Olivier Gosset

De Wikimanche

Olivier Gosset, né à Vaudrimesnil le 22 décembre 1731, mort à Montcuit le 3 mai 1805, est une personnalité catholique de la Manche.

Oncle de l'abbé Pierre Olivier Gosset, autre prêtre réfractaire, il fait ses études à Caen où il obtient le grade de maître ès arts de l'Université [1].

Il est diacre à Vaudrimesnil puis curé du Mesnilbus en 1766.

À la Révolution, il prête serment restrictif et est bientôt recherché. Préférant la clandestinité à l'exil, il se cache dans un bois proche de sa maison natale. Près d'être retrouvé par les Bleus, il se sauve. Allant être rattrapé, il enfouit la boîte conservant ses hosties consacrées. Il est pris et aurait sans doute été relaché mais un chien gratte le sol et découvre le ciboire. Se précipitant pour récupérer les hosties, les Bleus se jettent sur lui avec leurs sabres pour l'en empêcher et lui tranchent les mains.

Le martyre de l'abbé Gosset a été par la suite transposé par La Varende [2].

Réfractaire, il s'expatrie en 1794 à Jersey. Il en revient en 1800 et est successivement desservant à Hauteville-la-Guichard, curé du Mesnilbus puis curé de Montcuit où il décède en poste [3].

À la fin du 19e siècle, sa famille, au retour d'un pèlerinage, fait ériger un calvaire sur le lieu de son martyre, au bord de la route qui va du château de Vaudrimesnil à l'église.

Notes et références

  1. V. acte de Bon Lhermite, notaire apostolique, Coutances, 21 mars 1759.
  2. Le Centaure de Dieu (lire en ligne).
  3. Répertoire du clergé de la Manche pendant la Révolution et l'Empire, abbé Jean-Baptiste Lechat, Société d'archéologie et d'histoire de la Manche, fasc. 84, 1993, t.1.


Lien interne