Alexandre Gigault de Bellefonds (1788)

De Wikimanche

Alexandre Gigault comte de Bellefonds, né à Valognes le 3 décembre 1788, mort à Caen (Calvados) le 23 février 1845 [1] ou à Marchésieux le 23 février 1846, est un noble de la Manche, capitaine de cavalerie.

Fils d'Alexandre Gigault de Bellefonds, colonel émigré, chouan ayant inspiré Jules Barbey d'Aurevilly, le jeune homme habite puis Caen, avec son frère et sa mère [1].

Il entre dans un régiment de gardes d'honneur sous l'Empire et participe à la campagne d'Allemagne. Il revient en France en 1814, puis est nommé lieutenant dans les grenadiers à cheval de la garde royale[1].

Il se marie avec Elisabeth Louise Antonia Loir du Lude (1801-1824), fille de l'aide de camp du général Vandamme, mort à Waterloo. Il quitte alors l'armée pour s'installer à Saint-Lô et au château de Montreuil [1].

Il jouit de près de 100 000 F de rentes, ce qui en fait l'un des plus riches propriétaires du département. Il gère ses propriétés et s'intéresse à l'agriculture [2].

Sa première femme meurt prématurément, et il se remarie en 1825 avec Edma Amélie Michel (1805-1828), fille du seigneur de Vesly et de Chambert. Elle meurt trois ans plus tard, après avoir donné naissance à Marie Mathilde Augustine (1826-1907) qui épousera son cousin, Bernardin Gigault de Bellefonds et Edma Louise Marie Gigault de Bellefonds, qui deviendra supérieure des Carmélites de France. Il épouse en troisièmes noces, le 18 juillet 1831, Marie Laurentine de Caumont, soeur de l'historien Arcisse de Caumont, passant dès lors ses hivers à Caen. Ensemble, ils ont Elisabeth (1833-1907), qui se mariera à Albéric Ferdinand de Beuverand, comte de La Loyère [1].

Avec son beau-frère, il est l'un des membres fondateurs de l'Association normande [1].

Il est inhumé à Marchésieux, en présence d'une population nombreuse et des notables parmi lesquels le général commandant le département de la Manche [1].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 et 1,6 Annuaire des cinq départements de l'ancienne Normandie, 1847.
  2. Alain Guillemin, « Aristocrates, propriétaires et diplômés [La lutte pour le pouvoir local dans le département de la Manche, 1830-1875] », Actes de la recherche en sciences sociales, vol. 42, avril 1982. (lire en ligne).

Voir aussi