Aimée-Jeanne Delivet

De Wikimanche

Aimée-Jeanne Delivet, Sauvé pour l'état civl, née à Ducey le 23 juin 1784, et morte dans la même commune le 31 mars 1854 (70 ans), est une personnalité de la Manche.

L’hospice de Ducey pour fondation

Elle épouse Jean-Baptiste Delivet qui vient de se retirer à Ducey ; fortune faite. Ensemble, ils souhaitent créer une fondation où les malades pauvres de Ducey seraient soignés et secourus.

Jean-Baptiste Delivet décède avant de voir son projet aboutir. C'est son épouse qui le poursuit aidée de sa nièce, Célestine Jeanne qu’elle a désignée légataire universelle.

Aussi, voient le jour un hospice et les écoles libres de Ducey, selon le vœu de Jean-Baptiste Delivet, avec une salle d’asile pour les enfants des deux sexes, selon celui de son épouse. Mais toute une série de procès provenant aussi bien de la mairie et du bureau de bienfaisance de Ducey qui pensent que la gestion leur revient ou de la famille qui se voit spoliée d’un bel héritage va retarder les ouvertures.

L’hospice ouvre le 17 décembre 1873 grâce à la ténacité de Célestine Jeanne et l’école accueille ses premiers élèves grâce à une rente de 1 000 F par an offerte par Ambroise Sauvé, un parent de Mme Delivet.

La nouvelle maison de retraite construite en 1978 a conservé le nom de J.B. Delivet.

Source

Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, sous la direction de René Gautier, ISBN 2914541562.