Différences entre versions de « Manche numérique »

De Wikimanche

(Nouvelle page : ====== Manche Numérique ====== **Manche numérique, c'est quoi ?** Manche Numérique est un syndicat mixte. Il est créé depuis juin 2004 et exerce deux compétences : * l'am...)
 
(→‎Le déploiement des infrastructures : Cour régional des comptes)
 
(68 versions intermédiaires par 12 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
====== Manche Numérique ======
+
[[Fichier:MANCHE-NUMERIQUE-RVB.png|250px|vignette]]
 +
'''Manche numérique''' est un [[syndicat mixte]] de la [[Manche]].
  
**Manche numérique, c'est quoi ?**
+
Il est créé le [[23 avril]] [[2004]] à l'initiative du département, des communatés de communes et d'agglomération de la Manche <ref>« La Manche, un territoire aménagé en internet très haut débit », ''Ouest-France'', 24 juin 2021.</ref>.
  
 +
Il est présidé par [[Antoine Delaunay]] depuis septembre [[2021]].
  
Manche Numérique est un syndicat mixte. Il est créé depuis juin 2004 et exerce deux compétences :
+
Il est spécialisé dans l'aménagement numérique du territoire : déploiement des infrastructures de télécommunications et promotion des usages en matière de technologies de l'information et de la communication. Ses membres sont le [[Conseil départemental de la Manche]], toutes les [[Liste des intercommunalités de la Manche|communautés de communes de la Manche]], la [[Communauté d'agglomération du Cotentin]] et la commune-canton d'[[Isigny-le-Buat]]
  * l'aménagement numérique du territoire : déploiement des infrastructures de télécommunications et promotion des usages en matière de technologies de l'information et de la communication, TIC (volet 1),
 
  * l'assistance à l'informatique de gestion (volet 2).
 
  
Ses membres sont, pour le volet 1, le Conseil général, toutes les communautés de communes de la Manche, la Communauté Urbaine de Cherbourg et la Commune-canton d'Isigny-le-Buat ; pour le volet 2, ses membres sont actuellement plus de 400 et sont des communes, des communautés de communes, des maisons de retraites, etc.
+
Il a aussi longtemps assuré l'assistance informatique des collectivités territoriales avant de la céder le [[1er janvier|{{1er}} janvier]] [[2021]] au [[Conseil départemental de la Manche|Conseil départemental]] à la suite d'une restructuration <ref>Cyrille Calmets, « Manche numérique perd la moitié de ses agents », ''Ouest-France'', site internet, 14 novembre 2020. </ref>.
  
===== Aménagement numérique du territoire =====
+
== Aménagement numérique du territoire ==
  
==== La Délégation de service public ====
+
[[Fichier:10 ans de Manche numérique - Exposant Manche numérique Mimo.jpg|thumb|250px|Le stand de Manche numérique lors de ses 10 ans ''(2014)''.]]
Le cadre juridique retenu pour déployer et exploiter le réseau haut débit (infrastructure optique et boucles locales)) est celui de la délégation de service public. La procédure de publicité et de mise en concurrence lancée le 22 novembre 2004 a abouti, un an plus tard, au choix d’un délégataire. Il s’agit du groupement LD COLLECTIVITES - VINCI NETWORKS - AXIA FRANCE qui, pour assurer cette délégation, a créé la société [[Manche Télécom]].  
+
 
 +
=== La délégation de service public ===
 +
 
 +
Le cadre juridique retenu pour déployer et exploiter le réseau haut débit (infrastructure optique et boucles locales) est celui de la délégation de service public. La procédure de publicité et de mise en concurrence lancée le 22 novembre 2004 a abouti, un an plus tard, au choix d’un délégataire. Il s’agit du groupement LD Collectivités - Vinci Networks - Axia France qui, pour assurer cette délégation, a créé la société [[Manche Telecom]].
  
 
Le délégataire doit donc accomplir, pour une durée de 15 ans, ses missions au meilleur des intérêts de la Manche. Compétitivité optimale et durable ainsi que couverture totale du territoire constituent les enjeux majeurs de cette délégation de service public.
 
Le délégataire doit donc accomplir, pour une durée de 15 ans, ses missions au meilleur des intérêts de la Manche. Compétitivité optimale et durable ainsi que couverture totale du territoire constituent les enjeux majeurs de cette délégation de service public.
  
==== Le déploiement des infrastructures ====
+
=== Le déploiement des infrastructures ===
Le Backbone Universel de Services de la Manche est une dorsale en fibre optique sur laquelle viennent se greffer les réseaux de desserte ou "boucles locales" (ex. l’ADSL, les courants porteurs en ligne, le satellite, le WiMax ou le WiFi). Via ces boucles locales, l'usager peut accéder à l'internet rapide.  
+
 
 +
[[Image:080424 MN Carte du BUS simplifie.png|right|250px|vignette|Carte du réseau optique départemental en 2008.]]
 +
 
 +
Le Backbone universel de services (Bus) de la Manche est une dorsale en fibre optique sur laquelle viennent se greffer les réseaux de desserte ou « boucles locales » (ex. l’ADSL, les courants porteurs en ligne, le satellite, le WiMax ou le WiFi). Via ces boucles locales, l'usager peut accéder à l'internet rapide.
 +
 
 +
La création du BUS constitue l'un des projets les plus ambitieux réalisés par les autorités publiques dans la Manche. Le Bus fédère un nombre important d’acteurs et de technologies. En effet, la consultation publique lancée en [[2000]] a permis de recenser les besoins des opérateurs et des usagers et a confirmé la pertinence voire la nécessité de l’intervention des autorités publiques.
 +
 
 +
Le premier maillon du BUS de la Manche est installé sur le réseau électrique de RTE en 2002. Le chantier a duré deux mois et a permis d’équiper environ {{unité|95|kilomètres}} de lignes à haute et très haute tension entre Cherbourg et Saint-Lô. Ces travaux ont été réalisés en un temps record, au rythme de {{unité|9|kilomètres}} par semaine. Les fibres ont été posées suivant la technologie « câbles optiques enroulés ».
 +
 
 +
Maintenant, le réseau optique fait plus de {{unité|1200|kilomètres}} et son déploiement se poursuit.
 +
 
 +
Le [[14 janvier]] [[2019]], [[Marc Lefèvre]], président du [[Conseil départemental de la Manche]], admet que le résultat n'est pas à la hauteur des attentes de l'institution, mais il estime que ces dernières étaient « irréalisables » compte tenu des obstacles « plus nombreux et plus complexes » que prévu <ref name=OF1>Christophe Leconte, « Manche numérique : “Des ambitions en parties irréalisables” », ''Ouest-France'', site internet [https://www.ouest-france.fr/normandie/saint-lo-50000/manche-numerique-des-ambitions-en-partie-irrealisables-6172260 ''(lire en ligne)'']. </ref>. Il indique que les moyens sont désormais mobilisés pour arriver à {{nombre|200000}} prises fin 2021 et {{unité|95|%}} du département couverts en 2025 <ref name=OF1/>.
 +
 
 +
En [[2020]], « La {{formatnum:100000}}{{e}} prise optique livrée dans la Manche : un foyer manchois sur trois peut en bénéficier ! », « La Région Normandie, le département, les EPCI et Manche numérique avec le soutien de l'État accélèrent le déploiement de la fibre optique dans la Manche »<ref>Pleine page de publicité dans la presse (''Ouest-France'', ''La Manche Libre'', ''La Gazette de la Manche''), 7 février 2020.</ref>.
 +
 
 +
En [[2021]], la Cour régionale des comptes publie un rapport très critique sur la gestion de la période 2015-2019 <ref name=OF2>Christophe Leconte, « Manche numérique : une critique des années 2010 », ''Ouest-France'', site internet, 20 octobre 2021. </ref>. Les magistrats notent d'abord que, sur les trois objectifs qui lui avaient été assignés en 2011, la création d’un écosystème numérique départemental, la couverture du territoire en réseaux de fibre optique à l’abonné et la réalisation d’un pôle de formation, qui lui avaient été assignés en 2011, seul le premier a été atteint <ref name=OF2/>. Ils pointent aussi de « nombreuses anomalies » et des « carences » dans la gestion, ainsi qu'un encadrement « limité et instable » <ref name=OF2/>.
 +
 
 +
=== Le déploiement des boucles locales ===
 +
 
 +
==== WiFiMax ====
 +
 
 +
Le réseau WiFi compte plus de 210 relais répartis sur tout le territoire départemental et situés sur des points hauts stratégiques (châteaux d'eau, églises, bâtiments, pylônes, etc.)
 +
 
 +
==== L'ADSL et le dégroupage ====
 +
 
 +
Tous les centraux téléphoniques de la Manche seront dégroupés par Manche Télécom.
 +
 
 +
* ''voir la page [[Dégroupage Haut Débit]]''
 +
* ''voir la [http://www.manchenumerique.fr/ant/Avancement_du_degroupage.png carte du dégroupage]''
  
La création du BUS, constitue l'un des projets les plus ambitieux réalisés par les autorités publiques dans la Manche. Le BUS fédère un nombre important d’acteurs et de technologies. En effet, la consultation publique lancée en 2000 a permis de recenser les besoins des opérateurs et des usagers et a confirmé la pertinence voire la nécessité de l’intervention des autorités publiques.
+
=== Le développement des usages ===
  
Le premier maillon du BUS de la Manche est installé sur le réseau électrique de RTE en 2002. Le chantier a duré deux mois et a permis d’équiper environ 95 kilomètres de lignes à haute et très haute tension entre Cherbourg et Saint-. Ces travaux ont été réalisés en un temps record, au rythme de 9 kilomètres par semaine. Les fibres ont été posées suivant la technologie "Câbles optiques enroulés".  
+
Manche numérique poursuit d’une part de nombreux projets initiés par le département de la Manche depuis le milieu des années 1990, et d’autre part s’engage dans la promotion de nouveaux usages. Ces projets touchent de nombreux secteurs d'activités : enseignement et formation (ex. réseau de visioconférence, [[Espaces publics numériques de la Manche|espaces publics numériques]]), social et santé (ex. [[visio-relais de service public]] [http://www.manche-sante.fr/ Manche Santé]), économie et industrie, administration (ex. plate-forme de dématérialisation, Service-public local).
  
Maintenant, le réseau optique fait près de 1000 km et son déploiement se poursuit.
+
== Compétence assistance à l'informatique de gestion ==
  
 +
L'historique de l'assistance informatique aux collectivités remonte à juin [[1989]], avec la création de l'Association départementale pour l'informatique et les techniques de communication (Aditec), à l'initiative d'élus du département de la Manche.
  
==== Le déploiement des boucles locales ====
+
La principale mission de l'Aditec consistait à venir en aide aux collectivités et établissements publics de la Manche, dans le domaine informatique. L'idée de départ fut de créer un réseau d'échanges entre ces collectivités et établissements publics, autour d'outils de gestion communs. Cette démarche visait une mutualisation des coûts.
===WiFi===
 
Le réseau [[WiFi]] compte plus de 200 relais
 
(voir la [[http://www.normandie-sansfil.com/forum/map.php|carte des relais WiFi]])
 
===L'ADSL et le dégroupage===
 
Tous les centraux téléphoniques de la Manche seront dégroupés par [[Manche Télécom]].
 
(voir la [[http://www.manchenumerique.fr/ant/Avancement_du_degroupage.png|carte du dégroupage]])
 
  
 +
Puis, depuis le milieu des années 1990, l'Aditec a été le relais, auprès des collectivités, de la politique TIC du [[Conseil départemental de la Manche]].
  
 +
À la création de Manche numérique, l'intégralité des missions de l'Aditec perdure : la même équipe de techniciens formateurs continue à assurer ces prestations au sein du syndicat, au titre de la seconde compétence, "Assistance à l'informatique de gestion".
  
==== Le développement des usages ====
+
L'assistance informatique aux collectivités fait partie des services à caractère économique, juridiquement connus sous le vocable de "services publics industriels et commerciaux" (SPIC), dont les prestations sont payantes et couvrent normalement leurs coûts de fonctionnement.
Manche Numérique poursuit d’une part de nombreux projets initiés par le Département de la Manche depuis le milieu des années 90, et d’autre part s’engage dans la promotion de nouveaux usages. Ces projets touchent de nombreux secteurs d'activités: enseignement et formation (ex. réseau de visioconférence, espaces publics numériques), social et santé (ex. VisioGuichets, Manche Santé), économie et industrie, administration (ex. plate-forme de dématérialisation, Service-Public Local).  
 
  
===== Compétence assistance à l'informatique de gestion  =====
+
Les activités exercées dans ce cadre sont soumises à un régime juridique particulier, différent de celui des autres activités de Manche numérique (ex.: développement des usages, déploiement des infrastructures haut débit).
L'historique de l'assistance informatique aux collectivités remonte à juin 1989, avec la création de l'Association Départementale pour l'Informatique & les TEchniques de Communication (ADITEC), à l'initiative d'élus du département de la Manche.  
 
  
La principale mission de l'ADITEC consistait à venir en aide aux collectivités et établissements publics de la Manche, dans le domaine informatique. L'idée de départ fut de créer un réseau d'échanges entre ces collectivités et établissements publics, autour d'outils de gestion communs. Cette démarche visait une mutualisation des coûts.  
+
==Procès==
 +
En [[2020]], l'entreprise Manche Haut Débit du groupe [[Nomotech]] assigne Manche numérique devant le tribunal administratif de Caen, lui reprochant de lui avoir fait perdre beaucoup d'argent par ses « retards » et ses « manquements graves » dans sa mission de déploiement de la fibre optique <ref>« Déploiement de la fibre : l'exploitant réclame plusieurs millions d'euros à Manche Numérique », ''La Presse de la Manche'', site internet, 11 décembre 2020. </ref>. Elle lui réclame {{unité|7,3|millions d'euros}} de dommages intérêts. Finalement, le [[2 juin]] [[2021]], une transaction amiable a lieu entre les deux sociétés qui aboutit à ce que Manche numérique indemnise Manche Haut Débit de {{unité|4|millions d'euros}} <ref>« Un compromis à 4 millions d'euros entre Manche Numérique et Manche Haut Débit », ''La Presse de la Manche'', site internet, 3 juin 2021. </ref>.
  
Puis, depuis le milieu des années 90, l'ADITEC a été le relais, auprès des collectivités, de la politique TIC du Conseil général de la Manche.
+
== Présidents ==
  
À la création de Manche Numérique, l'intégralité des missions de l'ADITEC perdurent: la même équipe de techniciens formateurs continue à assurer ces prestations au sein du syndicat, au titre de la seconde compétence, "Assistance à l'informatique de gestion".
+
* [[2004]]-2015 : [[Gilles Quinquenel]]
 +
* [[2015]]-2021 : [[Serge Deslandes]]
 +
* [[2021]]-''(en cours)'' : [[Antoine Delaunay]]
  
L'assistance informatique aux collectivités fait partie des services à caractère économique, juridiquement connus sous le vocable de "services publics industriels et commerciaux" (SPIC), dont les prestations sont payantes et couvrent normalement leurs coûts de fonctionnement.
+
== Administration ==
  
Les activités exercées dans ce cadre sont soumises à un régime juridique particulier, différent de celui des autres activités de Manche Numérique (ex.: développement des usages, déploiement des infrastructures haut débit).  
+
Directeur général des services :
 +
* [[2004]]-2009 : Philippe Le Grand
 +
* [[2009]]-2016 : [[Roland Courteille]]
 +
* [[2017]]-[[2018]] : Morgan Hervé
 +
* [[2019]]-''actuel'' : [[Rachid Mammeri]] <ref>« Numérique : "Non, la Manche n'est pas en retard" », ''Ouest-France'', 29 octobre 2019.</ref>
  
 +
''Adresse'' : zone Delta <br/>
 +
235, [[Rue Joseph-Cugnot (Saint-Lô)|rue Joseph-Cugnot]] <br/>
 +
50000 Saint-Lô <br/>
 +
Tél. 02 33 77 83 60
  
===== L'équipe =====
+
{{Notes et références}}
L'équipe de Manche Numérique est composée de 16 personnes :
 
  * Assistance à l'informatique de gestion  : une directrice et 4 techniciens
 
  * Aménagement numérique du territoire : 1 directeur, un pôle administratif et juridique (3 personnes), un pôle infra (3 personnes), un pôle usages (3 personnes) et une responsable de communication.
 
  
 +
== Lien interne ==
 +
* [[:Catégorie:Manche numérique (image)|Galerie d'images]]
  
 +
== Lien externe ==
 +
* [http://www.manchenumerique.fr Site officiel]
  
===== Liens =====
+
[[Catégorie:Manche numérique| ]]
Pour tout connaitre sur Manche Numérique, un seul lien : www.manchenumerique.fr
 

Version actuelle datée du 21 octobre 2021 à 18:10

MANCHE-NUMERIQUE-RVB.png

Manche numérique est un syndicat mixte de la Manche.

Il est créé le 23 avril 2004 à l'initiative du département, des communatés de communes et d'agglomération de la Manche [1].

Il est présidé par Antoine Delaunay depuis septembre 2021.

Il est spécialisé dans l'aménagement numérique du territoire : déploiement des infrastructures de télécommunications et promotion des usages en matière de technologies de l'information et de la communication. Ses membres sont le Conseil départemental de la Manche, toutes les communautés de communes de la Manche, la Communauté d'agglomération du Cotentin et la commune-canton d'Isigny-le-Buat

Il a aussi longtemps assuré l'assistance informatique des collectivités territoriales avant de la céder le 1er janvier 2021 au Conseil départemental à la suite d'une restructuration [2].

Aménagement numérique du territoire

Le stand de Manche numérique lors de ses 10 ans (2014).

La délégation de service public

Le cadre juridique retenu pour déployer et exploiter le réseau haut débit (infrastructure optique et boucles locales) est celui de la délégation de service public. La procédure de publicité et de mise en concurrence lancée le 22 novembre 2004 a abouti, un an plus tard, au choix d’un délégataire. Il s’agit du groupement LD Collectivités - Vinci Networks - Axia France qui, pour assurer cette délégation, a créé la société Manche Telecom.

Le délégataire doit donc accomplir, pour une durée de 15 ans, ses missions au meilleur des intérêts de la Manche. Compétitivité optimale et durable ainsi que couverture totale du territoire constituent les enjeux majeurs de cette délégation de service public.

Le déploiement des infrastructures

Carte du réseau optique départemental en 2008.

Le Backbone universel de services (Bus) de la Manche est une dorsale en fibre optique sur laquelle viennent se greffer les réseaux de desserte ou « boucles locales » (ex. l’ADSL, les courants porteurs en ligne, le satellite, le WiMax ou le WiFi). Via ces boucles locales, l'usager peut accéder à l'internet rapide.

La création du BUS constitue l'un des projets les plus ambitieux réalisés par les autorités publiques dans la Manche. Le Bus fédère un nombre important d’acteurs et de technologies. En effet, la consultation publique lancée en 2000 a permis de recenser les besoins des opérateurs et des usagers et a confirmé la pertinence voire la nécessité de l’intervention des autorités publiques.

Le premier maillon du BUS de la Manche est installé sur le réseau électrique de RTE en 2002. Le chantier a duré deux mois et a permis d’équiper environ 95 kilomètres de lignes à haute et très haute tension entre Cherbourg et Saint-Lô. Ces travaux ont été réalisés en un temps record, au rythme de 9 kilomètres par semaine. Les fibres ont été posées suivant la technologie « câbles optiques enroulés ».

Maintenant, le réseau optique fait plus de 1 200 kilomètres et son déploiement se poursuit.

Le 14 janvier 2019, Marc Lefèvre, président du Conseil départemental de la Manche, admet que le résultat n'est pas à la hauteur des attentes de l'institution, mais il estime que ces dernières étaient « irréalisables » compte tenu des obstacles « plus nombreux et plus complexes » que prévu [3]. Il indique que les moyens sont désormais mobilisés pour arriver à 200 000 prises fin 2021 et 95 % du département couverts en 2025 [3].

En 2020, « La 100 000e prise optique livrée dans la Manche : un foyer manchois sur trois peut en bénéficier ! », « La Région Normandie, le département, les EPCI et Manche numérique avec le soutien de l'État accélèrent le déploiement de la fibre optique dans la Manche »[4].

En 2021, la Cour régionale des comptes publie un rapport très critique sur la gestion de la période 2015-2019 [5]. Les magistrats notent d'abord que, sur les trois objectifs qui lui avaient été assignés en 2011, la création d’un écosystème numérique départemental, la couverture du territoire en réseaux de fibre optique à l’abonné et la réalisation d’un pôle de formation, qui lui avaient été assignés en 2011, seul le premier a été atteint [5]. Ils pointent aussi de « nombreuses anomalies » et des « carences » dans la gestion, ainsi qu'un encadrement « limité et instable » [5].

Le déploiement des boucles locales

WiFiMax

Le réseau WiFi compte plus de 210 relais répartis sur tout le territoire départemental et situés sur des points hauts stratégiques (châteaux d'eau, églises, bâtiments, pylônes, etc.)

L'ADSL et le dégroupage

Tous les centraux téléphoniques de la Manche seront dégroupés par Manche Télécom.

Le développement des usages

Manche numérique poursuit d’une part de nombreux projets initiés par le département de la Manche depuis le milieu des années 1990, et d’autre part s’engage dans la promotion de nouveaux usages. Ces projets touchent de nombreux secteurs d'activités : enseignement et formation (ex. réseau de visioconférence, espaces publics numériques), social et santé (ex. visio-relais de service public Manche Santé), économie et industrie, administration (ex. plate-forme de dématérialisation, Service-public local).

Compétence assistance à l'informatique de gestion

L'historique de l'assistance informatique aux collectivités remonte à juin 1989, avec la création de l'Association départementale pour l'informatique et les techniques de communication (Aditec), à l'initiative d'élus du département de la Manche.

La principale mission de l'Aditec consistait à venir en aide aux collectivités et établissements publics de la Manche, dans le domaine informatique. L'idée de départ fut de créer un réseau d'échanges entre ces collectivités et établissements publics, autour d'outils de gestion communs. Cette démarche visait une mutualisation des coûts.

Puis, depuis le milieu des années 1990, l'Aditec a été le relais, auprès des collectivités, de la politique TIC du Conseil départemental de la Manche.

À la création de Manche numérique, l'intégralité des missions de l'Aditec perdure : la même équipe de techniciens formateurs continue à assurer ces prestations au sein du syndicat, au titre de la seconde compétence, "Assistance à l'informatique de gestion".

L'assistance informatique aux collectivités fait partie des services à caractère économique, juridiquement connus sous le vocable de "services publics industriels et commerciaux" (SPIC), dont les prestations sont payantes et couvrent normalement leurs coûts de fonctionnement.

Les activités exercées dans ce cadre sont soumises à un régime juridique particulier, différent de celui des autres activités de Manche numérique (ex.: développement des usages, déploiement des infrastructures haut débit).

Procès

En 2020, l'entreprise Manche Haut Débit du groupe Nomotech assigne Manche numérique devant le tribunal administratif de Caen, lui reprochant de lui avoir fait perdre beaucoup d'argent par ses « retards » et ses « manquements graves » dans sa mission de déploiement de la fibre optique [6]. Elle lui réclame 7,3 millions d'euros de dommages intérêts. Finalement, le 2 juin 2021, une transaction amiable a lieu entre les deux sociétés qui aboutit à ce que Manche numérique indemnise Manche Haut Débit de 4 millions d'euros [7].

Présidents

Administration

Directeur général des services :

Adresse : zone Delta
235, rue Joseph-Cugnot
50000 Saint-Lô
Tél. 02 33 77 83 60

Notes et références

  1. « La Manche, un territoire aménagé en internet très haut débit », Ouest-France, 24 juin 2021.
  2. Cyrille Calmets, « Manche numérique perd la moitié de ses agents », Ouest-France, site internet, 14 novembre 2020.
  3. 3,0 et 3,1 Christophe Leconte, « Manche numérique : “Des ambitions en parties irréalisables” », Ouest-France, site internet (lire en ligne).
  4. Pleine page de publicité dans la presse (Ouest-France, La Manche Libre, La Gazette de la Manche), 7 février 2020.
  5. 5,0 5,1 et 5,2 Christophe Leconte, « Manche numérique : une critique des années 2010 », Ouest-France, site internet, 20 octobre 2021.
  6. « Déploiement de la fibre : l'exploitant réclame plusieurs millions d'euros à Manche Numérique », La Presse de la Manche, site internet, 11 décembre 2020.
  7. « Un compromis à 4 millions d'euros entre Manche Numérique et Manche Haut Débit », La Presse de la Manche, site internet, 3 juin 2021.
  8. « Numérique : "Non, la Manche n'est pas en retard" », Ouest-France, 29 octobre 2019.

Lien interne

Lien externe