Robert Vallery-Radot : Différence entre versions

De Wikimanche

m (typo)
Ligne 9 : Ligne 9 :
 
Ordonné prêtre en [[1953]], il entre en [[1970]] à l'[[abbaye de Bricquebec]]. Il y meurt sous le nom de Père Irénée.
 
Ordonné prêtre en [[1953]], il entre en [[1970]] à l'[[abbaye de Bricquebec]]. Il y meurt sous le nom de Père Irénée.
  
{{notes et références}}
+
{{Notes et références}}
  
 
{{DEFAULTSORT:Vallery-Radot, Robert}}
 
{{DEFAULTSORT:Vallery-Radot, Robert}}

Version du 9 novembre 2019 à 19:54

Robert Vallery-Radot, né à Avallon (Yonne) le 31 juillet 1886 et mort à Bricquebec le 23 février 1970, est un écrivain lié à la Manche.

Lié par sa mère au feuilletoniste Eugène Sue et à l'académicien Gabriel-Marie Legouvé, fils d'un bibliothécaire du palais du Louvre et littérateur, frère de l'écrivain René Vallery-Radot, Robert Vallery-Radot publie très tôt ses premières poésies. Avec François Mauriac, il crée la revue catholique des Cahiers de l'amitié française. Il est couronné par l'Académie française (Prix Juteau-Duvigneaux et prix Vitet).

Décoré de la Croix de guerre et de la Légion d'honneur pour sa participation à la Première Guerre mondiale, il devient l'ami de Georges Bernanos. Ancien combattant et anti franc-maçon, il adhère au régime de Vichy. Au sein du service dit des « sociétés secrètes », il était en lien avec la milice et l'ambassade d'Allemagne[1].

À la libération, il se réfugie en Espagne. Il est jugé par contumace par la cour de justice avec deux autres responsables du service des sociétés secrètes, et est condamné à la réclusion perpétuelle[1].

Ordonné prêtre en 1953, il entre en 1970 à l'abbaye de Bricquebec. Il y meurt sous le nom de Père Irénée.

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Trois des dirigeants de l'ex-service des sociétés secrètes poursuivis par contumace », Le Monde, 28 janvier 1947