Différences entre les versions de « Port du Hâble »

De Wikimanche

(naufrage Iowa)
(bibliographie)
 
(14 versions intermédiaires par 4 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
[[Fichier:PortOmonville.jpg|thumb|right|Vue générale.]]
[[Fichier:PortOmonville.jpg|thumb|right|Vue générale.]]
Le '''port du Hâble''' est un port de la [[Manche]], situé à [[Omonville-la-Rogue]].
Le '''port du Hâble''' est un port de la [[Manche]], situé à [[Omonville-la-Rogue]].
Ligne 4 : Ligne 5 :
Il s'agit du principal port de pêche de la pointe de la [[Hague]], spécialisé dans les crustacés (crabes, homards) et les [[ormeau]]x.  
Il s'agit du principal port de pêche de la pointe de la [[Hague]], spécialisé dans les crustacés (crabes, homards) et les [[ormeau]]x.  


Il est le seul à offrir dans la Hague un accès à tout moment.
Abrité par une longue jetée, il est le seul à offrir dans la Hague un accès à tout moment. Il dispose de 52 mouillages <ref name = CD/>.
 
==Histoire==
Son origine remonterait à l'Antiquité <ref name = CD/>, époque où une voie romaine le reliait à [[Portbail]] : un cartulaire du XII{{e}} siècle indique qu'elle était encore en usage à cette époque <ref>''Mémoires de la Société nationale académique de Cherbourg'', 1879, p. 355.</ref> .
 
En [[1664]], des études confirmées par [[Vauban]] en [[1686]] et [[1694]], privilégient l'intérêt du site d'Omonville, mais finalement [[Cherbourg]] sera retenu pour construire la [[Rade de Cherbourg|grande rade]] actuelle <ref>''[[601 communes et lieux de vie de la Manche]]'', éd. Eurocibles, 2014, p.450.</ref>.
 
En [[1864]], un vapeur quatre-mâts anglais, ''[[Naufrage de l'Iowa|L'Iowa]]'', rentre nuitamment dans le port à toute vitesse et vient s'échouer sur les galets <ref name=Anquetil>[[Pierre Anquetil]], ''La [[Hague]] fouille dans son passé'', Cherbourg, Édition La Dépêche, 1974, p. 8.</ref>. L'accident n'a jamais reçu d'explication <ref name=Anquetil/>. Le bateau, jaugeant tout de même {{unité|2500| tonneaux}}, venait du Havre et se dirigeait vers New York : il avait 250 passagers à son bord <ref name=Anquetil/>. Il fallut l'alléger pour le déséchouer, ce qui prit huit mois <ref name=Anquetil/>. Il fut remorqué à [[Cherbourg]], avant de pouvoir gagner l'Angleterre <ref name=Anquetil/>.
 
La construction de la jetée s'étale de [[1875]] à [[1878]] <ref name = CD/>.
 
En [[1980]], une cargaison est mise au jour à l'entrée du port par une équipe de plongeurs amateurs, les fouilles archéologiques se poursuivent jusqu'en [[1985]]. L'épave qui daterait du début du XVIIIe siècle n'a pas pu être identifiée. Une dizaine des objets remontés est exposée au [[musée maritime de Tatihou]].
 
En février [[2009]], un pêcheur d'Omonville ramène dans ses filets le cadavre d'un baleineau de neuf tonnes ; l'animal déposé sur la cale du port du Hâble est autopsié par des scientifiques du centre des mammifères marins de La Rochelle <ref>Sabrina Rouillé, « Le baleineau d'Omonville ausculté et découpé », ''Ouest-France'', 17 février 2009 [https://saint-lo.maville.com/actu/actudet_-le-baleineau-d-omonville-ausculte-et-decoupe-p-_10-829112_actu.Htm ''(lire en ligne)'']</ref><ref>« Un pêcheur ramène un baleineau à bosse mort », ''L'Obs'', 16 février 2009.</ref>.
 
En janvier [[2019]], il intègre la [[Société publique locale d'exploitation portuaire de la Manche]] créée en 2012 <ref name = CD>[https://www.manche.fr/agit-au-quotidien/attractivite-developpement/amenagement-du-territoire/ports/les-ports-manche/ « Les ports de la Manche »], site internet du Conseil départemental de la Manche, consulté le 14 juin 2022.</ref>.
 
==Situation==
[[Fichier:Omonville-plan.jpeg|350px|vignette|Plan du XVIII{{e}} siècle.]]
 
{{#display_map:
49.706187,-1.835831
|width=
|height= 280
|zoom= 14
|layers=OpenTopoMap
| enablefullscreen = yes
}}
 
==Bibliographie==
* Joël Guesnon, « L'épave d'Omonville-la-Rogue (Manche) », ''Archaeonautica'', n° 11, 1993. pp. 31-129 [https://www.persee.fr/doc/nauti_0154-1854_1993_num_11_1_909 ''(lire en ligne)'']
* Joël Guesnon, ''Du verre sous la mer : la galiote d'Omonville-la-Rogue'', 2010
 
{{Notes et références}}


En [[1864]], un vapeur quatre-mâts anglais ''Iowa'' rentre nuitamment dans le port à toute vitesse et vient s'échouer sur les galets <ref name=Anquetil>Pierre Anquetil, ''La Hague fouille dans son passé'', éd. La Dépêche, Cherbourg, 1974, p. 8. </ref>. L'accident n'a jamais reçu d'explication <ref name=Anquetil/>. Le bateau, jaugeant tout de même 2 500 tonneaux, venait du Havre et se dirigeait vers New York : il avait 250 passagers à son bord <ref name=Anquetil/>. Il fallut l'alléger pour le déséchouer, ce qui prit huit mois <ref name=Anquetil/>. Il fut remorqué à [[Cherbourg]], avant de pouvoir gagner l'Angleterre <ref name=Anquetil/>.
==Lien interne==
* [[:Catégorie:Port du Hâble (image)|Galerie d'images]]


==Notes et références==
==Lien externe==
<references />
* Localisation : {{GeoDMS|49|42|22|N|1|50|6|W}}


[[Catégorie:Port de la Manche|Hable]]
[[Catégorie:Port de la Manche|Hable]]
[[Catégorie:Omonville-la-Rogue]]
[[Catégorie:Omonville-la-Rogue]]
{{GeoDMS|49|42|22|N|1|50|6|W}}
[[Catégorie: Article géolocalisé sur une carte]]

Version actuelle datée du 14 juin 2022 à 19:35

Vue générale.

Le port du Hâble est un port de la Manche, situé à Omonville-la-Rogue.

Il s'agit du principal port de pêche de la pointe de la Hague, spécialisé dans les crustacés (crabes, homards) et les ormeaux.

Abrité par une longue jetée, il est le seul à offrir dans la Hague un accès à tout moment. Il dispose de 52 mouillages [1].

Histoire

Son origine remonterait à l'Antiquité [1], époque où une voie romaine le reliait à Portbail : un cartulaire du XIIe siècle indique qu'elle était encore en usage à cette époque [2] .

En 1664, des études confirmées par Vauban en 1686 et 1694, privilégient l'intérêt du site d'Omonville, mais finalement Cherbourg sera retenu pour construire la grande rade actuelle [3].

En 1864, un vapeur quatre-mâts anglais, L'Iowa, rentre nuitamment dans le port à toute vitesse et vient s'échouer sur les galets [4]. L'accident n'a jamais reçu d'explication [4]. Le bateau, jaugeant tout de même 2 500 tonneaux, venait du Havre et se dirigeait vers New York : il avait 250 passagers à son bord [4]. Il fallut l'alléger pour le déséchouer, ce qui prit huit mois [4]. Il fut remorqué à Cherbourg, avant de pouvoir gagner l'Angleterre [4].

La construction de la jetée s'étale de 1875 à 1878 [1].

En 1980, une cargaison est mise au jour à l'entrée du port par une équipe de plongeurs amateurs, les fouilles archéologiques se poursuivent jusqu'en 1985. L'épave qui daterait du début du XVIIIe siècle n'a pas pu être identifiée. Une dizaine des objets remontés est exposée au musée maritime de Tatihou.

En février 2009, un pêcheur d'Omonville ramène dans ses filets le cadavre d'un baleineau de neuf tonnes ; l'animal déposé sur la cale du port du Hâble est autopsié par des scientifiques du centre des mammifères marins de La Rochelle [5][6].

En janvier 2019, il intègre la Société publique locale d'exploitation portuaire de la Manche créée en 2012 [1].

Situation

Plan du XVIIIe siècle.
Chargement de la carte...

Bibliographie

  • Joël Guesnon, « L'épave d'Omonville-la-Rogue (Manche) », Archaeonautica, n° 11, 1993. pp. 31-129 (lire en ligne)
  • Joël Guesnon, Du verre sous la mer : la galiote d'Omonville-la-Rogue, 2010

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 « Les ports de la Manche », site internet du Conseil départemental de la Manche, consulté le 14 juin 2022.
  2. Mémoires de la Société nationale académique de Cherbourg, 1879, p. 355.
  3. 601 communes et lieux de vie de la Manche, éd. Eurocibles, 2014, p.450.
  4. 4,0 4,1 4,2 4,3 et 4,4 Pierre Anquetil, La Hague fouille dans son passé, Cherbourg, Édition La Dépêche, 1974, p. 8.
  5. Sabrina Rouillé, « Le baleineau d'Omonville ausculté et découpé », Ouest-France, 17 février 2009 (lire en ligne)
  6. « Un pêcheur ramène un baleineau à bosse mort », L'Obs, 16 février 2009.

Lien interne

Lien externe