Hercule Hüe de Langrune

De Wikimanche

Hercule Hüe de Caligny, seigneur de Langrune, né en 1665, mort à Valognes le 20 mai 1725, est une personnalité militaire de la Manche, général du génie.

Biographie

Issu de la famille d'ingénieurs militaires Hüe de Caligny, fils de Jean-Anthénor Ier du nom, il entre dans le corps du génie en 1685. Chargé des ouvrages de Belle-Ile, du Port-Louis et de l'île d'Houac, il obtient une commission de capitaine réformé à la suite du régiment de Vivarais en 1686, et est chargé l'année suivante des places du Dauphiné. Il prend en quelques jours Villa-franca, Montalban, Saint-Hospition, puis assiège Nice et les places du comté, ainsi que le château de Montmélian en 1691. Il les reprend en 1693[1].

Ingénieur en chef à Grenoble en 1692, Huningue, Thionville, il participe encore à de nombreux sièges en Piémont puis en Flandre dont ceux de Deinze et Dixmude (1695). Au cours de ce dernier, il est brûlé par l'explosion d'un magasin de poudre, mais se rétablit et reprend rapidement son service, en poste à Ypres en 1696) et prenant part à la prise d'Ath (1697).

Ingénieur en chef à Maubeuge en 1702, il est ingénieur en chef au sein de l'armée des Flandres pour la défense de Rheinberg en juillet, puis en poste à Thionville en 1703 jusqu'au siège de Brisack où il est blessé à la cuisse. Il commande ensuite une brigade d'ingénieurs en Allemagne, en Bavière et à la bataille d'Hochstett en 1704, et reçoit la croix de Saint-Louis.

Il est nommé directeur des fortifications des places de la haute Provence en 1705, et participe à la campagne d'Italie à partir d'octobre : sièges de Verue, du comté de Nice et de Chivas (1705), et celui de Turin (1706) où il est blessé. Il sert ensuite en Espagne, à la bataille d'Almanza, commande le génie lors de la prise de Lerida par le maréchal de Berwick en 1707 [2] et celle de Tortose (1708).

Il est nommé à la direction des places et ports de Normandie en 1710. Il assure notamment la sécurisation de la Hougue et de Tatihou après la tentative d'attaque britannique en 1708. Il sonde la rade de Cherbourg préalablement aux travaux maritimes entrepris à la fin du siècle, écrit sur le port de Granville.

Il accède au grade de brigadier des armées le 3 avril 1721.

Il est l'auteur d'un Mémoire sur les lignes de Comines, où il expose ses idées sur la défense d'une frontière, et a écrit sur la canalisation de la Normandie dont la Seine.

Descendance

Il se marie à Bonne-Charlotte de Guerville, qui lui donne une fille, Bonne-Charlotte Hüe de Langrune, qui épouse Antoine Gillain, marquis de Bénouville.

Notes et références

  1. Louis Gabriel Michaud, Biographie universelle, ancienne et moderne - Supplément, Tome 67, Michaud frères, 1840, p.411
  2. Portraits et histoire des hommes utiles.
  • J. Corréard, « Notice historique sur Hue de Caligny Langrune (Hercule) », Mémoires militaires de Vauban et des ingénieurs Hue de Caligny, 1847