Louis-Charles Bailleul

De Wikimanche

Louis-Charles Bailleul, né à Paris le 2 juin 1876 et mort dans la même commune le 23 septembre 1941, est un médecin lié à la Manche.

La chirurgie sur le bout des doigts

Le docteur Louis-Charles Bailleul revient dès son âge de 10 ans à Saint-James d’où son père est originaire [1]. Il commence ses études à Auch (Gers) et les termine à Rennes (Ille-et-Vilaine) [1]. En 1911, il passe sa thèse de doctorat en médecine sur la tuberculose des petits os longs de la main et du pied de l’enfant [1].

Du 21 août 1914 et pendant toute la première Guerre mondiale, Médecin chef il dirige l’hôpital complémentaire n° 2, dit des jacobins, à Troyes (Aube). Il conçoit divers services et développe, jusqu’à la fermeture le 22 décembre 1918, les mesures sérothérapiques et physiothérapiques. Il fait progresser notoirement la chirurgie osseuse et réparatrice des blessures de guerre.

Il fonde le dépôt de physiothérapie à la Chapelle Saint-Luc, géré par la Croix-Rouge.

En 1939, il avait fait réaliser une première ambulance dite « Groupe de chirurgie osseuse-radiographie-bactériologie de l’Avant » qu’il devait amener sur le front [1]. La rapidité de l’invasion allemande ne permit pas son utilisation mais elle trouva tout son intérêt pour sauver les blessés des bombardements.

Miné moralement par la défaite de la France, il décède le 23 septembre 1941. Il est inhumé à Saint-James [1].

Bibliographie

  • 1914-1918, l'action du docteur Bailleul : Les Jacobins, hôpital complémentaire n° 2, centre de physiothérapie et son annexe, Centre de rééducation de la Chapelle-Saint-Luc, Denyse Levain-Chaput , Jacques Roland Fournier, Académie troyenne d'études cartophiles, 52 pages, 2014.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 et 1,4 Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, sous la direction de René Gautier.

Voir aussi