Laurent Clément

De Wikimanche

Laurent Clément, né à Bréhal le 27 juillet 1921 et décédé à Versailles (Yvelines) le 28 janvier 2004, est une personnalité politique de la Manche.

Le procès de Nuremberg pour première mission

Laurent Clément a fait ses études à Bréhal puis au lycée de Coutances. Licencié en droit, il est diplômé de l’École libre des sciences politiques.

Son premier poste sera, de 1945 à 1947, une mission au Tribunal militaire international de Nuremberg avant d’être nommé chef de cabinet du préfet de la Manche à Coutances, en juillet 1947, où il aura en charge le difficile dossier de la Reconstruction.

Après les préfectures de l’Yonne et de la Marne, il est chargé de mission de 1953 à 1954 au ministère de l’Intérieur, dans différents cabinets dont celui de François Mitterand en 1954. Il est nommé sous-préfet à Saint-Jean-de-Maurienne (Savoie), Clamecy et en Algérie à Bordj-BouArréridj et Sétif avant de revenir chef de cabinet du ministère de l’Intérieur en octobre 1960.

Secrétaire général de la préfecture de la Seine jusqu’en 1965, il est en poste à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine) jusqu’à ce que Georges Pompidou le nomme en décembre 1971, préfet de « son » département, le Cantal. Il revient à Paris, en 1975, directeur du cabinet du préfet de police.

Il termine sa carrière préfectorale dans le Gard en 1976 et les Yvelines, de 1978 à 1982.

Il a été inhumé à Bréhal auprès de son frère qui fut longtemps curé de Notre-Dame de Granville.

Très attaché à la Manche, il a toujours cherché à faire profiter la région de son entregent, notamment sur le plan économique, plus particulièrement le secteur de la pêche à Granville.

Source

Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, ISBN 2914541562

Plus d’infos

Éditions Eurocibles, Marigny