Pierre Sineux

De Wikimanche

Pierre Louis Sineux, né à Saint-Georges-de-Rouelley le 25 avril 1961 [1] et mort à Caen (Calvados) le 4 février 2016 [2], est une personnalité intellectuelle de la Manche.

Universitaire spécialiste de la Grèce antique, il est président de l'université de Caen du 23 mai 2012 [3] jusqu'à son décès.

Biographie

Il est issu d'une famille d'agriculteurs [3]. Il fait ses études à l'école communale de Saint-Georges-de-Rouelley, puis au lycée proches, avant de rejoindre l'université de Caen [3]. Il devient à 22 ans professeur d'histoire-géographie au lycée Malherbe à Caen [3]. Il passe ensuite l'agrégation d'histoire en 1988, avant de présenter une thèse à la Sorbonne à Paris [3].

Revenu à l'université de Caen en 1995 comme maître de conférences, il est élu au conseil d'administration en 1999 [3]. Il devient professeur d'histoire grecque en 2003. De 2008 à 2012, il est vice-président du Conseil des études et de la vie universitaire (CEVU).

Vice-président de l'université de Caen de 2008 à 2012, il est élu président de l'université de Caen le 23 mai 2012, succédant à Josette Travert. Seul candidat en lice, il obtient 19 voix sur 22 [3]. A ce poste, il réduit les déficits de l'établissement, accompagne la hausse du nombre d'étudiants, renforce la formation continue, ouvre le pôle de formation de santé et réorganise offres de formation et départements universitaires, et met en place avec le vice-président Stanislas Hommet, l'École supérieure du professorat et de l'éducation (Espé)[4].

Il est l'auteur de nombreuses publications, notamment sur l'histoire de la religion grecque antique.

Il dirige depuis 2008 la revue Kentron, publiée aux Presses universitaires de Caen.

Il meurt subitement à Caen dans la nuit de mercredi 3 au jeudi 4 février 2016[4]. Le président de la République François Hollande et la ministre de l'Éducation nationale Najat Vallaud-Belkacem lui rendent hommage [5].

Ses obsèques ont lieu le 8 février à église de Saint-Georges-de-Rouelley, en présence de plus de 200 personnes : Christophe Prochasson, ancien recteur de l'Académie de Caen, y loue « un grand président d'université, qui aimait les autres, les écouter, prendre le risque de changer la vie » [6].

L'hebdomadaire La Manche Libre, dans son édition du 11 février 2016, rubrique nécrologie, est le seul journal local à évoquer la vaccination contre la fièvre jaune, comme cause de son décès brutal.

Ouvrages

  • Le Regard des Grecs sur la guerre - Mythes et réalités (avec Marie-Claire Amouretti, Françoise Ruzé et Jacqueline Christien), éd. Ellipses, 2000
  • Qu'est-ce qu'un dieu grec ?, éd. Klincksiec, 2006
  • Amphiaraos, guerrier, devin et guérisseur, éd. Les belles Lettres, 2007

Hommages

  • 2014 : chevalier de la Légion d'honneur.
  • le 16 septembre 2016, l'école de Saint-Georges-de-Rouelley est baptisée Pierre Sineux, en présence de sa famille, de ses amis et de Pierre Denise, nouveau président de l'université de Caen.[7]

Notes et préférences

  1. « Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 2016.
  2. « Acte de décès n° 316 - État-civil de Caen - Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 2016.
  3. 3,0 3,1 3,2 3,3 3,4 3,5 et 3,6 Sébastien Bréteau, « Un historien à la tête de l'université », Ouest-France, 24 mai 2012.
  4. 4,0 et 4,1 « Le président de l'université de Caen, Pierre Sineux, est décédé », Ouest-France.fr, 4 février 2016.
  5. Sébastien Bréteau, « “Pierre Sinieux trouvait l'intelligence de chacun” », Ouest-France, 5 février 2016.
  6. Sophie Capelle, « Un hommage “digne et simple” à Pierre Sineux », Ouest-France, 9 février 2016.
  7. «  Saint-Georges-de-Rouelley : l'école baptisée Pierre Sineux », Ouest-France, 21 septembre 2016