Sélune : Différence entre versions

De Wikimanche

(Ponts et viaducs sur la Sélune : typo et lien)
(Attestations anciennes : + 1)
Ligne 24 : Ligne 24 :
 
* ''Riviére de Selune'' 1809 <ref name = CN>Cadastre napoléonien, Archives départementales de la Manche.</ref>.
 
* ''Riviére de Selune'' 1809 <ref name = CN>Cadastre napoléonien, Archives départementales de la Manche.</ref>.
 
* ''Rivière de Selune'' 1825 <ref name = CN/>.
 
* ''Rivière de Selune'' 1825 <ref name = CN/>.
 +
* ''Rivière de Celune'' ~1825 <ref name = CN/>.
 
* ''la Sélune'' 1844 <ref>[[Jacques-François Boudent-Godelinière]], ''Essai historique et statistique sur l'Avranchin'', E. Tostain, Avranches, 1844, t. II, p. 157.</ref>.
 
* ''la Sélune'' 1844 <ref>[[Jacques-François Boudent-Godelinière]], ''Essai historique et statistique sur l'Avranchin'', E. Tostain, Avranches, 1844, t. II, p. 157.</ref>.
 
* ''Rivière de la Selune''; ''la Célune R''[''ivi'']''ère''; ''Célune Riv''[''ière''] 1835/1845 <ref>Cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).</ref>.
 
* ''Rivière de la Selune''; ''la Célune R''[''ivi'']''ère''; ''Célune Riv''[''ière''] 1835/1845 <ref>Cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).</ref>.

Version du 25 janvier 2019 à 16:54

La Sélune à Ducey.

La Sélune est un fleuve de la Manche.

Elle prend sa source à Saint-Cyr-du-Bailleul, et se jette dans la baie du Mont Saint-Michel. Elle draine un bassin couvrant 1 010 km2 [1]. Longue de 79 km, elle traverse Ducey, Poilley, Saint-Hilaire-du-Harcouët et Pontaubault. Elle sépare, dans sa partie inférieure, le département de la Manche de celui d'Ille-et-Vilaine. La Sélune, le Couesnon et la Sée chassent vers le large, autour du Mont-Saint-Michel, les sédiments apportés par la marée. Lors des marées de grand coefficient, lorsque la mer remonte, elle crée une vague puissante que l’on appelle un mascaret .

Hydronymie

Attestations anciennes

  • Senuna ~850 [2].
  • super Senunam 1249 [2].
  • Seenune s.d. [3].
  • l[a] riviere de Selune 1449 [4].
  • Selune flu[vius] 1594 [5].
  • Selnes [sic; lire Selune] R[iviere] 1694 [6].
  • Selune R[iviere] 1711 [7].
  • Celune R[iviere] 1716 [8].
  • la Celune R[iviere] 1719 [9].
  • Selune R[iviere] 1719 [10], 1720 [11].
  • la Celune R[iviere] 1742 [12].
  • Selune R[iviere] 1745/1780 [13].
  • Riuiere de Selune 1780 [14].
  • Celune ou Ardée R[iviere]; Selune R[iviere] 1753/1785 [15].
  • Selune R[ivière] 1792 [16].
  • Riviére de Selune 1809 [17].
  • Rivière de Selune 1825 [17].
  • Rivière de Celune ~1825 [17].
  • la Sélune 1844 [18].
  • Rivière de la Selune; la Célune R[ivi]ère; Célune Riv[ière] 1835/1845 [19].
  • Selune F[leuve] 1854 [20].
  • la Sélune 1878 [3].
  • la Sélune R[ivière]; la Sélune, ou Célune 1880 [21].
  • la Friette R[ivière] ou Rivière de Sélune 1884 [22].
  • Sélune 1926 [23].
  • la Sélune Fl[euve] 2007 [24].
  • Sélune (Rivière) 2009 [25].
  • la Sélune 2019 [24].

Étymologie

Sans connaître les formes anciennes de ce nom, Albert Dauzat y avait vu un dérivé du type hydronymique bien attesté Sela / Sala [26]. Marcel Baudot était auparavant tombé dans le même travers en rattachant le nom de ce fleuve à un type °salos / °sala [27]. Les premières attestations du nom de la Sélune (Senuna, Seenune) montrent qu'il n'en est rien, et qu'il s'est produit entre le 13e et le 15e siècle une dissimilation n—n > l—n. C'est donc d'un radical en Sen- qu'il faut partir.

François de Beaurepaire rapproche avec raison la forme Senuna du nom de la Sienne (Sena 1027) [2] et de la Senelle [28], négligeant cependant d'y associer celui de la Sénène, qui est un affluent rive droite de la Sienne. L'auteur se borne ensuite à citer, sans l'expliciter, une « racine indo-européenne sen » (comprendre °sen-) [2], qualifiée ailleurs de « racine hydronymique sen » [28], et à reconstituer une proto-forme °SENONA que l'on croit retrouver dans divers toponymes tels que Sénonnes (Mayenne), Senones (Voges), rapprochés du nom des Gaulois Senones, et Senonches (Eure-et-Loir), Senonges (Vosges) < °SENONICAS [2]. Le fait est que l'on reste un peu sur sa faim.

Il existe deux principales racines indo-européennes °sen-, l'une signifiant « vieux », et l'autre « à part, séparé », qui fournissent toutes deux des pistes intéressantes.

Hypothèse n° 1 : °sen- « vieux »

La racine indo-européenne °sen- « vieux » a souvent, outre son sens propre, une valeur laudative, et admet des significations secondaires telles que « ancien », « vénérable », « sage », voire « sacré ». En latin par exemple, elle est à l'origine des mots senex « vieux, vieillard » et senium « grand âge, sénilité », mais aussi de senatus « conseil des Anciens, Sénat » et senator « sénateur, sage » [29]. En Gaule, les Senones, qui ont laissé leur nom à Sens (Yonne), étaient « les Anciens », « les Vénérables », plutôt que « les Vieux » [30], car en gaulois le mot senos avait également cette double valeur [31]. De même, le nom de l'île de Sein (Finistère), attesté sous la forme Sena dès le premier siècle de notre ère, était « la Vénérable », « la Sacrée ». Son nom se rattache à la présence en ce lieu d'un groupe de neuf prophétesses « Sacrées », les Senæ, et donc d'un probable sanctuaire où ces femmes prédisaient l'avenir par l'intermédiaire de l'oracle d'une divinité gauloise [30]. Ce lien avec le sacré se retrouve encore dans le toponyme Senantes (Oise, Eure-et-Loir), issu du gaulois °Seno-nemeton « vénérable sanctuaire, sanctuaire sacré ».

Il est donc possible de considérer que les hydronymes en Sen- sont des créations gauloises qui relèvent du même sémantisme de « vénérable, sacré », analogues aux noms de cours d'eau en Div-, (Dive(s), Divette, Divonne, etc.), eux-mêmes issus ou dérivés du gaulois °deua « déesse ». °SENONA représente alors °SEN-ON-A formé comme °DIV-ON-A, à l'origine du type Divonne / Dionne, ou encore °MATR-ON-A « la déesse-mère », nom gaulois de la Marne. Parallèlement, la Sienne est simplement °SENA « la Vénérable », « la Sacrée », dont le nom de la Sénène représente le dérivé adjectival °SEN-AN-A.

Hypothèse n° 2 : °sen- « séparé »

Cette deuxième racine, évoquant la séparation ou l'exclusion, est à l'origine, entre autres, du latin sine « sans » (d'où le français sans) ou encore de l'anglais to sunder « séparer ». On pourrait donc considérer que les hydronymes en Sen- (ou du moins, certains d'entre eux) sont des marqueurs de limites. Cependant, la frontière entre les Abrincates et les Unelles était située plus au nord, et celle qui séparait les premiers des Redones et des Coriosolites orientaux plus au sud : elle devait être matérialisée par le Couesnon, du moins en partie. Mais il n'est pas impossible qu'une portion du fleuve ait autrefois correspondu à cette dernière, préservée par celles des anciens archevêchés de Rouen et de Tours, et aujourd'hui encore par endroits par la limite de la Manche et de l'Ille-et-Vilaine. Mais ceci n'est qu'une simple hypothèse, et l'explication précédente semble à tous points de vue plus forte.

Noms alternatifs

Ardée

Sur plusieurs cartes anciennes, la Sélune porte le nom alternatif d’Ardée ou Ardrée :

  • Ardrée R[iviere]; Ardée R[iviere] 1650 [32].
  • Ardee R[iviere] 1661 [33], 1694 [34].
  • Ardee fl[uvius] ~1700 [35], 1720 [36].
  • Ardée R[iviere] 1736 [37].
  • Ardee R[iviere] 1758 [38].
  • Ardée R[iviere] 1768 [39].
  • Celune ou Ardée R[iviere] 1753/1785 [40].

Sur la carte de Jean-Baptiste Nolin de 1694, ainsi que celle de Gerard Valk vers 1700, ce nom est appliqué au cours inférieur de la Sélune et à l'Airon. Par contre, son cours supérieur est appelé Sélune (noté par erreur Selnes) sur la carte de Nolin.

Selon l'abbé Lecanu, le nom d'Ardée était déjà attesté à l'époque médiévale [41]. L'aventureux ecclésiastique affirme en outre, de manière assez péremptoire, que « l'étymologie d'Ardevon doit se tirer du nom de la Séelune, qui s'appelait Ardée au moyen âge ». Ardevon, on le sait, n'est pas sur la Sélune dont l'embouchure est éloignée d'environ huit kilomètres, et cette « étymologie » ne repose sur autre chose que la consonance des deux noms. Néanmoins, on peut s'interroger sur leur similitude, qui pourrait éventuellement représenter la trace d'une origine partiellement commune, et donc remettre en question l'explication que François de Beaurepaire a proposé pour Ardevon, à savoir le type toponymique gaulois °Eburodūnon [42].

Friette

Sur plusieurs cartes des 18e et 19e siècles, le cours supérieur de la Sélune, initialement considéré comme un affluent, porte le nom alternatif de Friette :

L'origine de cette autre appellation n'est pour l'instant pas connue.

Toponymes et odonymes dérivés

Le nom de la Sélune a été donné dans la Manche à divers bâtiments, lotissements, résidences et voies de communication :

Histoire

Navigation

Bien avant la Révolution, on navigue sur la Sélune. Les gabares, bateaux à fond plat, profitent de la marée montante de Pontaubault jusqu'au vieux pont de Ducey.[51] Elles chargent du bois coupé au bois d'Ardennes pour alimenter les fours des salines de la baie [51], de la tangue et du cidre.[52] À cette époque, d'autres bateaux viennent décharger des marchandises ( vin, eaux de vie, et produits venus des colonies) en provenance des ports de Granville et de Saint-Malo. Les chemins de halage sont utilisés pour tirer les bateaux lorsque le courant des marées est insuffisant. Les chargement et déchargement s'effectuent à l'embarcadère devant le château de Ducey.[51]

Au cours du 19 e siècle, l'envasement, la création de nouvelles routes et l'apparition du chemin de fer ont contribuent à la disparition de la navigation sur la Sélune.[51]

Aujourd'hui, la Sélune est très appréciée des kayakistes. En août 2016, pendant six jours, l'un d'eux descend la Sélune en canoë de Saint-Hilaire-du-Harcouët à la pointe de Roche-Torin.[53]

Pêche

Entre le Moyen-Âge et la Révolution, une dizaine de pêcheries installées sur la Sélune permettent de capturer truites et saumons.[54] Au début du 19e siècle, des pêcheurs anglais viennent prendre des saumons à la mouche entre Ducey et Saint-Hilaire-du-Harcouët, bientôt suivis par les pêcheurs locaux.[54] Le déclin de la population de saumons sur la Sélune a entraîné la disparition du tourisme lié à la pêche vers 1990. [54]

Les barrages

Le barrage de la Roche-qui-Boit (1919) et le barrage de Vezins (1932) ont été construits sur le fleuve. Ils sont appelés à être détruits par une décision gouvernementale prise en 2009 et annoncée par Chantal Jouanno, secrétaire d'État à l'Écologie, et confirmée depuis [55]. Il leur est reproché, en particulier au barrage de Vezins, d'empêcher « la montaison et la dévalaison des poissons migrateurs, en particulier des saumons, alors que la rivière est classée en ce sens » [55].

Affluents

Galerie de photos

Ponts et viaducs sur la Sélune

Le viaduc ferroviaire et le pont de pierre à Pontaubault

D'amont en aval :

  • Pont sur la RD 977, pont de la Paveille sur la RD 976, pont sur la RD 581 près du moulin de Virey à Saint-Hilaire-du-Harcouët
  • Pont de la République à Saint-Martin-de-Landelles
  • Pont des Biards
  • Pont sur la RD 582 en aval du barrage de Vezins
  • Pont du Bateau sur la RD 78 en aval du barrage de la Roche qui Boit
  • Pont de Signy, près du bois d'Ardennes
  • Vieux pont de Ducey
  • Ancien viaduc ferroviaire à Ducey
  • Ancien viaduc ferroviaire à Poilley
  • Pont de Pontaubault
  • Viaduc ferroviaire à Pontaubault

Gestion

Le Syndicat mixte du bassin de la Sélune, créé le 12 mai 2010 a pour objet l’aménagement et la gestion des eaux de la Sélune.

Le SAGE (Schéma d’aménagement et de gestion des eaux du bassin de la Sélune) validé par arrêté préfectoral en 2007 définit les orientations et le cadre des actions mises en œuvre par le Syndicat Mixte du Bassin de la Sélune.[56]

Notes et références

  1. Fernand Verger, « Colmatage et génie civil aux environs du Mont-Saint-Michel », Mappemonde, n° 63, mars 2001.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 et 2,4 François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 218.
  3. 3,0 et 3,1 Abbé Auguste Lecanu, Histoire du diocèse de Coutances et d'Avranches depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours; suivie des actes des saints et d'un tableau historique des paroisses du diocèse, impr. de Salettes, Coutances, t. II, 1878, p. 265.
  4. Siméon Luce, Chronique du Mont-Saint-Michel (1343-1468), Firmin-Didot, Paris, t. II, 1883, p. 220, § CCLXXII.
  5. Abraham Ortel dit Ortelius, Neustria. Britanniae, et Normandiae Typus, Anvers, 1594.
  6. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BnF, IFN-7710251].
  7. Alexis-Hubert Jaillot, La Généralité de Tours divisée en ses seize elections, aux Deux globes, Paris, 1711 [BNF, collection d'Anville, cote 00729 B].
  8. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  9. Guillaume de l’Isle, Carte des Provinces du Maine et du Perche, Paris, 1719.
  10. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  11. G. Mariette de la Pagerie, Carte topographique de la Normandie; feuille 1 : Bayeux et Caen, 1720 [BNF, fonds Cartes et Plans, cote Ge DD 2987 (1009, I) B].
  12. Guillaume de l’Isle, Premier Geographe du Roy de l'Academie Royale des Sciences, Carte des Provinces du Maine et du Perche dans la quelle se trouve comprise la Partie Septentrionale de la Generalite de Tours, Amsterdam, Chez Jean Covens et Corneille Mortier, Geographes, 1742 [BNF].
  13. Atlas de Trudaine pour la généralité de Caen (1745/1780), Archives Nationales, fonds CP, F/14/*8469.
  14. Anonyme, Plan des Départemens de Caen Bayeux et Saint Lo suivant la Marche que les Ambulants Tiennnent lors de Leurs Recouvremens [de la taille], 1780 [BNF département Cartes et plans, GE AA-3798 (RES)].
  15. Carte de Cassini.
  16. Les Auteurs de l’Atlas National de France, Atlas National Portatif de la France, Bureau de l’Atlas National, Paris, 1792.
  17. 17,0 17,1 et 17,2 Cadastre napoléonien, Archives départementales de la Manche.
  18. Jacques-François Boudent-Godelinière, Essai historique et statistique sur l'Avranchin, E. Tostain, Avranches, 1844, t. II, p. 157.
  19. Cartes d’État-Major (relevés de 1820 à 1866, mises à jour jusqu’à 1889; Basse-Normandie cartographiée entre 1835 et 1845).
  20. V. Lavasseur, Atlas National Illustré des 86 départements et des possessions de la France, A. Combette éditeur, Paris, 1854.
  21. Adolphe Joanne, Géographie du département de la Manche, Hachette, Paris, 1880, p. 18.
  22. 22,0 et 22,1 E.-A. Pigeon, Carte du diocèse d’Avranches, A. Herluison, Orléans, 1884 [BNF, GED-1158].
  23. Carte du département de la Manche, L’Illustration économique et financière, 28 août 1926.
  24. 24,0 et 24,1 Carte IGN au 1 : 25.000.
  25. Cadastre moderne.
  26. Albert Dauzat, Gaston Deslandes et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de rivières et de montagnes en France, Klincksieck, Paris, 1978, p. 83b s. n. SELLE.
  27. Marcel Baudot, « Stratigraphie hydronymique de la Normandie », Proceedings of the 9th international congress of onomastic sciences, Londres , 1966, p. 134-150; reproduit dans Marcel Baudot, Études d'onomastique et d'histoire normande, Société parisienne d'histoire et d'archéologie normandes, Nogent-sur-Marne, 1982, 81-97.
  28. 28,0 et 28,1 François de Beaurepaire, op. cit., p. 219, s. n. LA SIENNE.
  29. Cette valeur se retrouve également dans le germanique commun °senaz « âgé, ancien » : le °sini-skalkaz « vieux serviteur », désigne en fait l'officier qui a le plus d'expérience, et aboutit au français sénéchal.
  30. 30,0 et 30,1 Jacques Lacroix, Les noms d’origine gauloise III, La Gaule des dieux, Errance, Paris, 2007, p. 216.
  31. Xavier Delamarre, Dictionnaire de la langue gauloise, Errance, Paris, 2001, p. 229.
  32. M. Merian, Duché et Gouvernement de Normandie, Francfort, 1650.
  33. N. Sanson et P. Mariette cartographes, R. Cordier graveur, Duche et Gouvernement de Normandie, Paris, 1661.
  34. Jean-Baptiste Nolin, Le duche et gouvernement de Normandie Divisé en Haute et Basse Normandie, en Divers Pays, et par Evechez, Paris, 1694 [BNF, IFN-7710251].
  35. Gerard Valk, Normannia Ducatus, tum Superior ad Ortum, tum Inferior ad Occasum, Praefectura Generalis […] Anglici Caesarea sive Jarsey…, Amsterdam, ~1700.
  36. Jean-Baptiste Homann, Tabula Ducatus Britanniæ Gallis / le Gouvernem[en]t General de Bretagne, Nuremberg, 1720.
  37. Bernard Jaillot, Carte topographique du diocèse de Bayeux, Paris, 1736 [BNF, Collection d’Anville, cote 00260 B].
  38. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  39. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Bretagne, Paris, 1768.
  40. Carte de Cassini.
  41. Abbé Auguste Lecanu, op. cit., t. II, 1878, p. 285.
  42. François de Beaurepaire, Les noms de communes et anciennes paroisses de la Manche, Picard, Paris, 1986, p. 69.
  43. Alexis-Hubert Jaillot, La Généralité de Tours divisée en ses seize elections, aux Deux globes, Paris, 1711 [BNF, collection d'Anville, cote 00729 B].
  44. Guillaume de l'Isle, Carte de Normandie, Paris, 1716.
  45. Bernard Jaillot, Le Gouvernement général de Normandie divisée en ses trois généralitez, Paris, 1719.
  46. Guillaume de l’Isle, Carte des Provinces du Maine et du Perche, Paris, 1719.
  47. G. Mariette de la Pagerie, Carte topographique de la Normandie; feuille 3 : Fougères, Vire et Avranches, 1720 [BNF, fonds Cartes et Plans, cote Ge DD 2987 (1009, III) B].
  48. Guillaume de l’Isle, Premier Geographe du Roy de l'Academie Royale des Sciences, Carte des Provinces du Maine et du Perche dans la quelle se trouve comprise la Partie Septentrionale de la Generalite de Tours, Amsterdam, Chez Jean Covens et Corneille Mortier, Geographes, 1742 [BNF].
  49. Robert de Vaugondy, Carte du gouvernement de Normandie, Paris, 1758.
  50. Anonyme, Plan des Départemens de Caen Bayeux et Saint Lo suivant la Marche que les Ambulants Tiennnent lors de Leurs Recouvremens [de la taille], 1780 [BNF département Cartes et plans, GE AA-3798 (RES)].
  51. 51,0 51,1 51,2 et 51,3 Panneau d'informations en bordure de la Sélune(lire en ligne)
  52. Joseph Dutens, « Bassin de la Sélune », Histoire de la navigation intérieure de la France: avec une exposition des canaux à entreprendre pour en compléter le système ..., A. Sautelet libraires, Paris, 1829, p.51
  53. Mauricette Guitard, « La Sélune, un beau fleuve côtier et navigable », Ouest-France.fr, 7 août 2017 (lire en ligne)
  54. 54,0 54,1 et 54,2 Olivier Thomas, « Histoire de la pêche sur la Sélune », La lettre de la Sélune, n°30, 2015. (lire en ligne)
  55. 55,0 et 55,1 Sylvain Lambert, « La Sélune n'a que des amis », Au fil de la Normandie, n° 36, hiver 2012.
  56. Bassin de la Sélune, [1], consulté le 30 août 2017.

Lien externe

  • Sélune hypothèses, site internet présentant les travaux de recherche scientifique menés dans le cadre du projet de restauration de la continuité écologique de la Sélune.