Traité de Valognes (1355)

De Wikimanche

Le Traité de Valognes est un document officiel de la Manche.

Il est signé à Valognes le 10 septembre 1355 entre le roi de France Jean II et son gendre, le roi de Navarre Charles II.

Il résulte de nombreuses plaintes du roi de Navarre auprès du pape Innocent IV pour les mauvais traitements que lui inflige Jean II le Bon.

Par le Traité de Valognes, Charles II récupère tous ses biens et privilèges et obtient la confirmation du très avantageux Traité de Mantes signé le 22 février 1354.

Ce Traité de Mantes officialise le soutien du royaume de Navarre au royaume de France. Certes, il fait perdre au roi de Navarre Asnières-sur-Oise, Pontoise et Beaumont, mais il reçoit en contrepartie le comté de Beaumont-le-Roger, les châteaux de Breteuil, Conches et de Pont-Audemer, le Clos du Cotentin avec la ville de Cherbourg, les vicomtés de Carentan, Coutances et Valognes. Ce traité donne également à Charles II la permission de tenir chaque année un échiquier, prérogative ducale. Il obtient également l'assurance de percevoir rapidement la dot de son épouse Jeanne de France (1343-1373), qui s'élève à 60 000 deniers or.

Le Traité de Valognes est rédigé « comme une sorte de requête présentée par Charles au roi de France et acceptée, dans son dernier paragraphe, par ce dernier » [1]. Mais, même sous cette forme, il donne l'impression que Charles lui « dictait ses conditions » [1].

Même s'il apparaît désavantagé, le roi de France n'en réussit pas moins une opération habile car la signature de ce traité contrarie les plans du roi d'Angleterre Édouard III, cantonné avec son armée à Portsmouth, qui renonce à attaquer la France [1].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 Georges Bordonove, Jean II (Les rois qui ont fait la France), éd. Pygmalion, 2000.