Maurice Le Vaillant de Folleville (1938) : Différence entre versions

De Wikimanche

(Modèles date naissance et décès)
m (Momo50 a déplacé la page Maurice de Folleville vers Maurice Le Vaillant de Folleville (1938) : homonymie)
(Une révision intermédiaire par le même utilisateur non affichée)
Ligne 1 : Ligne 1 :
'''Maurice de Folleville''', né dans la [[Manche]] en [[1940]] et {{date décès|28|6|2012|Saint-Côme-du-Mont}}, est une personnalité hippique et politique de la Manche.
+
'''Maurice''' René Gaston Victor '''Le Vaillant de Folleville''', {{date naissance et décès|1|8|1938|28|6|2012|Saint-Côme-du-Mont}} <ref> « Acte de décès n° 7 - État-civil de Saint-Côme-du-Mont - Fichier des personnes décédées », ''data.gouv.fr'', Insee, année 2012.</ref>, est une personnalité hippique et politique de la Manche.
  
Commerçant en bestiaux et cavalier de concours hippiques, Maurice de Folleville fait un stage de trot à la fin des années 1950 chez Roger Céran-Maillard qui lui vend sa première jument, ''La Ronce'' <ref name=pdlm>« Maurice de Folleville, grande figure du monde hippique », ''La Presse de la Manche'', 2 juillet 2012.</ref>.  
+
== Biographie ==
 +
Maurice Le Vaillant de Folleville est le fils de [[Maurice Le Vaillant de Folleville (1910)|Maurice Le Vaillant de Folleville]] maire de Saint-Côme-du-Mont de [[1947]] à [[1983]].
  
Sa casaque marron, manches vertes, toque jaune, emporte le prestigieux prix de Cornulier en [[1964]] avec ''Prince de Veys'', monté par Jean Mary. Ensuite, ses chevaux ''Quito P'' et ''Idée Baroque'' s'illustrent au plus haut niveau avec le Prix de Normandie et de Londres en [[1965]] pour le premier, et le Prix de Londres en 1980 et 1981 pour le second avec Yves Dreux, comme ''Hêtre Vert'', « petit-fils » de ''La Ronce''<ref name=pdlm/>, drivé par [[François Brohier]]. Il devient éleveur et étalonnier réputé, en collaboration avec Jean-Yves Rozé <ref name=paristurf>« Hommage à Maurice de Folleville », ''paris-turf.com'', site internet, 29 juin 2012 [http://www.paris-turf.com/pid59-cid143953-hommage-a-maurice-de-folleville.html ''(lire en ligne)''].</ref>.  
+
Commerçant en bestiaux et cavalier de concours hippiques, il fait un stage de trot à la fin des années 1950 chez Roger Céran-Maillard qui lui vend sa première jument, ''La Ronce'' <ref name=pdlm>« Maurice de Folleville, grande figure du monde hippique », ''La Presse de la Manche'', 2 juillet 2012.</ref>.  
  
Il intègre en [[1983]] le comité de la société d'encouragement du cheval français, coordinatrice des courses de trot en France, et est porté à sa vice-présidence en [[1989]] et y préside la commission supérieure. Il préside la [[Société de courses de Carentan]] depuis le milieu des années 1980, et prend la tête de l'hippodrome de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) dans les années 1990 <ref name=pdlm/>. Il préside également la commission de Grosbois et l'association des éleveurs normands, et siège à la commission du stud-book du trotteur français <ref name=paristurf/>.
+
En [[1961]], il épouse Jacqueline Levesque, fille d'[[Henri Lévesque]]. De cette union naissent quatre enfants dont l'entraîneur Bertrand de Folleville <ref name=paristurf/>.
  
En [[1961]], il épouse Jacqueline Levesque, fille d'[[Henri Lévesque]]. De cette union naissent quatre enfants dont l'entraîneur Bertrand de Folleville <ref name=paristurf/>.
+
Son écurie, avec sa casaque marron, manches vertes, toque jaune, emporte le prestigieux prix de Cornulier en [[1964]] avec ''Prince de Veys'', monté par Jean Mary. Ensuite, ses chevaux ''Quito P'' et ''Idée Baroque'' s'illustrent au plus haut niveau avec le Prix de Normandie et de Londres en [[1965]] pour le premier, et le Prix de Londres en 1980 et 1981 pour le second avec Yves Dreux, comme ''Hêtre Vert'', « petit-fils » de ''La Ronce''<ref name=pdlm/>, drivé par [[François Brohier]]. Il devient éleveur et étalonnier réputé, en collaboration avec Jean-Yves Rozé <ref name=paristurf>« Hommage à Maurice de Folleville », ''paris-turf.com'', site internet, 29 juin 2012 [http://www.paris-turf.com/pid59-cid143953-hommage-a-maurice-de-folleville.html ''(lire en ligne)''].</ref>.  
  
Il a été maire de Saint-Côme-du-Mont dans les années 1970.
+
Il intègre en [[1983]] le comité de la société d'encouragement du cheval français, coordinatrice des courses de trot en France, et est porté à sa vice-présidence en [[1989]] et y préside la commission supérieure. Il préside la [[Société de courses de Carentan]] depuis le milieu des années 1980, et prend la tête de l'hippodrome de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) dans les années 1990 <ref name=pdlm/>. Il préside également la commission de Grosbois et l'association des éleveurs normands, et siège à la commission du stud-book du trotteur français <ref name=paristurf/>.
  
==Hommages==
+
== Hommages ==
 
L'[[Hippodrome Maurice-de-Folleville (Carentan)|hippodrome de Carentan]] porte son nom.
 
L'[[Hippodrome Maurice-de-Folleville (Carentan)|hippodrome de Carentan]] porte son nom.
  
Ligne 17 : Ligne 18 :
  
 
{{DEFAULTSORT:Folleville, Maurice de}}
 
{{DEFAULTSORT:Folleville, Maurice de}}
 +
[[Catégorie:Biographie]]
 
[[Catégorie:Hippisme dans la Manche]]
 
[[Catégorie:Hippisme dans la Manche]]
 
[[Catégorie:Personnalité sportive de la Manche]]
 
[[Catégorie:Personnalité sportive de la Manche]]
[[Catégorie:Biographie]]
 
[[Catégorie:Maire de Saint-Côme-du-Mont]]
 
[[Catégorie:Naissance en 1940]]
 

Version du 23 mai 2020 à 20:36

Maurice René Gaston Victor Le Vaillant de Folleville, né à Saint-Côme-du-Mont le 1er août 1938 et mort dans la même commune le 28 juin 2012 [1], est une personnalité hippique et politique de la Manche.

Biographie

Maurice Le Vaillant de Folleville est le fils de Maurice Le Vaillant de Folleville maire de Saint-Côme-du-Mont de 1947 à 1983.

Commerçant en bestiaux et cavalier de concours hippiques, il fait un stage de trot à la fin des années 1950 chez Roger Céran-Maillard qui lui vend sa première jument, La Ronce [2].

En 1961, il épouse Jacqueline Levesque, fille d'Henri Lévesque. De cette union naissent quatre enfants dont l'entraîneur Bertrand de Folleville [3].

Son écurie, avec sa casaque marron, manches vertes, toque jaune, emporte le prestigieux prix de Cornulier en 1964 avec Prince de Veys, monté par Jean Mary. Ensuite, ses chevaux Quito P et Idée Baroque s'illustrent au plus haut niveau avec le Prix de Normandie et de Londres en 1965 pour le premier, et le Prix de Londres en 1980 et 1981 pour le second avec Yves Dreux, comme Hêtre Vert, « petit-fils » de La Ronce[2], drivé par François Brohier. Il devient éleveur et étalonnier réputé, en collaboration avec Jean-Yves Rozé [3].

Il intègre en 1983 le comité de la société d'encouragement du cheval français, coordinatrice des courses de trot en France, et est porté à sa vice-présidence en 1989 et y préside la commission supérieure. Il préside la Société de courses de Carentan depuis le milieu des années 1980, et prend la tête de l'hippodrome de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) dans les années 1990 [2]. Il préside également la commission de Grosbois et l'association des éleveurs normands, et siège à la commission du stud-book du trotteur français [3].

Hommages

L'hippodrome de Carentan porte son nom.

Notes et références

  1. « Acte de décès n° 7 - État-civil de Saint-Côme-du-Mont - Fichier des personnes décédées », data.gouv.fr, Insee, année 2012.
  2. 2,0 2,1 et 2,2 « Maurice de Folleville, grande figure du monde hippique », La Presse de la Manche, 2 juillet 2012.
  3. 3,0 3,1 et 3,2 « Hommage à Maurice de Folleville », paris-turf.com, site internet, 29 juin 2012 (lire en ligne).