Liste des maires d'Avranches

De Wikimanche

Liste des maires d'Avranches avant la Révolution.

Sous l’Ancien Régime

Chronologie des 18 maires en la ville communauté et bourgeoisie d’Avranches sous l’Ancien Régime[1]
Maires d'Avranches sous l'Ancien Régime
Période Identité Mandat Qualité
1642-1657 Messire Gilles Vivien, écuyer, seigneur de la Champagne (c.1590-1657) « maire-né » lieutenant général du bailliage (env. 50 ans)
1657-août 1692 Messire René Vivien, écuyer, seigneur de la Champagne (1628-1693) « maire-né » lieutenant général du bailliage (29 ans)
Août 1692–1697 Me Gédéon Trochon, écuyer, sieur des Landelles (c.1655-1697) Maire par office élu, décédé en fonction
1697–juin 1716 Me Jean Trochon sieur de Chasné maire par office président de l’élection
Juin 1716-mars 1719 Me Jean Angot, écuyer, sieur du Potrel (1642-1719) « maire-né » par intérim lieutenant général du bailliage. Intérim de Me Gilles Vivien de la Champagne, (74 ans), décédé en fonction.
Mars 1719-novembre 1742 Messire Jean-René Vivien, écuyer, seigneur de la Champagne (1690-1761) maire-né lieutenant général du bailliage
Juin 1734-mars 1738 Me René Marie Le Masson, sieur de la Mazurie Maire président de l’élection d’Avranches. Nommé, n’exerça pas.
Mars 1738-septembre 1740 Roger Bétille Maire assesseur au bailliage, maire élu qui n’exerça pas
Novembre 1742-janvier 1746 Louis-Joseph Olivier, sieur de Préciaux Maire commissaire enquêteur du bailliage. él
Janvier 1746-mars 1749 Me René Marie Le Masson, sieur de la Mazurie président de l’élection d’Avranches, maire élu (45 ans)
Mars 1749-mai 1758 Nicolas-Robert Guellet, sieur de la Bréardière (c.1700-c.1795) lieutenant particulier assesseur criminel du bailliage, maire élu (env. 50 ans), réélu en Avril 1752 et mars 1755.
Mai 1758–mars 1759 René Le Harivel sieur d’Aussais (1699-1773) avocat du roi au bailliage, maire nommé, démis un an plus tard (env. 60 ans).
Avril 1759-mars 1762 Jean-Aubin-Hervé Lottin, sieur de Beauvallon avocat du roi au bailliage, maire élu (61ans)
Mars 1762-janvier 1768 Me Louis-Ambroise Provost de la Fardinière (1732-1801) avocat du roi au bailliage, maire élu (29 ans), réélu en mars 1765, démissionnaire en 1768.
Janvier 1768-août 1768 Abbé Charles-Colin de Contrisson grand doyen du chapitre, maire élu, démis six mois plus tard.
Septembre 1768-décembre 1771 Jean-Baptiste Guitton, seigneur des Haies-de-Terre assesseur au bailliage, maire élu, réélu en novembre 1771, démissionnaire un mois plus tard
Janvier 1772 Nicolas-Robert Guellet sieur de la Bréardière lieutenant particulier assesseur criminel du bailliage, maire élu qui n’exerça pas (env. 70 ans).
Janvier 1772-juin 1773 vacance de maire,
intérim de Me Pierre-René Ferrey sieur de Montitier
lieutenant particulier civil et criminel du bailliage (37 ans)
Juillet 1773-février 1782 Nicolas Pierre Le Sourd, sieur de l’Aiglerie (c.1713-1776) assesseur au bailliage, maire nommé (env. 70 ans), reconduit en juin 1776 et juillet 1779, décédé en fonction.
Mars 1782-mai 1786 Jean-Hervé-Antoine Lottin, sieur du Tertre avocat du roi au bailliage, maire élu (35 ans).
Mai 1786-septembre 1787 Claude-Joseph Meslé, sieur de la Bretêche (1713-1787) subdélégué en l’élection, maire élu (73 ans), décédé en fonction.
Octobre 1787-juin 1790 Me Jean-Victor Tesnière, sieur de Brémesnil (1763-1811) élu en l’élection, lieutenant général du bailliage, maire élu (24 ans), baron de Brémesnil (anobli en 1809).

Nota : l’âge mentionné se réfère à l’entrée dans la fonction de maire. La liste dénombre près de vingt-huit mandats honorés par dix-huit maires en exercice ; elle a été reconstituée à partir des sources originales et des correspondances des subdélégués, des maires, des intendants et des ministres au XVIIIe siècle.

Dans la tourmente révolutionnaire
Les maires d’Avranches dans la tourmente révolutionnaire[1]

Félix Jourdan précise que les anciennes institutions d’Avranches ont été abolies en 1790. Une assemblée des électeurs fut créée pour élire les titulaires à toutes les fonctions administratives ; elle comprenait le maire, les notables de la ville, les gardes nationaux en armes, ainsi que le conseil général de la commune.
Le maire de Brémesnil fut élu président du département, et l’agriculteur Théault des Orgeries président du district. Les juges élus pour le tribunal correctionnel ont été Morin l’aîné, élu président, Le Court Cantilly, Cochery, Rioult de Montbray ; les juges de paix élus ont été Louiche, Provost (Louis-Ambroise, l’ancien maire), Beaumont, Vivien (probablement l’un des fils du dernier lieutenant-général), Dubuisson (Boessel, conseiller du roi au bailliage), et du Bouillon.
Dans le désordre qui régnait les maires se succédèrent rapidement, certains étant déchu le lendemain même de leur nomination. A. Osmond en donne la liste suivante que nous reproduisons sous toute réserve :

  1. Février-juin 1790, Jean-Victor Tesnière de Brémesnil, écuyer, maire sortant, dernier lieutenant-général du bailliage, réélu maire le 4 février 1790, démissionna le 27 juin 1790.
  2. Juin 1790, Guillaume-Jean Auvray de Beaurepaire, âgé de 61 ans, procureur syndic de la ville depuis 1786, ancien député de la bourgeoisie de Ponts, subdélégué d’Avranches depuis avril 1789, fut élu maire en juin 1790 et démissionna aussitôt.
  3. Juin-octobre 1790, Petit, receveur des finances, élu maire le 27 juin 1790, démissionna en octobre.
  4. L. Provost de la Fardinière, maire
  5. Octobre 1790-février 1791, Louis-Gabriel Boessel du Buisson, âgé de 26 ans, conseiller du roi au bailliage, élu maire d'Avranches le 14 décembre 1790, démissionna le 14 février 1791.
  6. Février 1791, Le Chevalier, probablement notaire, élu le 14 février 1791, démissionna le lendemain.
  7. Février-novembre 1791, Joseph Frain, âgé de 33 ans, avocat, élu le 15 février, démissionna le 13 novembre 1791. Il devint baron d’Empire, on en reparlera plus loin.
  8. Novembre-décembre 1791, Louis-Julien Guérin, médecin, élu le 13 novembre, démissionna le 16 décembre.
  9. Décembre 1791-1793, le citoyen Félix Ébrard fut élu maire le 16 décembre 1791 ; les officiers municipaux qui l’assistaient étaient les citoyens Fleury, Guérin, ancien maire, Burdelot (probablement Jacques-Michel, l’ancien greffier du bailliage), Frault, Varron, Dodeman, Le Hupp, et Porée, procureur de la commune.
  10. 1792, du Becquet, ex-assesseur au bailliage, quitta la fonction de maire d'Avranches peu de temps après son élection.
  11. An II, il n’y a plus de maire à Avranches au temps de la Convention. Le citoyen Isaac Heudrière était président de la municipalité, sous l’autorité dictatoriale de Le Carpentier, ancien huissier surnommé « le bourreau de la Manche », qui était alors le tout puissant représentant du peuple détaché par la Convention à Avranches pour y appliquer le « régime de la Terreur ».
  12. An II-an III, le citoyen Morin (probablement François Morin l’aîné cité plus haut) fut président de la municipalité.
  13. An III-an III, un citoyen Olivier fut un temps président de la municipalité.
  14. An III-an IV, Jean Rioult de Montbray fut un temps président de la municipalité, puis président du tribunal correctionnel du district d’Avranches en pluviôse an IV.
  15. An IV, citoyen Bournhonet, président de la municipalité, assisté des citoyens Flers et La Vallée.
  16. An IV-an V, Lemoyne a été un temps président de la municipalité, assisté des citoyens Gauchet, Fleury, Millet, Ebrard, officiers municipaux.
  17. An V, François Pierre Lefresne, Allain Fleury et le citoyen Hullin sont également cités.
  18. An V-an VI, Louis Blondel du Clis a été élu président de la municipalité après la Terreur ; les administrateurs municipaux ont été les citoyens Pinel, Frault, Lemoyne, Beaubigny ; ils acquirent de nombreux biens nationaux pour leur compte. Le même Louis Blondel fut de nouveau nommé maire d’Avranches en 1811 sous Napoléon après le décès du baron de Brémesnil.
  19. An VI-an VII, Pierre Pinel, maire.
  20. An VII-an VIII, citoyen Burdelot (probablement Jacques Michel), maire.
Sous l'Empire
Les maires d’Avranches sous l’Empire[1]
  1. Pierre Louis Pinel, né à Saint-James (1761-1838), est maire d’Avranches entre 1800 et 1802 sous le Consulat. Ancien administrateur du district d’Avranches, il est député de la Convention entre 1792 et l’an IV et vote la mort du roi ; converti au Directoire, membre du Conseil des Cinq-Cents (1795-1799), il rachète l’ancien Doyenné d'Avranches en germinal an IV et devient maire d’Avranches le 21 germinal an VIII (1800), conseiller général de la Manche, puis député à la Chambre des Cent Jours (1815).
  2. 1800-1807 : Jean Victor Césaire Tesnière, baron de Brémesnil, ancien maire et dernier lieutenant-général du bailliage, a été nommé à son tour maire d’Avranches en 1802 par Napoléon. Il se démet en 1808 ; il a pour premier adjoint le notaire Duhamel. Membre du Corps législatif et président du département de la Manche, il est élevé à la dignité de baron d’Empire en 1809, avant de mourir en 1811.
  3. Louis Blondel du Clis, déjà cité plus haut en l’an VI sous le Directoire, lui succède en 1808 comme maire d'Avranches ; il se démet deux ans plus tard en 1810.
  4. Jean-Auguste Belle-Étoile du Mottet, vice-président du district d'Avranches auprès du président Théault des Orgeries, est alors nommé par l'empereur maire d'Avranches en 1811 ; il l’est encore à la chute de l'Empire, et reste en fonction jusqu’en 1830 à la chute de Charles X, après un court intermède de Joseph Frain en 1815 durant les Cent-Jours.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Romain Provost de La Fardinière, Avranches et ses Maires au XVIIIe siècle, ou L’évolution de la pensée politique et sociale en province au siècle des Lumières, dans la Revue de l’Avranchin et du Pays de Granville, t. 82, septembre 2005, p. 215-388.