Musée des Beaux-Arts de Saint-Lô

De Wikimanche

Révision datée du 10 janvier 2019 à 16:28 par Dajada (discussion | contributions) (Objets : Le baiser équestre)
Musée des Beaux-Arts de Saint-Lô.JPG

Le musée des beaux-arts de Saint-Lô est un musée de la Manche, situé à Saint-Lô.

Historique

Il est fondé en 1835 par la Société d'agriculture, d'archéologie et d'histoire naturelle de la Manche qui souhaite y réunir des « produits d'histoire naturelle, des objets d'art ou d'industrie » et des documents anciens. Après un hébergement provisoire « dans un immeuble faisant partie d'un pâté de maisons en bordure de la rue longeant le parvis Notre-Dame », il est d'abord installé « dans un appartement du vieux collège, qui occupait une partie de l'ancien convent des Nouvelles Catholiques » [1]. Il prend place dans les combles de la vieille église Saint-Thomas alors transformée en théâtre [1]. En 1859, il est transféré dans la Halle aux menus grains qui vient d'être construite [1]. À la fin du XIXe siècle, le musée prend place rue Havin, regroupant collections de beaux arts, d'archéologie et d'histoire naturelle [2].

Rapidement, ses collections sont enrichies par les dons des notables saint-lois : la famille La Tour du Pin et de Louvois en 1838 (14 portraits de la Famille de Matignon-Grimaldi), les Lebrun en 1840, les Feuillet [2].

En 1940, l'État disperse les tableaux et tapisseries pour les extraire des pillages et des destructions mais ne protège pas les collections d'histoire naturelle qui disparaissent en grande partie, alors que le musée est détruit par les bombardements de juin 1944 [2].

Le musée est rouvert au rez-de-chaussée de l'hôtel de ville avec de nouvelles acquisitions picturales financées par les dommages de guerres reçus à la fin des années 1960 [2].

Jean Patounas lance la construction du centre culturel Jean-Lurçat en 1987 par Eugène Leseney. En 1989, le musée y prend place [2].

Le 19 juillet 2014, un nouvel espace est inauguré, qui est consacré à l'histoire de la ville [3].

Le recollement en 2018 a permis de comptabiliser 2 560 pièces, et de redécouvrir une Vierge à l'Enfant du peintre espagnol Juan Bautista Martínez del Mazo (XVIIe s.) mise en dépôt par le musée du Louvre en 1863[4].

Dans le cadre du dispositif national « Culture près de chez vous », le musée de Saint-Lô est l'un des dix établissements retenus pour recevoir chaque trimestre un tableau issu des collections nationales. La première toile est Nature morte à la lampe de Pablo Picasso (1936), exposée du 13 décembre 2018 au 17 mars 2019[5].

Collections

Camille Corot, Homère et les bergers.

Peintures

Le musée présente plus de cinq cents œuvres, dont une collection de peintures du XVIe au XXe siècle :

  • Sergio Di Castro a légué en 2006 224 œuvres, dont le triptyque Atelier-hiver 1960[2].

Tapisseries

Le musée abrite également de nombreuses tapisseries, datant du XVIe au XXe siècle :

  • Les Amours de Gombault et Macée, ensemble de tapisseries de Bruges montrant des scènes de la vie paysanne, fin du XVIe siècle ;
  • Tapisseries des ateliers d'Aubusson, XVIIIe siècle ;
  • Œuvres de Jean Lurçat, Mategot, Grau Garriga, Picart Ledoux, Vogensky, XXe siècle[2].
Tenture des Amours de Gombault et Macée, tapisserie de Bruges, années 1590.

Objets

Les collections sont également composées de vitraux, d'émaux, de sculptures de Coutan, Le Duc (dont Le baiser équestre, ainsi qu'un exemplaire de Reischoffen dans les réserves), de monnaies du Moyen Âge et de la Renaissance, de lithographies, de gravures, de photographies et cartes postales, de maquettes (centre hospitalier de Saint-Lô), de reconstitutions 3D, de pièces archéologiques (dont le Marbre de Thorigny) et architecturales provenant notamment du Saint-Lô médiéval [2].

Ainsi, le musée de Saint-Lô est tout à la fois un musée d'envergure nationale par la diversité de ses collections, mais aussi un musée local couvrant l'histoire de la ville de l'antiquité à l'époque contemporaine [2].

La poésie de Jean Follain, qui a écrit dans « Chef-lieu » sur les collections d'archéologie et d'histoire naturelle d'avant-guerre, y est évoquée.

Vingt-quatre pistoles espagnoles du XVIIe siècle frappées à Séville, découvertes à Donville-les-Bains en 2014 et 2016 [6].

Expositions

  • 2016 : Sous le soleil de Normandie, une journée à la mer au temps des impressionnistes (dans le cadre du festival Normandie impressionniste)
  • 2016 : Collectionneur #2 - Gaspare Manos
  • 2017 : Les secrets de la licorne
  • 2017 : Maîtres des murs
  • 2018 : Fernand Léger, le cercle
  • 2018 : Collectionneur #3 - Octave Feuillet

Fréquentation

2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Visiteurs 9 367 4 043 6 201 6 250 8 613 6 681 9 055 9 077 7 229
« Fréquentation des musées », Patrimostat, Direction générale des patrimoines, Département de la politique des publics.

Conservateurs

Bibliographie

Articles
  • Jean Barbaroux, « Peintures et dessins au musée de Saint-Lô », Art de Basse-Normandie, n° 38, été 1965
  • Jean Barbaroux, « Du nouveau au sujet du recensement des tapisseries des Amours de Gombault et Macée », Revue du département de la Manche, fasc. 46, avril 1970, p. 101-110
  • Jean-Yves Boscher, « La tenture des Amours de Gombault et Macée au musée de Saint-Lô », Revue du département de la Manche, fasc. 46, avril 1970, p. 111-139
  • J. Musset, « Musée des beaux-arts », Annuaire des cinq départements normands, congrès de Saint-Lô, 1998, pp. 25-26

Administration

Centre culturel Jean-Lurçat
Place du Champ-de-Mars, Saint-Lô
Tél. 02 33 72 52 55
Courriel : musee@saint-lo.fr

Horaires d'ouverture

- De septembre à juin : du mardi au dimanche, de 14 h à 18 h (fermeture de la billetterie à 17 h 30)
- En juillet et en août : du mardi au dimanche, de 13 h 30 à 18 h 30 (fermeture de la billetterie à 18 h)

Tarifs

Visite libre individuelle (hors période d'exposition temporaire) : 4,5 € / 2,5 €
Visite libre individuelle (en période d'exposition temporaire) : 5,50 € / 3 €
Visite libre groupes (à partir de 6 personnes payantes) 3,5 € par personne
Visite guidée (sur réservation) / Ateliers (sur réservation) /Animations (suivant programmation) : 6€ / enfants jusqu'à 12 ans : 3 €
- 4 ans : gratuit
Gratuit les premiers dimanches du mois, d'octobre à mai.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 et 1,2 « Le musée de Saint-Lô », Le Journal de la Manche, 26 février 1927 (lire en ligne).
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 2,6 2,7 et 2,8 « Musée des beaux-arts et d'histoire », réseau des musées de Basse-Normandie, Centre régional de culture ethnologique et technique, 2009 (lire en ligne) .
  3. « L'histoire de la ville entre au musée », Dimanche Ouest-France, 20 juillet 2014.
  4. « Saint-Lô. Le conseil municipal en bref », Ouest-France, 19 décembre 2018. (Lire en ligne)
  5. « Manche : un tableau de Picasso arrive à Saint-Lô ! », La Manche libre, 4 décembre 2018. (Lire en ligne).
  6. Sébastien Bréteau, « Un trésor espagnol dévoilé au musée de Saint-Lô », Dimanche Ouest-France, 16 septembre 2018.
  7. « Robert Blaizeau dirige les musées saint-lois », Ouest-France, site internet, 11 septembre 2015

Lien interne

Lien externe