Ferme-musée du Cotentin

De Wikimanche

La ferme-musée du Cotentin

La ferme-musée du Cotentin de Sainte-Mère-Église propose de découvrir l’histoire du monde rural et agricole de Normandie.

La ferme de Beauvais

La ferme-musée du Cotentin de Sainte-Mère-Église se situe dans le Plain, pays d’élevage de chevaux et de la race bovine normande. Dès le XVIIe siècle, sur ces terres généreuses, on engraisse les bœufs maigres achetés dans d’autres régions. A partir du XIXe siècle, les bovins sont élevés de plus en plus pour le lait. Rapidement, les labours cèdent la place aux herbages et les premières laiteries industrielles font leur apparition. Témoin de cette spécialisation agricole, la Ferme-Musée du Cotentin est installée dans les bâtiments de la ferme de Beauvais.

L’histoire de la ferme de Beauvais remonte à la fin du XVIe siècle. Elle appartient successivement à de riches familles locales. L’un des propriétaires, le Sieur Beauvais, qui habite la ferme au début du XVIIIe siècle, lui donne son nom. Exploitée jusqu’en 1976, cette ferme-manoir à l’architecture imposante appartient aujourd’hui au Conseil général de la Manche qui en assure la conservation, la gestion et l’animation dans le cadre du réseau départemental des sites et musées de la Manche.

Visite

En 1979, la ferme devient un musée. Bâti autour d’une vaste cour, cet ensemble architectural abrite une collection d’outils, de machines de meubles et d’autres objets évoquant le travail agricole et la vie rurale, du XIXe siècle à nos jours.

L’écurie, le pressoir, la laiterie, la laverie ou encore la salle commune permettent d’imaginer les conditions de vie rurale il y a près de cent ans. Toutes les dépendances ont été conservées, comme la boulangerie, qui reprend du service lors de certaines animations, ou la charreterie. Une collection de charrettes, de machines agricoles et de tracteurs retrace les étapes de la mécanisation et de la motorisation de l’agriculture. Dans la basse-cour, on découvre la diversité des races locales : lapin blanc de Hotot, lapin normand, oie normande, poule cotentine, canard de Rouen et canard de Duclair ; dans les parcs, les ânes du Cotentin, les moutons Roussins de la Hague et Cotentin. La promenade se prolonge dans le potager et les vergers conservatoires de pommiers et de poiriers.

Une exposition permanente « Y'a pus d'saisons! » évoque à travers un film accompagné d'images d'archives et de témoignages sonores, l'agriculture locale avant l'arrivée du tracteur.

En 2006, le public découvre une nouvelle exposition permanente : « Quand la Normandie devint verte ! De l'élevage laitier au commerce du beurre » traitant notamment du « couchage en herbe », révolution agricole qui permet le développement de l'élevage laitier, parallèlement à celui du chemin de fer[1].

Des expositions ayant trait à l'agriculture normande sont régulièrement présentées. À titre d'exemples, la ferme-musée propose en 2015 les expositions temporaires « Histoire du cheval de trait de Normandie » et « Les femmes et l'agriculture normande en un siècle »[2].

Fréquentation

2014 ' '
Visiteurs 11 869
« Fréquentation des musées », Patrimostat, Direction générale des patrimoines, Département de la politique des publics.

Galerie de photos

Notes et références

  1. Réseau des sites et musées du département de la Manche, Guide des expositions, saison 2006.
  2. Patrimoine normand, n° 93, avril 2015.

Lien interne

Liens externes