Émile Hippolyte Zédé

De Wikimanche

Émile Zédé.

Émile Hippolyte Zédé, né à Chalons-en-Champagne (Marne) le 23 février 1827, mort au Relecq-Kerhuon (Finistère) le 13 mai 1900, est une personnalité militaire de la Manche.

Biographie

Il entre dans la Marine en 1843. Aspirant le 1er août 1845, il fait sa première campagne sur la Proserpine aux Antilles, au Brésil et sur les côtes de La Plata.

En avril 1847, il est sur le Griffon en Écosse puis en Irlande. Il intègre l'escadre d'évolutions sur la Pomone.

Promu enseigne de vaisseau le 1er septembre 1849, on le retrouve en 1851 sur les côtes occidentales d'Afrique à bord du Rusé. En 1852, il revient à l'escadre d'évolutions sur l' Isly puis sur le Montebello. En juillet 1853, il participe aux opérations de Crimée sur la Ville de Paris.

Nommé lieutenant de vaisseau le 9 juillet 1854, il devient officier d'ordonnance de l'amiral Hamelin. Le 17 octobre 1854, il est blessé par un boulet lors de la bataille de Sébastopol. En 1855, il est affecté au Bureau des cartes et plans. En juillet 1857, il commande le Solon, de la division du Levant, puis il participe aux opérations en Adriatique, provoquées par la guerre d'Italie. En août 1859, il devient aide de camp de l'amiral Hamelin, ministre de la Marine.

Il est promu capitaine de frégate le 24 décembre 1859. En mars 1861, il commande le Héron, de la division du Levant, puis l' Euménide en 1862. En mai 1863, il est à nouveau aide de camp de Chasseloup-Laubat, ministre de la Marine. Il commande ensuite le Panama de la station d'Algérie. Au 1er janvier 1869, il est membre de la Commission permanente des pêches et de la domanialité maritimes.

Capitaine de vaisseau le 11 août 1869, il commande le fort de Romainville et le secteur gauche des forts de l'Est pendant le siège de Paris en 1870. Il commande ensuite le Marengo, en escadre d'évolutions, puis la Thétis en janvier 1875. En 1876, il est chargé des essais du Magnanime puis du Kléber. En 1878, il commande le Duquesne au sein de la division de l'Atlantique. En octobre 1879, il commande la Reine-Blanche de la division du Levant.

Contre-amiral le 1er mai 1880, il devient président de la Commission de contrôle et de révision du règlement d'armement et d'habillement. Il siège également à la commission des phares. En avril 1882, il commande la division des Antilles. En 1885, il est membre du conseil d'amirauté, auprès du contre-amiral Charles Galiber, ministre de la Marine.

Nommé vice-amiral en décembre 1886, il exerce les fonctions de préfet de la 1re région maritime, à Cherbourg de 1887 à 1888 puis du 2e arrondissement à Brest en août 1888.

Il quitte le service actif en janvier 1892.

Décorations

  • Chevalier de la Légion d'honneur, officier le 25 janvier 1864, commandeur de la Légion d'honneur

Hommage

Une rue du Relecq-Kerhuon (Finistère) porte son nom.

Source

  • Espace Tradition de l'École navale. [1]