Alexis Salatko

De Wikimanche

Alexis Wladimir Marie Salatko-Petryszcze, né à Suresnes (Hauts-de-Seine) le 1er janvier 1959, est un écrivain de la Manche.

Biographie

Originaire d'Ukraine, petit-fils d'un pianiste russe émigré en France après la Révolution russe et employé comme chimiste aux Usines Pathé Marconi de Chatou, Alexis Salatko naît à Surennes et débute sa vie à Chatou. Il arrive à Cherbourg à 5 ans lorsque son père, médecin, y ouvre un cabinet.

Il est l'auteur de plusieurs ouvrages, romans et biographies romancées parmi lesquels Milledgeville, sanctuaire des oiseaux et des fous, une autobiographie imaginée de Flannery O'Connor. Son roman La Fille qui hurle sur l'affiche a été salué par la presse et le public.

Cherbourg et en particulier la gare maritime ont souvent servi de décor à ses romans. Ainsi, dans Un fauteuil au bord du vide en 2007, il retrace de façon romancée son enfance et son adolescence à Cherbourg, rebaptisé « Pébroque city ».

Il est scénariste et co-scénariste de fictions pour la télévision et le cinéma avec Roman Polanski et Didier Decoin.

Alexis Salatko a obtenu en 2006 le prix littéraire du Cotentin pour son livre Horowitz et mon père.

Alexis Salatko et Cherbourg

  • « Cherbourg est mon port d'attache J'y ai passé toute mon enfance, j'y ai appris à rêver, alors forcément, cette ville me colle à la peau. » (...) C'est une ville dure. (...) Le climat dominant est le crachin, ce soleil qui mouille. Cherbourg a une sacrée gueule d'atmosphère avec ses quais, des docks, sa criée. Ses odeurs aussi. Poisson. Goudron. On se croirait dans un roman de Simenon ou de Mac Orlan. (...) Avec sa façade immuable, farouchement attachée à son passé maritime et ouvrier, [Cherbourg] ne cherche pas à séduire l'étranger et elle se laisse peu influencer par les courants et les modes. Si la ville a changé, ses habitants ont gardé le même esprit insulaire, presque séparatiste. Leur devise pourrait être "entre nous" » [1].
  • « (...) Mes parents vivent à Cherbourg, au cœur du quartier des Pilotes, derrière la gare maritime, où j'ai passé mon enfance et mon adolescence. Je reviens les voir, pas assez souvent à leur goût, mais toujours avec bonheur, le bonheur d'Ulysse retrouvant son île et son royaume après un long voyage (...) [Cherbourg] est un lieu attachant, mais pas au sens où on l'entend communément. Si charme il y a, c'est un charme un peu ensorcelé, une sorte de philtre répandu dans l'air marin, qui vous enchaîne au port. J'ai inhalé cette drogue dure étant petit et l'éloignement ne suffit pas à me guérir de l'accoutumance... Et puis comment résister au chant des sirènes des grands paquebots qui dorment sous l'eau : appel envoûtant des abysses, cloche fêlée de l'Atlantide, écho d'un âge d'or pas si lointain. (...) Cherbourg m'a toujours semblé le lieu d'inspiration par excellence, un formidable tremplin pour l'imaginaire justement parce qu'il n'y avait rien ou disons plus rien de ce qui en faisait la "puissance et la gloire", je veux parler de cette féérie qui régnait dans ce port quelques années avant que mon père, médecin, vienne y accrocher sa plaque de capitaine du cœur et des vaisseaux sanguins... » [2].

Ouvrages

  • Le Tigre d'écume, éd. Gallimard, 1981
  • Le Couturier de Zvisla, Presses de la Renaissance, 1984
  • S'il pleut il pleuvra, Presses de la Renaissance, 1987
  • Vingt-deux nuances de gris, Presses de la Renaissance, 1990
  • Bill et Bela, Presses de la Renaissance, 1993
  • Notre Dame des Queens, éd. Isoète, 1995
  • Mauve Haviland, Le Seuil, 2000
  • Rêves d'escales, escales de rêve, éd. Isoète, 2002
  • Tube, éd. Isoète, 2003
  • La Fille qui hurle sur l'affiche, éd. Gallimard, 2003
  • Milledgeville, sanctuaire des oiseaux, éd. Fayard, 2004
  • Horowitz et mon père, éd. Fayard, 2006 (prix littéraire du Cotentin, prix Jean Freustié 2006, prix littéraire de la Ville de Caen, Prix Saint-Emilion).
  • China et la grande fabrique, éd. Fayard, 2008
  • Un fauteuil au bord du vide, éd. Fayard, 2007 (médaille de bronze du prix François Mauriac de l'Académie française 2007, Prix de la Reine Mathilde)
  • Celine band's, éd. Robert Laffont, 2011
  • Le Parieur, éd. Fayard, 2012
  • Folles de Django, éd. Robert Laffont, 2013

Notes et références

  1. Hugues Derouard, « Détours en France, n° 143, mai 2010, p. 47.
  2. Livre / échange, n° 47, juillet 2009.

Lien externe