Mont Blanc

De Wikimanche

Chef-du-Pont - Mont-Blanc 2.JPG
Chef-du-Pont - Mont-Blanc 1.JPG

Mont Blanc SAS est une entreprise agro-alimentaire de la Manche, localisée à Chef-du-Pont.

Son usine y produit les crèmes dessert Mont Blanc et le lait concentré Gloria.

Histoire

La Grande compagnie laitière et industrielle de Normandie (GCLIN, puis CLIN) est créée en 1907 par le suédois Lardun. Elle produit du beurre, du fromage et de la poudre de lait [1].

Après un premier essai de fabrication en 1936 [1], la crème dessert (terme qui n'apparaît qu'en 1962), devient en 1952 le produit principal qui sort de l'usine sous la marque Mont Blanc [2],[3]. L'usine emploie 380 salariés [1].

L'entreprise passe en 1964 sous le contrôle de Henri Claudel et le groupe suisse Oursina, qui robotise la chaine de fabrication [1]. En 1967, la marque lance son conditionnement phare, la boîte métallique familiale de 510 g [3].

La marque est rachetée par Nestlé en 1973 et développe de nouveaux produits comme le riz au lait.

En 1999, Nestlé ralentit son effort publicitaire en faveur de Mont Blanc estimant que cet investissement n'est plus « stratégique » [4]. Les ventes chutent de 11 % en trois ans [4].

En 2003, Nestlé met en vente l'entreprise, qui est rachetée en juillet par le fonds d'investissement Activa Capital : Michel Larroche, ancien directeur général de Heinz, devient président de la société [5]. Les 161 salariés produisent alors 17 000 tonnes de desserts lactés sous les marques Mont Blanc, La Laitière, Gloria [6].

Mont Blanc accroît son offre par le rachat à Nestlé en 2005 de la marque de lait concentré non sucré Gloria, qu'elle produit également à Chef-du-Pont. Activa Capital organise un rapprochement avec Materne, société achetée en décembre 2006 à Lion Capital [5].

En 2005, l'entreprise collecte 40 millions de litres de lait auprès des 140 producteurs proches de l'usine, dont 12 millions de litres étaient revendus. L'usine produisant 23 000 tonnes, dont 13 800 tonnes de crème Mont Blanc, les 10 autres tonnes étant du lait Gloria et des produits vendus sous marques distributeurs.

En 2006, naissance du groupe Mont Blanc Materne (MOM).

La relance est réussie. Depuis la reprise, les ventes ont augmenté de 25 % et le chiffre d'affaires passe de 52 millions d'euros en 2002 à 78 millions d'euros [4].

Le 20 décembre 2010, Activa Capital vend le groupe Materne-Mont Blanc à LBO France pour 190 millions d'euros [7]. L'usine Mont Blanc de Chef-du-Pont emploie 165 personnes et une trentaine de temporaires [8].

En 2011, 25 000 tonnes de produits Mont Blanc sortent de l'usine, qui emploie 166 personnes [9].

En 2012, l'usine collecte son lait frais entier auprès de 85 producteurs, dans un rayon de 30 km [9]. L'entreprise a la particularité de fabriquer elle-même sur place ses emballages dans sa propre ferblanterie, soit 15 millions de boites par an pour le format familial de 570 g [9].

En 2012, alors qu'elle fête ses soixante ans, la crème Mont Blanc est proposée sous douze variétés, en boite et en gourde [10].

Fin 2016, le groupe Bel rachète 65 % du capital [11]. Après avoir investi dans l'agrandissement de ses bâtiments et de nouvelles chaînes de conditionnement, l'entreprise met l'accent sur les « Gogo squeeze yaourts », produits innovants qu'elle exporte aux États-Unis[12]. L'entreprise collecte 30 millions de litres de lait dans un rayon de 30 kilomètres auprès d'une soixantaine de producteurs [11].

Le 19 juillet 2019, vers 4 h du matin, une cuve de détergent explose, entraînant la projection de produits chimiques sur une zone étendue [13].

Chiffre d'affaires

Son chiffre d'affaires est de 50,1 millions d'euros en 2018 (200 M€ en 2012 [14], 175 M€ en 2009 [5]).

Effectifs

  • 154 salariés en 2009 <ref>Ouest-France, site internet, consulté le 21 septembre 2010.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 « Laiterie Mont Blanc », site internet de la commune de Chef-du-Pont (lire en ligne)..
  2. La marque Mont Blanc est née en 1917 à Rumilly (Haute-Savoie), pour la commercialisation de lait concentré et de Tonimalt
  3. 3,0 et 3,1 « Mont Blanc hier », site internet de Mont Blanc (lire en ligne).
  4. 4,0 4,1 et 4,2 « La crème Mont Blanc revient au sommet », Revue PME, n° 29, mars-avril 2007 (lire en ligne).
  5. 5,0 5,1 et 5,2 activacapital.com, consulté le 26 juin 2011 (lire en ligne).
  6. « La reprise retardée », L'Usine nouvelle, n° 2859, 20 février 2003 (lire en ligne).
  7. ibofrance.com, consulté le 26 juin 2011 (lire en ligne).
  8. « Six médailles du travail à l'usine Mont Blanc », Ouest-France, site internet, 21 mai 2011 (lire en ligne).
  9. 9,0 9,1 et 9,2 « Le crème Mont Blanc, 60 ans, et toujours dans l'air du temps... », Manche Mag', n° 29, mai 2012.
  10. « À 60 ans, la crème dessert Mont Blanc regarde l'avenir », Dimanche Ouest-France, 24 juin 2012.
  11. 11,0 et 11,1 Guillaume Le Du, « Mont Blanc joue la carte Bel », Ouest-France, 17-18 février 2018.
  12. « Les produits Mont-Blanc à la conquête du monde », Ouest-France, 11 octobre 2016.
  13. « Une cuve de détergent explose à l'usine Mont Blanc de Chef-du-Pont », La Manche Libre, site internet, 20 juillet 2019.
  14. Guillaume Le Du, « Montblanc : la crème dessert made in Chef-du-Pont », Ouest-France, 20-21 avril 2013.