Actions

Rue de l'Union (Cherbourg-Octeville)

De Wikimanche

Révision datée du 12 janvier 2024 à 11:43 par Teddy (discussion | contributions) (→‎Commerces et autres activités : + 1)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
Au débouché du carrefour du Chantier.

La rue de l'Union est une voie de Cherbourg-Octeville, commune déléguée de Cherbourg-en-Cotentin.

Situation

D'ouest en est, elle part du rond-point du Chantier où aboutissent les rues de l'Abbaye, de l'Onglet, Grande-Vallée et Emmanuel-Liais, pour finir au carrefour formé par les rues de la Paix et Henri-Dunant.

Elle forme avec la rue de la Paix la populaire « rue de la Soif », en raison des nombreux bistrots qui y sont installés.

Chargement de la carte...


Histoire

Elle s'est nommé rue d'Harcourt, nom du comte, gouverneur de Normandie [1]. Puis rue de la Fédération en 1791 et enfin rue de l'Union après la fête civique du 29 septembre 1793, célébrant l'union des villes et des campagnes ; la partie au-delà du carrefour de la rue du Chantier devenant rue de l'Abbaye [1].

Le 10 juillet 1849, Julia Béatrix Euvrie y naît, au domicile de son père, horloger dans cette rue.

En 1870, des habitants adressent une pétition au conseil municipal demandant de changer le nom pour devenir rue Chantereyne [2].

En 2019, des caméras de vidéo-surveillance sont installées à l'angle de la rue de l'Union et de la rue de la Paix, là où est née Julia Béatrix Euvrie, héroïne de la Commune [3].

Commerces et autres activités

  • Bazar de la Marine [4]
  • Lætitia Bar [4]
Côté pair
  • N° 2 : Gérard Lerouxel (horloger) [5]
  • N° 8 : Champ libre (librairie) 1973-2022 [6][7] ; Décor & Siège (tapisserie d'ameublement) [8]
  • N° 14 : Lily Bar [4]
  • N° 16 : Archesys (cybercafé) [6]
  • N° 18 : Jacques Marie (électronicien) [9]
  • N° 20 : Le Moulec (bureau de tabac) [10] ; André (tabacs-journaux) [11] ; KissLove & CBD (érotisme) [12]
  • N° 22 : Blanchisserie bordelaise [13] ; Aux Trois sergents [4]
  • N° 24 : F. Jan (chausseur) [14] ; Bazar de la Marine [15]
  • N° 26 : Le Massif Central (dancing) [16] ; Auberge du Grand cerf [5] ; Kaluma Bar -2020 ; Le Bohemian (bar) [17]
  • N° 28 : Cordonnerie Bernard [18]
  • N° 28-30 : Camelot (boulangerie-pâtisserie) [19]
Côté impair
Publicité pour le Royal (1953).
  • N° 1 : Bodrum (kebab) [20]
  • N° 3 : Crochard (coiffeur) [21] ; Jacques Beauruel (coiffeur) [16] ; Raj Mahal (restaurant indien halal)
  • N° 5 : Le Royal [16] ; Le Royal Dancing [22] ; Le Club de Cherbourg ; Bureau information jeunesse (BIJ) [6] ; Le Paradisio (discothèque) [23] ; Police municipale de Cherbourg-en-Cotentin [24]
  • N° 7 : Le Royal (dancing) [16]
  • N° 9 : Au Petit mousse [25] ; Assurances Axa [26]
  • N° 11 : Gustave Ingold (photographie)
  • N° 15 : Supérette huit à huit puis supérette Proxi (alimentation) [27]
  • N° 19 : Boucherie Malassis [28] ; Boucherie Honoré [21]
  • N° 21 : Ingold (photographe) [29] ; Studio R. Mauger Modern' Photo (photographe) [30] ; Obsession Nails (institut de beauté) ; Les Mains d'Adeline (relaxation) [6]
  • N° 23 : La Petite faim (kebabs et sandwiches) [31]
  • N° 23 bis : Digard (horlogerie-bijouterie) [16]
  • N° 23 ter : Le Globe (bar) [27]
  • Le Coq hardi (restaurant)

La rue a accueilli une des premières supérettes de Cherbourg, sous la marqué Égé.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Raymond Lefèvre, Histoire anecdotique de Cherbourg à l'intention de nos écoliers, 1941, rééditée en 1973 par La Dépêche.
  2. « Rue de l'Union », Cherbourg-Éclair, 15 septembre 1909.
  3. « Les caméras de vidéo-protection ne remplissent pas leur rôle » France Bleu, 20 septembre 2020.
  4. 4,0 4,1 4,2 et 4,3 « Cherbourg à travers ses enseignes », La Presse de la manche, 23 février 1973.
  5. 5,0 et 5,1 Guide d'informations touristiques et administratives, 1986.
  6. 6,0 6,1 6,2 et 6,3 Le Guide touristique, Cherbourg-Cotentin, 2014.
  7. Elsa Gavinet, « Après 50 ans à faire vivre la BD, Brigitte ferme sa librairie, véritable institution de Cherbourg », 'La Presse de la Manche, site internet, 30 juillet 2022.
  8. « À Cherbourg, l'ancienne librairie Champ Libre reprend vie », C'est à Cherbourg, site internet, 19 octobre 2022
  9. Ouest-France, 14 décembre 1985.
  10. Cherbourg-Éclair, 18 août 1924.
  11. Ouest-France, 9 juin 1960.
  12. « Du nouveau au rayon sexy », La Presse de la Manche, site internet, 29 avril 2021.
  13. Cherbourg-Éclair, 27 décembre 1920.
  14. Cherbourg-Éclair, 31 janvier 1920.
  15. Cherbourg votre ville, 1963.
  16. 16,0 16,1 16,2 16,3 et 16,4 La Police cherbourgeoise vous renseigne, Imprimerie commerciale cherbourgeoise, sd [1953].
  17. « Une ouverture sur les chapeaux de roues », C'est à Cherbourg, n° 141, 29 septembre 2021.
  18. Cherbourg-Éclair, 29 mars 1929.
  19. Cherbourg-Éclair, 31 janvier 1922.
  20. C'est à Cherbourg, n° 6, 23 mai 2018.
  21. 21,0 et 21,1 Anonyme, Les 50 000 adresses de la Manche, 1939.
  22. « Nos années 60 », La Presse de la Manche, hors-série, novembre 2010, p. 100.
  23. « Cherbourg Nord-Cotentin », Guide d'informations touristiques et administratives, 1986.
  24. « Moyens renforcés pour la police municipale », C ma ville, n° 17, avril 2019.
  25. Cherbourg-Éclair, 30 décembre 1919.
  26. Ouest-France, 11 janvier 1998.
  27. 27,0 et 27,1 Portail des commerces de Normandie, site Internet, 2000.
  28. Cherbourg-Éclair, 3 septembre 1926.
  29. Cherbourg-Éclair, 1er août 1933.
  30. Cherbourg Économique, Impr. Jacqueline, 3e trimestre 1960.
  31. Ouest-France, 11 janvier 1998.

Articles connexes