Manche Telecom

De Wikimanche

Révision datée du 15 novembre 2020 à 08:54 par Teddy (discussion | contributions) (rallonge budgétaire)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Manche Telecom est une entreprise de la Manche située à Saint-Lô.

Le capital de l'entreprise est détenu à 70 % par LD Collectivités, filiale du groupe SFR, et pour le reste par la Caisse des dépôts et consignations.

Elle est créée le 7 juin 2006 pour assurer l'aménagement numérique de la Manche dans le cadre d'une délégation de service public, signée le 10 février 2006, confiée par les collectivités territoriales du département regroupées au sein du syndicat mixte Manche numérique.

Elle utilise pour ce faire trois techniques :
- la fibre optique avec un très haut débit allant jusqu'à 100 méga
- l'ADSL (Asymetric Digital Subscriber Line)
- le WifiMax (technologie de communication par radio utilisant les ondes hertziennes)

En décembre 2009, 4 000 foyers de Saint-Lô sont équipés d'une prise à très haut débit [1].

La concession confiée à Manche Telecom est signée jusqu'en février 2021. En novembre 2020, elle est prolongée jusqu'au 31 décembre suivant [2]. Au-delà, Manche numérique devrait prendre la suite de Manche Telecom.

La couverture totale du département, soit 320 000 prises, est programmée pour 2029. Le coût de l'opération est estimé à 429 millions d'euros (148 millions pour la première phase et 281 millions pour la deuxième phase). En 2019, une rallonge de 42 millions est votée par le Conseil départemental de la Manche [3].

Chiffre d'affaires

Son chiffre d'affaires est de 21 millions d'euros en 2018 (14,6 M€ en 2017).

Administration

Adresse : 114, rue du Maréchal-Juin
50000 Saint-Lô
Tél. 02 33 56 88 35

Notes et références

  1. « De l'internet dix fois plus rapide à Saint-Lô », Ouest-France, 3 décembre 2009.
  2. Cyrille Calmets, « Manche numérique : une étude sur le réseau de Manche Telecom », Ouest-France, site internet, 14 novembre 2020.
  3. Christophe Leconte, « Fibre optique : un besoin complémentaire de 42 millions », Ouest-France, site internet, 29 mars 2019.

Lien externe