Émilien Bertin (1903)

De Wikimanche

Émilien Bertin, né à Saint-Hilaire-du-Harcouët le 1er juin 1903, mort le 5 décembre 2006, est une personnalité de la Manche, historien conteur.

Suivant la tradition familiale, il devient sabotier, après avoir quitté l'école à onze ans [1].

Il sera plus tard le secrétaire fondateur du Syndicat des sabotiers de Basse-Normandie [1].

Il apprend la musique lors de son service militaire, édite une méthode d'apprentissage du clairon et devient chef de pupitre da la fanfare La Jeanne d'Arc[1].

Il tourne un film « Métier perdu » qui obtient le grand prix de la présélection des films d’amateurs de Normandie à Rouen en 1963 [1].

En 1997, il publie en collaboration avec Christiane Quesnel « L’Histoire des rues de Saint-Hilaire » [1].

Publications

Dans les années 1920, il commence à écrire, sa passion ne l'abandonnera pas : il publiera dans La Gazette de la Manche diverses monographies ou articles d'histoire locale :

  • Histoire de l’église, 1955
  • Page d’histoire locale, 1965
  • L’Omnibus, 1966
  • « Une figure aurevillyenne méconnue : Madame Barbey du Motel, dame de Mortain, 1812-1895 », 6 août 1966
  • De Profondis pour un sabotier, 1971
  • À travers l’histoire. Saint-Hilaire-du-Harcouët, 1971
  • En 1641, une histoire de brigands à Saint-Hilaire-du-Harcouët, 1974
  • Promenade en Basse-Normandie : épisode de la vie de Carentan au XIIe siècle, 1974
  • Une histoire de brigands en 1641 à Saint-Hilaire, 1975
  • La Foire Saint-Martin, 1976
  • Les Angélus, 1980
  • Poésie en sabots, 1984
  • Saint-Hilaire-du-Harcouët et ses environs pendant la Révolution, éd. La Gazette,1984
  • Le Cri du silence, 1972
  • Carentan au temps de Guillaume le Conquérant, 1999
  • Le Pèlerin de l’absolu, éd. Corlet, 2000

Notes et références

  1. 1,0, 1,1, 1,2, 1,3 et 1,4 Georges Dodeman, «Bertin Émilien (1903-…) » (lire en ligne).