Différences entre versions de « Edmond Laquère »

De Wikimanche

(Création)
 
m (lien)
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
'''Edmond Laquère''', {{date décès|30|10|1971|Pontorson}}<ref name = OF>« Cela s'est passé un 20 août : De Gaulle à Avranches », ''Ouest-France'', site internet, 20 août 2014.</ref>, est une personnalité politique de la [[Manche]], vétérinaire de profession.
 
'''Edmond Laquère''', {{date décès|30|10|1971|Pontorson}}<ref name = OF>« Cela s'est passé un 20 août : De Gaulle à Avranches », ''Ouest-France'', site internet, 20 août 2014.</ref>, est une personnalité politique de la [[Manche]], vétérinaire de profession.
  
Le gouvernement provisoire le nomme maire délégué d'Avranches en [[1944]], poste qu'il occupe jusqu'aux [[Élections municipales de 1945 dans la Manche|élections municipales de 1945]] où [[Victor Bindel]] lui succède.
+
Le gouvernement provisoire le nomme maire délégué d'[[Avranches]] en [[1944]], poste qu'il occupe jusqu'aux [[Élections municipales de 1945 dans la Manche|élections municipales de 1945]] où [[Victor Bindel]] lui succède.
  
 
Le [[20 août]] [[1944]], il reçoit le [[Charles de Gaulle et la Manche|général de Gaulle]] à l'[[hôtel de ville d'Avranches]]<ref name = OF/>.
 
Le [[20 août]] [[1944]], il reçoit le [[Charles de Gaulle et la Manche|général de Gaulle]] à l'[[hôtel de ville d'Avranches]]<ref name = OF/>.

Version du 14 novembre 2020 à 19:25

À la droite de Charles de Gaulle,
le 20 août 1944.

Edmond Laquère, mort à Pontorson le 30 octobre 1971[1], est une personnalité politique de la Manche, vétérinaire de profession.

Le gouvernement provisoire le nomme maire délégué d'Avranches en 1944, poste qu'il occupe jusqu'aux élections municipales de 1945Victor Bindel lui succède.

Le 20 août 1944, il reçoit le général de Gaulle à l'hôtel de ville d'Avranches[1].

Le 26 octobre 1944, lors d'un conseil municipal, il rend hommage à « l'énorme travail accompli par Léon Jozeau-Marigné dans les moments et les conditions les plus dificiles » [2].

« Il laisse dans la mémoire de beaucoup d'Avranchinais le souvenir d'un homme profondément bon et qui s'est révélé discrètement actif auprès de la population durant la guerre. »[1]

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 « Cela s'est passé un 20 août : De Gaulle à Avranches », Ouest-France, site internet, 20 août 2014.
  2. Michel Boivin, Léon-Jozeau-Marigné. Le notable de province, éd. Paradigme, Caen, 1990, p.21