Motte castrale du Hameau du Hommet (Le Hommet-d'Arthenay)

De Wikimanche

Hameau du Hommet au Hommet-d'Arthenay, cadastre de 1801

Le Hommet-d'Arthenay aurait connu une motte castrale dont il ne nous reste rien qu'une attestation écrite.

Attestation ancienne

Florence Delacampagne [1] signale dans un article publié en 1982 l'existence de cette motte, citée par Charles Duhérissier de Gerville en 1825 comme « un petit morceau de motte » au lieu dit Hameau du Hommet.

En 1759 un article signé Kergolay dit qu'il n'en serait resté qu'une « masse de terre de 5 à 6 mètres cubes » qui a été utilisée pour remblayer « les prairies qui étaient encore trop basses ». Le volume indiqué parait ridiculement petit…

Le cadastre de 1801[2] nous en apprend beaucoup sur la physionomie du hameau du Hommet : il était alors constitué d'une espèce d'îlot dont la route prenait le soin de faire le tour complet. Il ressemble bien à une motte.

De plus sur la feuille cadastrale elle même, le tracé de l'actuelle Route départementale 8 semble esquissé : il tranche l'îlot en deux, ce qui nous amène bien à la situation actuelle où plus grand chose n'apparait. Une situation assez semblable à celle du Château-Ganne à La Haye-Pesnel coupé en deux par la départementale 7.

Et enfin, Google maps[3] nous apprend que sur place, un éleveur a appelé son établissement le « Château des buttes » !

En somme, la motte a existé, le hameau entier était posé dessus et organisé autour, mais il n'en reste rien.

Situation

Chargement de la carte...

Article connexe

Notes et références

  1. Florence Delacampagne, « Seigneurs, fiefs et mottes du Cotentin (Xe-XIIe siècles). Étude historique et topographique », Archéologie médiévale, tome 12, 1982. pp. 195-207 (lire en ligne).
  2. Cadastre de 1801 (lire en ligne)]
  3. Le château des buttes (lire en ligne)