Joachim Legrand

De Wikimanche

Joachim Legrand, né à Saint-Lô le 6 février 1653, mort à Paris le 30 avril 1733, est un historien de la Manche.

Biographie

Après avoir achevé ses études secondaires, il étudie la philosophie à Caen, sous la direction de Pierre Cally, qui jouit alors d'une grande réputation. Il s'y lie d'une étroite amitié avec Pierre François de la Tour, l'un de ses condisciples qui partage son goût pour la retraite, et, à son exemple, il entre dans la congrégation de l'Oratoire, dont son ami devient ensuite supérieur général. Legrand y demeure six ans, pendant lesquels il étudie les belles-lettres et la théologie.

Il se rend à Paris en 1676, et se montre fort assidu aux conférences du père Lecointe, qui lui conseille de s'appliquer à l'histoire et accepte de lui servir de guide. Il s'efforce d'abord d'acquérir la connaissance des titres et des chartes ; et, quoique chargé successivement de l'éducation de plusieurs jeunes gens de qualité, il suit avec ardeur le plan qu'il s'était tracé. Il accompagne en 1692 avec le titre de secrétaire général d'ambassade, l'abbé d'Estrées, son élève, envoyé au Portugal, et s'y occupe de rassembler des mémoires sur les découvertes des Portugais dans les Indes. De retour en France en 1697, il visite la Bourgogne et le Dauphiné, dans l'intention d'y recueillir des matériaux pour une histoire de Louis XI. Vers la fin de 1708, il retourne en Espagne avec l'abbé d'Estrées, et y développe un talent rare pour les négociations.

Lorsqu'il revient, il est nommé secrétaire général de la pairie, place laissée vacante depuis la mort de Jean le Laboureur, et le marquis de Torcy l'attache au ministère des Affaires étrangères avec un traitement honorable. Il publie divers mémoires relatifs à la succession d'Espagne, qui ajoutent encore à l'idée qu'on avait de sa capacité. Le chancelier d'Agueneau ayant conçu, en 1717, le projet de la Collection générale des historiens de France, demande un plan à l'abbé Legrand ; mais les circonstances forcent d'ajourner l'exécution de vaste dessein. Il est chargé en 1720, de dresser l'inventaire du trésor des chartes : ce travail se lie naturellement à ses anciennes études, et c'est alors qu'il a le plus travaillé, et qu'il ne publie cependant point.

Il se retire sur la fin de sa vie à Savigny, dans le château du marquis de Vins, dont il avait soigné l'éducation ; mais la mort prématurée de ce jeune seigneur oblige l'abbé à revenir à Paris. Il y meurt d'apoplexie le 30 avril 1733 dans sa 81e année.

Œuvres

  • Histoire du divorce de Henri VIII, roi d'Angleterre, et de Catherine d'Aragon, Paris, 16888, 3 vol. in-12°. C'est une réfutation des deux premiers livres de l'Histoire de la réformation par le docteur Burnet, et elle est d'autant plus faite pour convaincre les esprits non prévenus, qu'elle repose tout entière sur des pièces dont l'authenticité est incontestable. Le docteur lui répond par une lettre moins solide que piquante, et Legrand se contentera de la réimprimer avec des notes, où la mauvaise foi de son adversaire est démontrée.
  • Histoire de l'île de Ceylan, traduite du portugais de Jean de Ribeyro, Trevoux, 1701, in-12°. Le traducteur a fait à l'ouvrage original des additions importantes.
  • Relation historique d'Abyssinie, traduite du portugais du P. Jérome Loho, Paris, 1728, in-4°, avec deux belles cartes par d'Anville. La préface contient quelques détails sur la vie et les voyages de Loho : Legrand y a joint des dissertations sur l'Histoire de l'Abyssinie, par Ludolf, qu'il trouve défectueuse ; sur l'Éthiopie et l'Abyssinie ; sur le Nil ; sur le prêtre Jean ; sur les rois d'Abyssinie, les cérémonies de leur couronnement et les titres qu'ils prennent ; sur la mer rouge et les flottes de Salomon ; sur la circoncision des Abyssins, leur conversion, leurs erreurs, leurs pratiques religieuses, et enfin sur la hiérarchie ou le gouvernement de l'Église d'Éthiopie.
  • De la succession à la couronne de France par les agnats, avec un mémoire touchant la succession à la couronne d'Espagne, ibid., 1728, in-12°.
  • Les Éloges du Père Lecointe et de l'abbé de Marolles dans le Journal des savants, 1681.
  • Histoire de Louis XI, manuscrit en vingt-six livres

Source

Louis-Gabriel Michaud, Biographie universelle ancienne et moderne : histoire par ordre alphabétique de la vie privée et publique de tous les hommes qui se sont fait remarquer par leurs écrits, leurs actions, leurs talents, leurs vertus ou leurs crimes