Palais de justice de Mortain : Différence entre versions

De Wikimanche

(précision)
(ref)
Ligne 2 : Ligne 2 :
 
Le '''Palais de justice''' est un monument de [[Mortain]], situé rue du Rocher.
 
Le '''Palais de justice''' est un monument de [[Mortain]], situé rue du Rocher.
  
Depuis la  [[Révolution française dans la Manche|Révolution]], le tribunal est installé au rez-de-chaussée de l'ancien hôtel particulier de [[Gabriel de Vaufleury de Saint-Cyr]] dans un état de délabrement complet<ref name = DL>[[David Lemoussu]], « Le renouveau urbain de Mortain au milieu du XIX{{e}} siècle : l'exemple du palais de justice », ''[[Revue de l'Avranchin]]'', fasc. 446, mars 2016, p.69-75</ref>.  
+
Après la  [[Révolution française dans la Manche|Révolution]], le tribunal est installé au rez-de-chaussée de l'ancien hôtel particulier de [[Gabriel de Vaufleury de Saint-Cyr]]<ref>[[Victor Gastebois]], ''Le Vieux Mortain'', 1930, p. 94 [https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k165704p/f100.item ''(lire en ligne)'']</ref> qui  se trouve dans un état de délabrement complet vers 1838<ref name = DL>[[David Lemoussu]], « Le renouveau urbain de Mortain au milieu du XIX{{e}} siècle : l'exemple du palais de justice », ''[[Revue de l'Avranchin]]'', fasc. 446, mars 2016, p.69-75</ref>.  
  
 
En [[1840]], le conseil municipal emmené par le maire [[Siméon Leverdays]] décide la construction d'un nouveau tribunal sur le Champ de foire, à la place de la halle au blé ; des pétitions contre ce projet mènent à son abandon en [[1842]]<ref name = DL/>.  
 
En [[1840]], le conseil municipal emmené par le maire [[Siméon Leverdays]] décide la construction d'un nouveau tribunal sur le Champ de foire, à la place de la halle au blé ; des pétitions contre ce projet mènent à son abandon en [[1842]]<ref name = DL/>.  

Version du 4 décembre 2019 à 17:08

Palais de justice de Mortain
(Vue ancienne)

Le Palais de justice est un monument de Mortain, situé rue du Rocher.

Après la Révolution, le tribunal est installé au rez-de-chaussée de l'ancien hôtel particulier de Gabriel de Vaufleury de Saint-Cyr[1] qui se trouve dans un état de délabrement complet vers 1838[2].

En 1840, le conseil municipal emmené par le maire Siméon Leverdays décide la construction d'un nouveau tribunal sur le Champ de foire, à la place de la halle au blé ; des pétitions contre ce projet mènent à son abandon en 1842[2].

En 1843, le conseil municipal suit les recommandations du préfet Louis Bonnet sur le choix de terrains, mais doit essuyer la colère de certains propriétaires qui refusent de vendre[2]. C'est une ordonnance royale de déclaration d'utilité publique de la construction qui débloque la situation en août 1845 ; les travaux démarrent le mois suivant et connaîtront des péripéties techniques à cause d'infiltrations d'eau et le mécontentement du nouveau préfet Ludovic Thévenin de Tanlay[2].

Ce palais de justice n'est terminé et inauguré qu'au printemps 1852[2]. ll est bâti selon les plans de l'architecte départemental Gustave Doisnard[3].

Il est de style néo-antique avec deux ailes et une cour close. C'est un des rares monuments de Mortain à avoir résisté aux bombardements lors de la bataille de Mortain en 1944[2].

Le bâtiment est désaffecté après la fermeture du Tribunal d'instance de Mortain en 2009.

Après 18 mois de transformations architecturales, il devient en décembre 2017 le Forum du Mortainais, un lieu qui accueille diverses structures en lien avec la question sociale pour tout le Mortainais : économie sociale et solidaire, point information jeunesse, maison des services au public, Fablab, maison des adolescents…[4]

Notes et références

  1. Victor Gastebois, Le Vieux Mortain, 1930, p. 94 (lire en ligne)
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 et 2,5 David Lemoussu, « Le renouveau urbain de Mortain au milieu du XIXe siècle : l'exemple du palais de justice », Revue de l'Avranchin, fasc. 446, mars 2016, p.69-75
  3. « Doisnard Gustave Napoléon », Comité des travaux historiques et scientifiques, consulté le 23 mars 2018 (lire en ligne).
  4. « Forum du Mortainais : l’ouverture annoncée », La Gazette de la Manche, 26 novembre 2017.