Différences entre versions de « Raoul Lecostey »

De Wikimanche

m (typo)
(Syntaxe)
Ligne 3 : Ligne 3 :
 
Raoul Lecostey est déporté à bord du convoi de 935 prisonniers qui quitte Compiègne-Royallieu (Oise) le [[28 octobre]] [[1943]] à destination de Buchenwald. [[Georges Boulet|Boulet]], [[Roger Bulot|Bulot]], [[Charles Delisle|Delisle]], [[Maurice Hopquin|Hopquin]], [[Roger Levavasseur|Levavasseur]], [[Michel Villot|Villot]] se trouvent dans ce train.  
 
Raoul Lecostey est déporté à bord du convoi de 935 prisonniers qui quitte Compiègne-Royallieu (Oise) le [[28 octobre]] [[1943]] à destination de Buchenwald. [[Georges Boulet|Boulet]], [[Roger Bulot|Bulot]], [[Charles Delisle|Delisle]], [[Maurice Hopquin|Hopquin]], [[Roger Levavasseur|Levavasseur]], [[Michel Villot|Villot]] se trouvent dans ce train.  
  
À son arrivée au camp de Buchenwald, il se voit attribuer le numéro matricule 30525. Il est transféré <ref> Comme [[Roger Levavasseur]]. </ref> au camp de Dora à quelque 80 km de Buchenwald où il intègre le kommando Ellrich <ref>Du nom de la petite ville d'Ellrich (Allemagne).</ref>. Il y travaille au creusement de galeries souterraines et de tous les travaux de génie civil en surface.  
+
À son arrivée au camp de Buchenwald, il se voit attribuer le numéro matricule 30525. Il est transféré <ref> Comme [[Roger Levavasseur]]. </ref> au camp de Dora à quelque 80 km de Buchenwald où il intègre le kommando Ellrich <ref>Du nom de la petite ville d'Ellrich (Allemagne).</ref>. Il y travaille au creusement de galeries souterraines et à tous les travaux de génie civil en surface.  
  
Il y trouve la liberté le [[24 avril]] [[1945]].
+
Il y retrouve la liberté le [[24 avril]] [[1945]].
  
 
==Source==
 
==Source==

Version du 4 janvier 2018 à 12:48

Raoul Lecostey, né à Montpinchon le 25 novembre 1920 et rentré du camp de concentration de Sachenhausen (Allemagne), est un déporté de la Manche.

Raoul Lecostey est déporté à bord du convoi de 935 prisonniers qui quitte Compiègne-Royallieu (Oise) le 28 octobre 1943 à destination de Buchenwald. Boulet, Bulot, Delisle, Hopquin, Levavasseur, Villot se trouvent dans ce train.

À son arrivée au camp de Buchenwald, il se voit attribuer le numéro matricule 30525. Il est transféré [1] au camp de Dora à quelque 80 km de Buchenwald où il intègre le kommando Ellrich [2]. Il y travaille au creusement de galeries souterraines et à tous les travaux de génie civil en surface.

Il y retrouve la liberté le 24 avril 1945.

Source

  • Fondation pour la mémoire de la déportation.

Lien interne

  1.  Comme Roger Levavasseur.
  2. Du nom de la petite ville d'Ellrich (Allemagne).