Différences entre versions de « Marie Ravenel »

De Wikimanche

m (→‎Bibliographie : correction)
(+ hommage)
Ligne 15 : Ligne 15 :
 
==Bibliographie==
 
==Bibliographie==
 
* Deschamps, « Marie Ravenel, poétesse en sabots », mémoire de l'École normale d'instituteurs de la Manche présenté en 1953, manuscrit, 170 pages, cité dans ''Annales de Normandie'', 4{{e}} année, n° 2, mai 1954
 
* Deschamps, « Marie Ravenel, poétesse en sabots », mémoire de l'École normale d'instituteurs de la Manche présenté en 1953, manuscrit, 170 pages, cité dans ''Annales de Normandie'', 4{{e}} année, n° 2, mai 1954
 +
 +
==Hommage==
 +
* Un bâtiment de la résidence Les Hortensias à [[Cherbourg-Octeville]] porte le nom de Marie Ravenel.
  
 
==Notes==
 
==Notes==

Version du 6 avril 2012 à 10:25

Marie Ravenel, née à Réthoville le 21 août 1811 [1], décédée à Fermanville le 8 mars 1893, est une poétesse de la Manche, qui a surtout chanté le Val de Saire.

Biographie

Cette poétesse a donné son nom au moulin connu aussi sous le nom de « moulin de la Coudrairie » à Réthoville, près de Fermanville. Celui-ci se visite. Elle naquit dans ce moulin en 1811 où son père était meunier. Dès l’âge de 5 ans, elle lisait parfaitement.

Elle a écrit des mémoires ainsi que des pièces en vers. Ses premières oeuvres furent éditées en 1852, puis en 1860. Elles ont été rééditées en 2003 et sont toujours disponibles.

Une stèle célèbre sa mémoire à Fermanville. Elle a été inaugurée le 20 août 1905, en présence notamment de Charles Gohel.

Depuis 1905, une place de Cherbourg porte son nom.

Œuvres

  • Œuvres complètes, tome I et II, imprimerie Le Maout, Cherbourg, 1898

Bibliographie

  • Deschamps, « Marie Ravenel, poétesse en sabots », mémoire de l'École normale d'instituteurs de la Manche présenté en 1953, manuscrit, 170 pages, cité dans Annales de Normandie, 4e année, n° 2, mai 1954

Hommage

  • Un bâtiment de la résidence Les Hortensias à Cherbourg-Octeville porte le nom de Marie Ravenel.

Notes

  1. Paul Ingouf, Fermanville, commune du Cotentin, impr. La Dépêche, 1975. D'autres sources donnent le 23 mars de la même année.

Lien externe