière 1829 [23].
  • la Bellière 1830 [24], 1837 [25].
  • Bellières 1835/1845 [26].
  • La Beslière-sur-Thanaise 1846 [27].
  • La Beslière 1854 [28], 1878 [29], 1880 [30].
  • la Besliere 1884 [31].
  • La Beslière 1903 [32].
  • La Besliere 1954 [33].
  • La Beslière 1962 [34].
  • La-Beslière 1972 [35].
  • La Beslière 1978, 1993 [36].
  • la Beslière 2007, 2018 [37].

Étymologie

Toponyme médiéval dérivé de l'ancien français berle, belle « cresson; variété de cresson; véronique cressonnière ». L'élément -ière est ici un suffixe de présence ou suffixe collectif, d'où le sens global de « lieu où l'on trouve du cresson; cressonnière ».

Le mot berle n'est attesté que tardivement (15e s.) sous cette forme en français, mais il est nécessairement plus ancien. Il apparaît d'abord en ancien français sous la forme amuïe belle, variante dialectale de l'Ouest du mot (amuïssement de [r-] devant consonne), toujours attestée en Normandie : ancien normand besle, normand bêle (Orne) [38], bêle, beuille (région du Havre) [39], etc. Ce mot est issu du gallo-roman BERULA, d'origine gauloise, qui est également la source de l'ancien provençal berla et de l'espagnol berro « cresson ».

Le gaulois berula, qui a désigné le cresson d’eau (Sium angustifolium, Sium nodiflorum), est une forme dissimilée de °berura < celtique commun °berurā (cf. ancien irlandais biror > irlandais biolar ; gallois berwr ; breton beler « cresson »), signifiant littéralement « végétation d’eau (ou de source) », composé du radical °ber-, °bir- « eau, source ; ruisseau » (cf. ancien irlandais bir) et du suffixe collectif -urā. L’élément °ber-, °bir- est attesté dans les toponymes irlandais Birr [comté d’Offaly] et Birra [comté de Donegal] < ancien irlandais biorra « eau, cours d’eau », ainsi que « plein d’eau, marécageux » [40]. Il semble représenter le celtique commun °beru-s, dont le radical correspond à la racine indo-européenne °bʰer(u)- « source ».

Ce type toponymique médiéval se retrouve deux autres fois en tant que nom de commune en Normandie (Orne, Seine-Maritime) sous la forme La Bellière. Ce nom est également celui de très nombreux lieux-dits et noms de hameaux. Le mot gaulois berula, quant à lui, est à l'origine du type toponymique Bellou (du gallo-roman °BERULÁVU), que l'on rencontre dans le Calvados, l'Orne et l'Eure.

On remarquera que l'orthographe actuelle du nom de cette ancienne commune comporte un -s- interne d'introduction très tardive (19e siècle), qui aurait pu se justifier (en tant que signe diacritique de longueur) jusqu'au 18e siècle, mais n'a aujourd'hui plus lieu d'être. L'orthographe traditionnelle Bellière, en usage du 14e au 18e siècle, gagnerait à être restituée.

En raison de l'existence de plusieurs homonymes normands, Louis Du Bois avait proposé en 1828 [22] l'ajout du déterminant -sur-Tanaise, d'après le nom du cours d'eau arrosant la localité, la Tanaise, affluent rive droite du Thar; le cours d'eau est aujourd'hui appelé le ruisseau de Laune sur la carte IGN. Cette appellation alternative fut sporadiquement employée au 19e siècle, mais ne fut pas officialisée.

Histoire

La commune fusionne le 1er janvier 1973 avec Folligny et Le Mesnil-Drey (mise en application de l'arrêté du 20 octobre 1972).

Démographie

Sous l'Ancien régime

Sous l'Ancien régime, le dénombrement des populations se fait généralement par feux, c'est-à-dire par foyers. Le nombre de personnes habitant sous un même toit variant beaucoup suivant celui d'ascendants et d'enfants [41], ces données sont donc relatives, mais donnent néanmoins une idée de l'évolution démographique.

Depuis la Révolution

Évolution démographique depuis 1793 (Sources : Cassini [42] et INSEE [43])
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851 1856
277 323 319 266 345 354 339 343 335 342
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
307 297 273 269 251 237 216 217 224 202
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975
180 168 157 153 180 193 200 163 164 ,,,
1982 1990 1999 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012
,,, ,,, ,,, ,,, ,,, ,,, ,,, ,,,
2013 2014 2015 2016 2017 2018 2019 2020 2021 2022
De 1962 à 1999 : Population sans doubles comptes. Depuis 2006 : Population municipale.
Notice communale de La Beslière sur le site Cassini


Administration

Circonscriptions administratives avant la Révolution

Circonscriptions administratives depuis la Révolution

Les maires

Liste des maires et des maires délégués
Période Identité Parti Qualité Observations
.......-1793 Jacques Pestel
1793-1797 Étienne Gallon
1797-1798 Joseph Hubert
1798-1800 Étienne Gallon
1800-1828 Joseph Hubert
1828-1830 Pierre Fontaine
1830-1836 Magloire Hubert décédé en exercice le 17 octobre 1836
1836-1847 Désiré Lorault
1847-1870 François Trilly
1870-1879 Éloi Hédouin décédé en exercice le 28 mai 1879
1879-1897 Pierre Lhomme
1897-1904 Jean-Marie Fontaine
1904-1914 Joseph Fontaine
1914-1917 Auguste Lhotellier
1917-1935 Joseph Fontaine décédé en exercice après 31 ans de mandat[44]
1935-1946 Pierre Duval
1946-1947 Lucien Fontaine
1947-1977 Louis Porée maire délégué à compter de 1973 [45]
1977-2001 Joseph Tétrel maire délégué[45]
2001-2014 Jean-Pierre Girard maire délégué[45]
.......-actuel Yves Beuve SE maire délégué[45]
Source : liste établie par Jean Pouëssel et la mairie pour 601 communes et lieux de vie de la Manche. [46]
.


Mairie

Horaires d'ouverture
Jours Matin Après-midi Coordonnées de la mairie (Pour envoyer un mail et signaler une erreur cliquez ici)
Lundi - -
La mairie (2013)

La mairie (2013)

Adresse : Le Bourg
50320 La Beslière

Tél. 02 33 51 00 54
Fax : Pas de télécopieur
Courriel : Pas d'adresse mel
Site internet : Pas de site officiel
Commentaire :
Source : Site web de la communauté de communes (8 mai 2013)

Mardi - -
Mercredi - -
Jeudi - -
Vendredi - 13 h 30 - 15 h
Samedi - -


Religion

Circonscriptions ecclésiastiques avant la Révolution

Patronage

  • Dédicace de l'église paroissiale : Saint-Pierre.
  • Patron (présentation) : patron laïc, le seigneur du lieu; Thomas de Saint-Planchers en 1332.
  • Fête patronale : ?

Personnalités liées à la commune

Notes et références

  1. Léopold Delisle, Chronique de Robert de Torigni, abbé du Mont-Saint-Michel, A. Le Brument, Rouen; vol. II, 1873, p. 297, § XXXIII.
  2. Ibid., p. 301, § XXXIII.
  3. 3,0 et 3,1 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 78.
  4. Pouillé du Diocèse de Coutances, 1332, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 285B.
  5. Compte du Diocèse de Coutances, pour l’année 1351 ou 1352, in Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903, p. 367D.
  6. Jean Bigot sieur de Sommesnil, État des paroisses des élections de Normandie, 1612/1636 [BNF, ms. fr. 4620].
  7. « Benefices du dioceze de Coutances », p. 5, in Pouillié general contenant les benefices de l’Archevesché de Rouen […], chez Gervais Alliot, Paris, 1648.
  8. Roles par généralités et élections des paroisses de France et de leur imposition aux tailles, 1677 [BNF, cinq cents Colbert, ms. 261 f° 229 à 275].
  9. G. Mariette de La Pagerie, cartographe, Unelli, seu Veneli. Diocese de Coutances, divisé en ses quatre archidiaconés, et vint-deux doiennés ruraux avec les Isles de Iersay, Grenesey, Cers, Herms, Aurigny etc., chez N. Langlois, Paris, 1689 [BNF, collection d'Anville, cote 00261 I-IV].
  10. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  11. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  12. 12,0 et 12,1 Dénombrement des généralités de 1713 [BNF, ms. fr. 11385, f° 1 à 132].
  13. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  14. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  15. 15,0 et 15,1 Nouveau dénombrement du royaume par generalités, elections, paroisses et feux […], t. II, Impr. Pierre Prault, Paris, 1735, p. 59a.
  16. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  17. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Bretagne, Paris, 1768.
  18. Carte de Cassini.
  19. Site Cassini.
  20. Bulletin des lois de la République française, Imprimerie Nationale, Paris.
  21. Dictionnaire universel, géographique, statistique, historique et politique de la France, impr. Baudouin, libr. Laporte, vol. I (A-CNO), an XIII (1804), p. 290c.
  22. 22,0 et 22,1 Louis Du Bois, Itinéraire descriptif, historique et monumental des cinq départements de la Normandie, Mancel, Caen, 1828, p. 390.
  23. Annuaire de la Manche (1829), Statistique de l'arrondissement d'Avranches, p. 123.
  24. J. G. Masselin, Dictionnaire universel de géographie physique, commerciale, historique et politique du Monde Ancien, du Moyen Age et des Temps Modernes comparées / Dictionnaire universel de géographie, t. I, Auguste Delalain, Paris, 1830, p. 134a.
  25. Dictionnaire géographique universel ou description de tous les lieux du globe sous le rapport de la géographie physique et politique, de l’histoire, de la statistique, du commerce, de l’industrie, etc., etc., Sociétés de Paris, Londres et Bruxelles pour les publications littéraires, Bruxelles, 1837, t. I, p. 308a.
  26. cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  27. Édouard Le Héricher, Avranchin monumental et historique, éd. E. Tostain (et H. Tribouillard), Avranches, vol. II, 1846, p. 11.
  28. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  29. Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 279.
  30. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 52b.
  31. E.-A. Pigeon, Carte du diocèse d’Avranches, A. Herluison, Orléans, 1884 [BNF, GED-1158].
  32. Auguste Longnon, Pouillés de la Province de Rouen, Recueil des Historiens de France, Paris, 1903.
  33. Nomenclature des hameaux, écarts et lieux-dits de la Manche, INSEE, 1954.
  34. Atlas de Normandie, Caen, 1962.
  35. Anne Vallez, Pierre Gouhier, Jean-Marie Vallez, Atlas Historique de Normandie II (économie, institutions, comportements), Université de Caen, Caen, 1972.
  36. Annuaire officiel des abonnés au téléphone.
  37. Carte IGN au 1 : 25 000.
  38. Charles Vérel, Le bréviaire des Normands, Alençon, 1910, p. 124.
  39. Abbé C. Maze, Étude sur le langage de la banlieue du Hâvre, Le Havre, 1903, p. 119.
  40. Jules Vendryes, Lexique Étymologique de l’Irlandais Ancien, Dublin Institute for Advances Studies, Dublin, 1959-…, réédition 1981-… (complétée par E. Bachellery et Pierre-Yves Lambert), p. B-52.
  41. Une moyenne de 5 à 6 personnes semble cependant le chiffre le plus vraisemblable.
  42. Population avant le recensement de 1962
  43. INSEE : Population depuis le recensement de 1962
  44. « Les obsèques de M. Fontaine, maire de La Beslière », L'Ouest-Éclair, 15 mai 1935. (lire en ligne)
  45. 45,0 45,1 45,2 et 45,3 Fusion de La Beslière et de Folligny
  46. « 601 communes et lieux de vie de la Manche », René Gautier et 54 correspondants, éd. Eurocibles, 2014, p. 271