Ordre du Temple dans la Manche

De Wikimanche

(Redirigé depuis Commanderie des Templiers de Valcanville)

L'histoire de l'Ordre du Temple dans la Manche :

La seule commanderie templière de la Manche que l'on puisse citer de source sûre est celle de Valcanville.

Certains ont fait remonter la fondation de la Commanderie au XIIe siècle.

Le Livre noir du diocèse de Coutances, rédigé en majeure partie sous l'épiscopat de Jean d'Essay (1251-1274), nous apprend que le Temple de Jérusalem était patron de l'église de Valcanville et qu'il la faisait desservir par ses prêtres.

Un document, non daté, émanant de Guillaume, évêque de Coutances, porte confirmation de la possession par le Temple, de l'église paroissiale.

Les archivistes de Malte lui ont attribué, a posteriori, la date de 1213.

Comme seigneur foncier du village, le commandeur possédait la moyenne et basse justice ; il nommait à la cure et jouissait dans l'église de tous les droits honorifiques, il percevait toutes les dîmes ; la paroisse valait 120 livres.

En 1307, le curé de Valcanville était frère Jean Vassal, prêtre de l'Ordre du Temple.

Nous ne connaissons le nom que d'un seul précepteur de la Maison de Valcanville : frère Henri l'Anglois, sergent, précepteur vers 1299.

Le commandeur avait seul le droit de pêche dans la rivière ainsi que celui d'utiliser les eaux de la fontaine de Canteloup ainsi que celles du Buisson.

S'il faut en croire les historiens locaux, Léchaudé d'Anisy, l'abbé Lecanu, Renault, c'est en 1125, presque au début de la fondation de l'ordre, que le duc-roi Henri Ier aurait donné aux Templiers le fief de Valcanville, avec son extension dans la paroisse voisine de Canteloup et à Saussetour-en-Théville, et ces religieux en auraient fait aussitôt le siège d'un préceptorat.

Les dépendances

En 1313, la commanderie comptait plusieurs moulins dont l'un était à eau puisque, pour le remettre en état de fonctionner, une roue était nécessaire (Hameau de l'Hôpital).

C'est frère Pierre de Souchamp, commandeur de Villedieu-de-Saultchevreuil (aujourd'hui Villedieu-les-Poêles), qui prend possession de Valcanville et de Hémevez pour l'ordre de l'Hôpital. Les bâtiments appartenant au Temple de Valcanville étaient en mauvais état après le passage des hommes du Roi : « Les manoirs de Walequanville et de Heimevez sont grandement damagiez et emperiez par faute de couverture et qu'il faut as moulins de Valcanville deux axeles et une roe et assez d'autres mairien pour quoy les moutens des dis moulins ont estei mot damagiez en temps passei ».
Ils possédaient également un moulin à vent, appelé Fresgot, ruiné en 1355. Des labours et prairies dépendaient de la commanderie formant à peu près 52 vergées en plusieurs pièces (la Couture, le Clos-Sorel, la Couture au Tellier).

Bibliographie