Les Trois princesses

De Wikimanche

Les Trois princesses sont trois mégalithes visibles dans les environs de Saint-Pierre-Église.

Il s'agit de menhirs qui datent d'environ 4 500 à 2 500 ans avant Jésus-Christ.

La Longue pierre

Située à Saint-Pierre-Église, c'est la plus grande des trois avec 4,10 mètres de haut hors sol. De base triangulaire, elle se trouve au lieu-dit Le Plat Douet. Son emplacement d'origine a disparu pendant la Seconde Guerre mondiale lors de travaux d'agrandissement de l'aéroport de Cherbourg-Maupertus. Le menhir a été redressé le 6 septembre 1997.

La Pierre haute

Située à Saint-Pierre-Église, elle mesure 2,80 mètres de haut. On la trouve au lieu-dit Hacouville, près de la chapelle de Notre-Dame-de-Lourdes.

La Pierre plantée

Menhir de la Pierre plantée.

Située à Cosqueville, près du Grand Manoir, elle mesure 3 m de haut et porte trois rayures verticales creusées par l'érosion de la pluie. Elle se termine en une tête conique.

Pierre Lefillastre dit l'avoir découverte le 17 juin 1828 [1]. Voilà la description qu'il en donne : « Elle est en granite et placée à un demi-quart de lieue de l’église vers le levant, dans une pièce dépendant de la grande ferme de Cosqueville, pour M. le baron d’Anneville, et tout près de cette ferme. Elle se nomme la pierre-plantée. Elle approche un peu de la figure d’un coin ayant sa base en forme de losange dont les faces sont légèrement renflées et qui est placé sur sa tête, de manière à avoir une de ses faces rectangulaire et verticale, et celle opposée, en plan incliné. On remarque au haut de la face O., qui est presque perpendiculaire, 5 ou 6 sillons, qui descendent verticalement du haut de la pierre jusqu’au tiers de sa hauteur. Ces rainures sont peu profondes et mal terminées ; l’une d’elles est beaucoup plus large que les autres. Il est aisé d’y reconnaître la main de l’homme. Au haut du principal sillon, la pierre se termine en une espèce de tête conique, travaillée peut-être de main d’homme. La hauteur de ce menhir est de 9 pieds, sa largeur moyenne d’environ 4 pieds, et son épaisseur au bas un peu moindre. » [1].

Légendes

Une légende soutient que la dot de ces trois « princesses » serait enfouie au centre du triangle formé par ces trois menhirs, soit aujourd'hui sous l'étang du Pelot.

Selon une autre légende, ces trois pierres tournent sur elles-mêmes pendant la messe de minuit.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Annuaire du département de la Manche, 1833.

Lien externe

Mégalithes de la Manche