Marie Lamotte

De Wikimanche

Révision datée du 5 décembre 2019 à 11:08 par Momo50 (discussion | contributions) (Création à vérifier)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Marie Jeanne Lamotte, née à Cherbourg le 3 mai 1893 [1] et morte à Équeurdreville-Hainneville le 27 janvier 1972 [1], est une syndicalistes SNI, militante communiste et résistante de la Manche, institutrice de profession.

Biographie

Elle est la fille d'Oscar Lamotte, maître cordonnier et de Jeanne Pilet. Marie est la sœur de Jean Lamotte (1902-1988), instituteur et résistant FFI-FTP pendant la Seconde Guerre mondiale.

Elle se marie à Cherbourg le 4 septembre 1913, en première noces, avec Jules Munsch [1] et à Équeurdreville le 4 mai 1920, en secondes noces, avec Pierre Rouxel [1], instituteur.

Militante active, elle et son mari sont « déplacés d’office » en 1922 dans le sud de la Manche à Martigny. Ils se lient d’amitié avec Blanche Maupas pour son combat pour les Fusillés de Souain.

De retour à Équeurdreville en 1931 avec son mari, elle anime diverses associations de l’agglomération cherbourgeoise liées au Parti communiste comme le Secours rouge (futur Secours populaire), ainsi que le mouvement pacifiste et antifasciste Amsterdam-Pleyel. Marie est responsable locale du « Comité des femmes contre la guerre et le fascisme ». Elle prend la parole dans de nombreux meetings, dont certains en faveur de l’Espagne républicaine. Son engagement politique lui vaut des sanctions de la part des autorités académiques qui bloquent son avancement.

Durant l’Occupation, elle recueille son petit fils André (Claude) Defrance âgé de 6 ans. En mai 1940, l'acharnement administratif et politique à leur égard se poursuit avec leur déplacement à Saint-Martin-de-Lamps (Indre) en application des lois du ministre Sérol.

Elle est réintégrée dans la Manche, avec son mari, en octobre 1944.

En octobre 1945, Marie est candidate sur la liste Manchoise du Parti communiste français (PCF).

Renseignements divers

Avec Pierre Rouxel, elle a eu quatre enfants dont l'aîné Pierre (Louis) fut résistant.

Autres résistants de leur famille : Juliette Defrance, fille de Marie de son premier mariage, Jean Lamotte, frère de Marie et André Defrance leur gendre.

Sources

  • Archives des familles Rouxel et Defrance.
  • Figures communistes de la Manche de 1920 à 1945. Brochure éditée par la Fédération de la Manche du PCF. 2018.
  • Archives du SNI.

Notes et références

  1. 1,0 1,1 1,2 et 1,3 AD50 - Acte de naissance n° 338 (lire en ligne)