Henri Datin

De Wikimanche

Henri Michel Datin, né à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 24 janvier 1830 et mort dans la même commune le 16 octobre 1917 [1] est une personnalité littéraire de la Manche.

Biographie

Licencié en droit, il est notaire à Saint-Hilaire de 1855 à 1872, succédant à Me Bréhier-Ducoudray [1].

À 42 ans, il quitte le notariat et se lance dans la littérature pour réaliser le rêve de sa jeunesse [1].

Avant de sortir en librairie, ses œuvres paraissent dans Le Glaneur de la Manche, dès sa création [1].

Il vient ensuite à Paris où il collabore à L’Estafette, au Musée des familles, au Petit Journal, au Petit Parisien[1]. Il y rédige près de 200 nouvelles, parmi lesquelles Le Homard et La veilleuse de Monseigneur, traduites en plusieurs langues [1]. Il publie aussi des romans, certains à succès.

Il est par ailleurs trésorier de la Société des gens de lettres [1]. Il meurt à son domicile [1] à Saint-Hilaire âgé de 87 ans.

Publications

  • Le Pilori, scènes de la chouannerie, Nouvelle librairie A. Soirat, Paris, 1887
  • Les Contes du réveillon, éd. E. Dentu, 1888
  • Fatale passion, éd. E. Dentu, 1891
  • L’Enfant abandonné, éd. Savine, Paris, 1895
  • Le Rachat, Société libre d'édition des gens de lettres, Paris, 1899
  • Le Prestige, éd. Dujarric et Cie, Paris, 1904
  • En wagon, nouvelles, éd. Dujarric et Cie, Paris, 1905

Et aussi : Un mariage d'inclination, Fatale Passion, Maîtresse et femme, L'Anneau nuptial, Le Bigame, etc...

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 et 1,7 Georges Dodeman, histoire-saint-hilaire.org (lire en ligne), consulté le 16 novembre 2017.