François Lejamtel

De Wikimanche

François Lejamtel, né près de Granville le 10 novembre 1757 et mort à Bécancour (Bas-Canada) le 22 mai 1835, est une personnalité catholique de la Manche.

Biographie

Élève du séminaire du Saint-Esprit, à Paris, il est ordonné prêtre le 14 juin 1783 [1].

Il part comme missionnaire à Saint-Pierre et Miquelon en 1786 ou 1787, et reçoit la charge de la paroisse de La Blouterie, à Saint-Pierre [1].

Réfractaire à la Constitution civile du clergé, il se réfugie avec un autre prêtre granvillais, Jean-Baptiste Allain, aux îles canadiennes de la Madeleine en août 1792. Il prête serment d’allégeance à George III, et devient prêtre de la nouvelle paroisse d'Arichat, sur l’île du Cap-Breton, où il s'installe le 27 septembre 1792. Sans concession de terre avant 1803, ni même les clés de l’église et du presbytère conservées par son prédécesseur, William Phelan, jusqu'à une pétition de chefs de 111 familles acadiennes en faveur de Lejamtel en novembre 1792, ses débuts pastoraux sont difficiles [1].

Seul prêtre dans l’île, Lejamtel déploie activement son ministère depuis le port d'Arichat vers les Indiens de l’île Chapel, les Acadiens de Chéticamp et de Magré (Margaree), les Irlandais catholiques de Louisbourg et de Little Bras d’Or, les habitants de Sydney chaque année de 1799 à 1811, ainsi qu'à Tracadie (Nouvelle-Écosse) et aux acadiens de Tor Bay et de Molasses Harbour (Port Felix), régions plus éloignées [1].

Puis, de la fin de l’été de 1819 jusqu'à sa retraite le 1er novembre 1833, il est curé à Bécancour, dans le Bas-Canada [1].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 Raymond A. MacLean, « Lejamtel, François », Dictionnaire biographique du Canada en ligne, volume VI (1821-1835), University of Toronto/Université Laval, 2000.