Ozo

De Wikimanche

Ozo (1958-1966) est une jument de course spécialiste du trot monté et attelé, originaire de la Manche.

Elle naît en 1958, chez Jules Vautier (éleveur). Cheval de course au destin exceptionnel, cette jument, de robe bai brun (ou noir pangaré, disent les spécialistes), connaît des débuts peu prometteurs. Sa façon étrange de courir, la queue en panache dressée au vent, et son caractère assez imprévisible, font d'Ozo un animal difficile à contenir. Son propriétaire, entraîneur et driver, Roger Massue, de Villedieu-les-Poêles, eut toutes les peines du monde à la canaliser. Lorsqu'il y parvint, la jument montrait de très belles allures et une cadence exceptionnelle tant au trot monté qu'au trot attelé. On la reconnaissait aisément à ses bandages blancs placés sur ses antérieurs.

Parmi ses plus belles victoires, on retiendra les prix d'Amérique 1963 (n° 15, driver : Roger Massue) et 1965 (n° 18, driver : Jan Frömming).

Une anecdote en dit long sur le caractère de la jument. Lors d'un déplacement en avion aux États-Unis, où Ozo remporta du reste deux courses majeures, la jument se mit à frapper violemment la carlingue. On dit que le pilote, excédé et craignant pour l'appareil, eut l'idée de faire abattre l'animal durant le vol. Fort heureusement, tout rentra dans l'ordre et Ozo conquit l'Amérique...

Pourtant très jeune, et promise à de nouvelles victoires, la jument meurt en 1966 a seulement huit ans, d'une tumeur à l'utérus.

La Manche Libre, 2 février 1963.

Palmarès

20 victoires en France ; 7 victoires à l'étranger ; 11 deuxième place ; 8 troisième place.

  • Prix des Élites 1961
  • Prix de Vincennes 1961
  • Prix du Président de la République 1962
  • Prix d'Amérique 1963 et 1965
  • Grand critérium de vitesse de Cagnes-sur-Mer 1965
  • Elitloppet, Suède 1963
  • Grand prix de Bavière, Allemagne 1963
  • Grand prix des Gladiateurs, Allemagne 1963
  • Grand prix des Meilleurs, Allemagne 1963
  • Grand prix des Nations, Italie 1964
  • Transocéanic Trot, USA 1962
  • Challenge Cup, USA 1963

Ses gains totaux ont atteint environ 2 millions de francs, soit environ 2,6 millions d'euros en tenant compte de l'inflation.

Liens externes