François-Gabriel Bertrand

De Wikimanche

|

François Bertrand.

François-Gabriel Bertrand, né à Valognes le 15 décembre 1797, mort à Bellou-en-Houlme (Orne) le 24 avril 1875, est un universitaire et homme politique de la Manche.

Il est député du Calvados de mai 1863 à avril 1869 et maire de Caen de 1848 à 1870.

Biographie

Il est le fils d’un cordonnier et un oncle de l’abbé Alexandre Tollemer, l’inventeur du manuscrit du Journal du Sire de Gouberville [1].

En 1825, il commence une carrière d'enseignant par une chaire de régent au collège de Valognes, tandis qu'il s'occupe en parallèle de la bibliothèque municipale [2]. Il apprend rapidement les langues anciennes, ainsi que l’anglais et l’italien [2].

En décembre 1826, il est appelé au collège royal de Caen où il obtient la chaire de rhétorique l'année suivante [2]. Il entre en 1829 à la faculté des Lettres de Caen dont il est nommé doyen le 6 juillet 1840 [2]. Il passe sa thèse de doctorat en juillet 1829 intitulée « Du goût et de la beauté considérée dans la production de la nature et des arts » [2].

Connu et apprécié dans la région, il entame une brillante carrière politique qui le mène à la mairie de Caen le 19 août 1848 [2]. Ses mandats sont marqués par de très nombreux et importants travaux. C’est ainsi qu’il inaugure en 1857 le canal de Caen à la mer. Les Caennais de la seconde moitié du XIXe siècle lui doivent aussi le voûtement des Odons, la restauration des églises Saint-Étienne et Sainte-Trinité, le dégagement de l’église Saint-Pierre et de l’église du vieux Saint-Étienne, le réaménagement des cimetières, la création d’un service hydraulique et de magasins généraux, etc… [2]. En une vingtaine d’années, le Valognais François Bertrand fait de Caen une grande ville, ce qui vaut le surnom « Hausmann caennais » [1]. L'une de ses réalisations est l'actuel boulevard Bertrand à Caen (ancien boulevard de la Préfecture), qui prit son nom après sa mort [1].

Il est également conseiller général en 1852, jusqu'en 1870, député du Calvados, et membre d’innombrables associations dont la Société des antiquaires de Normandie [1].

Distinctions

Il est chevalier de la Légion d'honneur en 1849, puis officier en 1858 [2].

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 Jean-François Hamel, sous la direction de René Gautier, Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 2, éd. Eurocibles, Marigny, 2001.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 et 2,7 Julien Travers et Alfred Campion, Annuaire du département de la Manche, 1877, p. 20-40.