Roger Aubert : Différence entre versions

De Wikimanche

(Source)
(MeF)
Ligne 1 : Ligne 1 :
'''Roger Aubert''', {{date naissance|8|9|1900|Saint-Lô}}, mort à Brême (Allemagne) {{date décès|11|1|1945}}, est un déporté de la [[Manche]].
+
'''Roger Aubert''', {{date naissance|8|9|1900|Saint-Lô}} et mort à Brême (Allemagne) {{date décès|11|1|1945}}, est un déporté de la [[Manche]].
  
 
Roger Aubert est déporté à bord d'un train qui quitte Compiègne-Royallieu (Oise) le [[28 juillet]] [[1944]] à destination du camp de concentration de Neuengamme (Allemagne). Dans ce convoi, se trouvent 1 651 hommes dont les Manchois [[Louis Chauvin|Chauvin]], [[Émile Lecellier|Lecellier]], [[René Merriaux|Merriaux]].
 
Roger Aubert est déporté à bord d'un train qui quitte Compiègne-Royallieu (Oise) le [[28 juillet]] [[1944]] à destination du camp de concentration de Neuengamme (Allemagne). Dans ce convoi, se trouvent 1 651 hommes dont les Manchois [[Louis Chauvin|Chauvin]], [[Émile Lecellier|Lecellier]], [[René Merriaux|Merriaux]].

Version du 31 mars 2020 à 17:13

Roger Aubert, né à Saint-Lô le 8 septembre 1900 et mort à Brême (Allemagne) le 11 janvier 1945, est un déporté de la Manche.

Roger Aubert est déporté à bord d'un train qui quitte Compiègne-Royallieu (Oise) le 28 juillet 1944 à destination du camp de concentration de Neuengamme (Allemagne). Dans ce convoi, se trouvent 1 651 hommes dont les Manchois Chauvin, Lecellier, Merriaux.

À son arrivée au camp de Neuengamme, Roger Aubert se voit attribuer le matricule 39339. Il intègre le kommando Bremen-Blumenthal où il travaille pour les chantiers navals de la ville de Brême.

Roger Aubert y trouve la mort.

Source

Lien interne