Foire Sainte-Croix (Lessay)

De Wikimanche

La foire de Lessay, dite aussi la foire Sainte-Croix, est une foire de la Manche, qui a lieu à Lessay.

Elle se tient chaque année le deuxième week-end de septembre sur la lande de Lessay. C'est la plus importante et la plus ancienne des foires de Normandie.

Dans l'attente.

Histoire de la foire de Lessay

La Foire de Lessay

Ses origines remontent au XIe siècle. Elle aurait été créée vers 1056 par les moines bénédictins de Lessay, désireux de promouvoir le commerce et de favoriser le développement du village naissant. Ils touchent des taxes sur les marchandises et les étals [1].

Elle reçoit ses lettres de noblesses de Louis XIV, en 1671 [2]. Elle se développe peu à peu, au XVe et XVIe siècles, et passe d'un à trois jours par édit royal de Louis XIV. En 1771, elle est la plus importante foire de Basse-Normandie selon l’almanach historique du diocèse de Coutances. La « montre », ancêtre de l'actuelle foire aux animaux, est instaurée en 1880 [1].

En 1902, la foire connaît encore un joli succès en regroupant « plus de 25 000 animaux, dont plus de 10 000 chevaux » [3].

Après avoir vu son ampleur réduite durant la Seconde Guerre mondiale, la foire reprend dès septembre 1944. Au lendemain de la Libération, elle rassemble encore « 3 000 chevaux au moins », après en avoir compté « 10 000, il y a plus d'un siècle » [4]. Sous l'Empire, elle fournissait en partie les armées impériales[5]. Dans les années 2000, la foire aux chevaux, poneys et ânes, le vendredi, voit la vente de 1 000 bêtes, dont 600 chevaux, tandis que la foire aux ovins, bovins et caprins du samedi compte 300 bêtes [6].

« Touarnous d'gigot ».

Avec l'évolution du monde agricole, la foire se transforme au cours du XXe siècle. Après l'arrivée des machines agricoles, on y vend aujourd'hui de tout, aussi bien des chevaux que des vaches, du matériel agricole que de la poterie, de l'habillement. « Ici, on vous propose une salle à manger, là, une assurance-vie, plus loin la Bible, ailleurs des bungalows ou un orgue électrique. La bimbeloterie, la poterie, les produits exotiques, les tapis, les cuivres, rien ne manque. » [2]. La foire propose également une fête foraine.

La rue des rôtisseurs.

La manifestation, bien que principalement commerciale, a toujours été aussi un moment festif auquel ses participants sont très attachés. Il est de tradition d'y passer au moins une journée complète, en déjeunant en commun sous des tentes montées pour l'occasion par de nombreux rôtisseurs (les « touarnoux d'gigot »), attirés par la perspective de belles recettes. « En trois jours, c'est plus de 150 tonneaux de cidre qui sont bus [7].

L'édition de 1970 réunit 1 100 exposants sur 38 hectares, qui attirent 350 000 visiteurs [2].

En 2010, les organisateurs attendent 1 500 exposants et 350 000 visiteurs [8].

L'édition 2017 est inaugurée par le ministre de l'Agriculture Stéphane Travert le 8 septembre[9].

Bibliographie

  • . « Lessay : la grande foire de la Sainte-Croix », Le Mois à Caen, n° 67, juillet-août 1968, p. 16-21
  • M. Pinel, « Une grande foire normande : la Sainte-Croix à Lessay », Le Viquet, tome 25, n° 97
  • Fernand Fleuret, La Foire de Lessay en 1935, Cahiers culturels de la Manche, 2002

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Mille ans pour faire la Foire de Lessay », La Manche Libre, 12 septembre 2009.
  2. 2,0, 2,1 et 2,2 René Lecocq, « Lessay, la Sainte-Croix », Manche, Les Éditions nouvelles, Paris, 1971.
  3. « 120 ans en Cotentin », La Presse de la Manche, hors-série, novembre 2009, p. 37.
  4. Albert Desile, « Souvenirs et regrets sur la foire de Lessay », L'teimps d'aôt'fais, vol. 1, Ocep/La Manche Libre, 1982.
  5. La Manche au passé et au présent, Manche Tourisme, 1984.
  6. « La Sainte-Croix, une foire agricole avant tout », La Manche Libre, 12 septembre 2009.
  7. Alain-François Lesacher, Le Sentier des douaniers en Normandie, éd. Ouest-France, 2008, pp. 26-27.
  8. « Indémodable foire de Lessay », Ouest-France, 9 septembre 2010.
  9. La Manche Libre, site internet, 8 septembre 2017.

Lien interne

Liens externes