Musée des beaux-arts de Saint-Lô

De Wikimanche

Révision datée du 27 mai 2018 à 21:43 par Yane (discussion | contributions) (Lien sur Corot)
Musée des Beaux-Arts de Saint-Lô.JPG

Le musée des beaux-arts de Saint-Lô est un musée de la Manche, situé à Saint-Lô.

Historique

Il est fondé en 1835 par la Société d'agriculture, d'archéologie et d'histoire naturelle de la Manche qui souhaite y réunir des « produits d'histoire naturelle, des objets d'art ou d'industrie » et des documents anciens. Rapidement, ses collections sont enrichies par les dons des notables saint-lois : la famille La Tour du Pin et de Louvois en 1838 (14 portraits de la Famille de Matignon-Grimaldi), les Lebrun en 1840, les Feuillet[1]...

À la fin du XIXe siècle, le musée prend place rue Havin, regroupant collections de beaux arts, d'archéologie et d'histoire naturelle[1].

En 1940, l'État disperse les tableaux et tapisseries pour les extraire des pillages et des destructions mais ne protège pas les collections d'histoire naturelle qui disparaissent en grande partie, alors que le musée est détruit par les bombardements de Saint-Lô en juin 1944[1].

Le musée est rouvert au rez-de-chaussée de l'hôtel de ville avec de nouvelles acquisitions picturales financées par les dommages de guerres reçus à la fin des années 1960[1].

Jean Patounas lance la construction du centre culturel Jean-Lurçat en 1987 par Eugène Leseney. En 1989, le musée y prend place[1].

Le 19 juillet 2014, un nouvel espace est inauguré, qui est consacré à l'histoire de la ville [2].

Collections

Le musée présente plus de cinq cents œuvres, dont une collection de peintures du XVIe au XXe siècles de Jordaens, Van Loo, Camille Corot (Homère et les bergers), Eugène Boudin (Coucher de soleil à marée basse), le baron Gros, Vollon, Guillaume Fouace, Rozier, Chardon, Rousseau, Campain, Jean-François Millet, Gustave Moreau (La mort de Sapho), Fernand Léger (Anniversaire), Maurice Denis (Portrait de Jean Follain)... Sergio Di Castro a légué en 2006 224 œuvres, dont le triptyque Atelier-hiver 1960[1]. Plusieurs portraits de la famille Matignon-Grimaldi.

Le musée abrite également de nombreuses tapisseries, datant du XVIe au XXe siècles, œuvres de Gombault et Macée (Les Amours, XVIe siècle), des ateliers d'Aubusson (XVIIIe siècle), de Jean Lurçat (XXe siècle), Mategot, Grau Garriga, Picart Ledoux, Vogensky[1].

Les collections sont également composé de vitraux, d'émaux, de sculptures (Coutan, Le Duc), de monnaies du Moyen Âge et de la Renaissance, de lithographies, de gravures, de photographies et cartes postales, de maquettes (centre hospitalier de Saint-Lô), de reconstitutions 3D, de pièces archéologiques (dont le Marbre de Thorigny) et architecturales provenant notamment du Saint-Lô médiéval[1].

Ainsi, le musée de Saint-Lô est tout à la fois un musée d'envergure nationale par la diversité de ses collections, mais aussi un musée local couvrant l'histoire de la ville de l'antiquité à l'époque contemporaine[1].

Y est évoquée la poésie de Jean Follain qui a écrit sur les collections d'archéologie et d'histoire naturelle d'avant-guerre dans « Chef-lieu ».

Fréquentation

2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014
Visiteurs 9 367 4 043 6 201 6 250 8 613 6 681 9 055 9 077 7 229
« Fréquentation des musées », Patrimostat, Direction générale des patrimoines, Département de la politique des publics.

Conservateurs

Bibliographie

Articles
  • Jean Barbaroux, « Peintures et dessins au musée de Saint-Lô », Art de Basse-Normandie, n° 38, été 1965
  • Jean Barbaroux, « Du nouveau au sujet du recensement des tapisseries des Amours de Gombault et Macée », Revue du département de la Manche, fasc. 46, avril 1970, p. 101-110
  • Jean-Yves Boscher, « La tenture des Amours de Gombault et Macée au musée de Saint-Lô », Revue du département de la Manche, fasc. 46, avril 1970, p. 111-139
  • J. Musset, « Musée des beaux-arts », Annuaire des cinq départements normands, congrès de Saint-Lô, 1998, pp. 25-26

Administration

Centre culturel Jean-Lurçat
Place du Champ-de-Mars, Saint-Lô.
Tél. 02 33 72 52 55

Horaires d'ouverture

- De juin à septembre : 10 h-12 h / 14 h-18 h (mardi au vendredi) ; 14 h-18 h (samedi et dimanche)
- D'octobre à mai : 14 h-18 h (mercredi au dimanche) ;

Gratuit le premier dimanche du mois.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 1,3 1,4 1,5 1,6 1,7 et 1,8 « Musée des beaux-arts et d'histoire », réseau des musées de Basse-Normandie, Centre régional de culture ethnologique et technique, 2009.
  2. « L'histoire de la ville entre au musée », Dimanche Ouest-France, 20 juillet 2014.

Lien interne