Marcel Bodin

De Wikimanche

Marcel Frédéric Louis Bodin, né à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 2 décembre 1893 et mort dans la même commune le 5 décembre 1971 [1], est une personnalité remarquable de la Manche, « Juste parmi les Nations ».

Biographie

Marcel Bodin est le fils de Frédéric Bodin et Marie Jouenne [2]. Il épouse à Virey en 1921, Angèle Lecapitaine [3]

Le 12 juin 1918, au combat, il est intoxiqué par obus et reste néanmoins à son poste de combat à partir duquel il contribue par des tirs efficaces à infliger des pertes à un groupe de mitrailleurs allemands [2]. Il est paralysé de la taille aux pieds suite aux blessures survenues pendant la Première Guerre mondiale.

Marcel et Angèle Bodin, par l'intermédiaire de la Croix-Rouge, acceptent d’héberger Louis Gans un enfant juif dans la détresse, sa sœur Branca, rebaptisée Bertille, est conduite au domicile de Marie-Thérèse et Armand Piel .

Distinction

  • Titulaire de la Croix de Guerre (1918) [2]

Hommage

Le 3 mai 2009, l’Institut Yad Vashem de Jérusalem lui décerne, à titre posthume, le titre de « Juste parmi les Nations » ainsi qu'à son épouse Angèle.

Notes et références

  1. « Acte de décès n° 55 - État-civil de Saint-Hilaire-du-Harcouët - Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 1971.
  2. 2,0 2,1 et 2,2 « Matricule au recrutement n° 266 », Archives de la Manche, recrutement militaire de la circonscription de Granville, registre des matricules (classe 1913), 1 R 2/156 n° 1 à 500, page 245 et 246/447.
  3. « Publication de mariage - Saint-Hilaire-du-Harcouët », L'Ouest-Éclair, 18 janvier 1921.

Lien externe