Lucien Gibert

De Wikimanche

Lucien Gibert, né à Équeurdreville le 25 mars 1888, mort à Montbeton (Tarn-et-Garonne) le 21 mai 1968, est une personnalité catholique de la Manche.

Le premier dictionnaire de la Mandchourie

Troisième des onze enfants d’un premier-maître infirmier qui demeure à Équeurdreville, Lucien Gibert désire très tôt être prêtre et missionnaire [1]. Cette vocation surprend son entourage car l’enfant, quoique élève brillant, se montre fort espiègle et assez indiscipliné [1]. Pour avoir brocardé et caricaturé ses professeurs, il est d’abord renvoyé du collège diocésain de Valognes [1]. Cet incident ne l’empêche pas d’entrer ensuite au séminaire des Missions étrangères à Bièvres et à Paris, rue du Bac [1]. Ordonné prêtre en 1913, il prend immédiatement la direction de la Mandchourie [1]. Il va rester près de quarante ans dans ce lointain pays inconnu.

Le missionnaire équeurdrevillais, dont le souvenir semble complètement effacé dans sa paroisse natale, est curé, professeur de séminaire et chancelier de l’évêché de Kirin [1]. Il s’attache profondément au peuple mandchou dont il entreprend dès son arrivée d’étudier les coutumes, la langue et l’histoire [1]. En 1935, Lucien Gibert publie le premier Dictionnaire historique et géographique de la Mandchourie. Puis, après avoir traversé nombre d’épisodes tumultueux de l’histoire de son pays d’adoption, il est arrêté par les communistes en 1951 [1]. Après quelques mois de prison, il est expulsé.

De retour en France, il réside à Lisieux (Calvados) et à Lille (Nord), où il se consacre au soutien des chrétientés lointaines et à l’écriture [1]. Il fait ainsi plusieurs relations de voyages et rédige un gros volume consacré au bienheureux Lanchon, martyr de la Révolution, originaire des Pieux [1].

Bibliographie

  • « Un prêtre heureux, le Père Lucien Gibert », Semaine religieuse de Coutances et d'Avranches, n° 42, 1968, p. 668-670

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 1,7 1,8 et 1,9 Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 3, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier.

Article connexe