Maxwell D. Taylor : Différence entre versions

De Wikimanche

(galerie d'images)
(Biographie)
Ligne 7 : Ligne 7 :
 
Au début de la Second Guerre mondiale, Taylor est chef d'état major du [[Matthew B. Ridgway|général Ridgway]]. Promu général en [[1942]], il participe à l'invasion de la Sicile et de l'Italie.
 
Au début de la Second Guerre mondiale, Taylor est chef d'état major du [[Matthew B. Ridgway|général Ridgway]]. Promu général en [[1942]], il participe à l'invasion de la Sicile et de l'Italie.
  
Sa conduite lui vaut d'être nommé commandant de la 101{{e}} division aéroportée. Dans la nuit du [[5 juin|5]] au [[6 juin]] [[1944]], il est largué avec ses hommes au-dessus de la région de [[Sainte-Mère-Église]]. Il est ainsi le premier général américain à poser le pied en France le Jour J. Bien que dispersée, sa division réussit à prendre le contrôle des principaux axes routiers autour d'[[Utah Beach]] et permet aux troupes fraîchement débarquées de ne pas rester bloquées aux abords de la plage. Taylor établit son poste de commandement à [[Hiesville]], dans la ferme Lecaudey <ref>[[Albert Desile]], « C'est dans une ferme de Hiesville que Taylor installa son PC », ''La Manche Libre'', 16 mai 1954. </ref>. Le [[13 juin]], il engage ses troupes pour protéger [[Carentan]] d'une contre-attaque allemande et réussit à tenir jusqu'au [[29 juin]], quand la 83{{e}} division d'infanterie peut enfin lui venir en appui <ref>Stephen E. Embrose, ''Frères d'armes'', éd. Albin Michel, 2002. </ref>. Le [[20 juin]], lors d'une cérémonie au cours de laquelle Maxwell Taylor s'apprête à décorer quelques-uns de ses soldats de la 101{{e}}, un obus allemand frappe la place. Le général échappe à la mort, mais une petite fille de 8 ans, Danièle Laisney, est tuée : elle avait été choisie pour remettre un bouquet au général américain <ref>Laurent Le Goff, « Carentan se souvient de la tragédie du 20 juin 1944 », ''Ouest-France'', site internet, 26 juin 2013. </ref>.
+
Sa conduite lui vaut d'être nommé commandant de la 101{{e}} division aéroportée. Dans la nuit du [[5 juin|5]] au [[6 juin]] [[1944]], il est largué avec ses hommes au-dessus de la région de [[Sainte-Mère-Église]]. Il est ainsi le premier général américain à poser le pied en France le Jour J. Bien que dispersée, sa division réussit à prendre le contrôle des principaux axes routiers autour d'[[Utah Beach]] et permet aux troupes fraîchement débarquées de ne pas rester bloquées aux abords de la plage. Taylor établit son poste de commandement à [[Hiesville]], dans la ferme Lecaudey <ref>[[Albert Desile]], « C'est dans une ferme de Hiesville que Taylor installa son PC », ''La Manche Libre'', 16 mai 1954. </ref>. Le [[13 juin]], il engage ses troupes pour protéger [[Carentan]] d'une contre-attaque allemande et réussit à tenir jusqu'au [[29 juin]], quand la 83{{e}} division d'infanterie peut enfin lui venir en appui <ref>Stephen E. Embrose, ''Frères d'armes'', éd. Albin Michel, 2002. </ref>. Le [[20 juin]], lors d'une cérémonie au cours de laquelle Maxwell Taylor s'apprête à décorer quelques-uns de ses soldats de la 101{{e}}, un obus allemand frappe la place. Le général échappe à la mort, mais une petite fille de 8 ans, Danièle Laisney, est tuée : elle avait été choisie pour remettre un bouquet au général américain <ref>Laurent Le Goff, « Carentan se souvient de la tragédie du 20 juin 1944 », ''Ouest-France'', site internet, 26 juin 2013. </ref><ref>L'identité et l'âge de la fillette ne sont pas, encore aujourd'hui, clairement établis</ref>.
  
 
Après la Seconde Guerre mondiale, il participe à la guerre de Corée (1953) avant d'être promu en [[1962]] chef d'état major des armées des États-Unis. À ce titre, il joue un rôle important quand le président Kennedy décide de faire intervenir massivement son pays dans la guerre du Viet Nâm.
 
Après la Seconde Guerre mondiale, il participe à la guerre de Corée (1953) avant d'être promu en [[1962]] chef d'état major des armées des États-Unis. À ce titre, il joue un rôle important quand le président Kennedy décide de faire intervenir massivement son pays dans la guerre du Viet Nâm.

Version du 16 avril 2019 à 18:28

Le général Taylor.

Maxwell D. Taylor, né à Keytesville (Missouri, États-Unis) le 26 août 1901, mort à Washington (États-Unis) le 19 avril 1987, est une personnalité militaire américaine liée au département de la Manche.

Biographie

Engagé dans l'armée américaine au sortir de l'académie de West Point, il connaît plusieurs affectations avant d'être affecté à Paris, où il apprend le français.

Au début de la Second Guerre mondiale, Taylor est chef d'état major du général Ridgway. Promu général en 1942, il participe à l'invasion de la Sicile et de l'Italie.

Sa conduite lui vaut d'être nommé commandant de la 101e division aéroportée. Dans la nuit du 5 au 6 juin 1944, il est largué avec ses hommes au-dessus de la région de Sainte-Mère-Église. Il est ainsi le premier général américain à poser le pied en France le Jour J. Bien que dispersée, sa division réussit à prendre le contrôle des principaux axes routiers autour d'Utah Beach et permet aux troupes fraîchement débarquées de ne pas rester bloquées aux abords de la plage. Taylor établit son poste de commandement à Hiesville, dans la ferme Lecaudey [1]. Le 13 juin, il engage ses troupes pour protéger Carentan d'une contre-attaque allemande et réussit à tenir jusqu'au 29 juin, quand la 83e division d'infanterie peut enfin lui venir en appui [2]. Le 20 juin, lors d'une cérémonie au cours de laquelle Maxwell Taylor s'apprête à décorer quelques-uns de ses soldats de la 101e, un obus allemand frappe la place. Le général échappe à la mort, mais une petite fille de 8 ans, Danièle Laisney, est tuée : elle avait été choisie pour remettre un bouquet au général américain [3][4].

Après la Seconde Guerre mondiale, il participe à la guerre de Corée (1953) avant d'être promu en 1962 chef d'état major des armées des États-Unis. À ce titre, il joue un rôle important quand le président Kennedy décide de faire intervenir massivement son pays dans la guerre du Viet Nâm.

En 1964, il quitte l'armée pour devenir ambassadeur au Sud-Vietnam, puis conseiller du président Lyndon Johnson (1965).

Il meurt le 19 avril 1987, âgé de 85 ans.

Il est enterré au cimetière national d'Arlington.

Hommages

Une rue de Carentan-les-Marais perpétue sa mémoire.

Notes et références

  1. Albert Desile, « C'est dans une ferme de Hiesville que Taylor installa son PC », La Manche Libre, 16 mai 1954.
  2. Stephen E. Embrose, Frères d'armes, éd. Albin Michel, 2002.
  3. Laurent Le Goff, « Carentan se souvient de la tragédie du 20 juin 1944 », Ouest-France, site internet, 26 juin 2013.
  4. L'identité et l'âge de la fillette ne sont pas, encore aujourd'hui, clairement établis

Lien interne