Maison Jacques-Prévert

De Wikimanche

Révision datée du 16 janvier 2021 à 11:45 par Yane (discussion | contributions) (MàJ et carte)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)
La maison de Prévert à Omonville-la-Petite.
Le salon.

La Maison Jacques-Prévert est le nom donné à l'habitation où le poète Jacques Prévert (1900-1977) passe les dernières années de sa vie et où il est mort. Elle est située dans la commune d’Omonville-la-Petite, au nord-ouest de la presqu’île du Cotentin.

Histoire

Jacques Prévert acquiert cette maison en 1971, sur les conseils de son ami le décorateur Alexandre Trauner. Il y meurt en 1977 et sa femme, Janine, en 1993.

La maison devient un musée géré par le Conseil général de la Manche, dans le cadre du réseau départemental des sites et musées de la Manche, avec le concours de la société Fatras-Succession Jacques Prévert. Elle conserve des collages, livres, mobiliers et objets personnels du couple.

En 2008, l'illustratrice Jacqueline Duhême expose soixante images originales à l'occasion de l'exposition "Jacqueline Duhême, Jacques Prévert en images".

À l'automne 2016, la petite-fille du poète Eugénie Bachelot-Prévert décide de retirer de la maison les 350 objets personnels du poète qui y sont exposés [1]. Elle entend ainsi protester contre la pose, dans le parc municipal, d'une statue de Christine Larivière représentant Jacques Prévert et Alexandre Trauner, qu'elle juge « dégradante » [1]. Une pétition pour que soit retirée la statue est même lancée [2]. Lors de cette polémique, le beau-fils d'Alexandre Trauner, Didier Naert, est solidaire d'Eugénie Bachelot-Prévert[3].

Visite

Avant tout maison d’artiste, la dernière demeure de Jacques Prévert est aussi un lieu de mémoire où l’on découvre la vie et l’œuvre de ce personnage au travers d'expositions[4].

On peut voir quelques exemples de l'œuvre multiple que Jacques Prévert a laissée, issus des collections départementales, dans les différentes pièces de la maison : collages, éditions originales de recueils de poèmes, livres d’artiste en collaboration avec Picasso, Ernst, Miró, etc.[4].

La pièce maîtresse de la maison est son atelier, au premier étage, dans lequel l'artiste passait beaucoup de temps. C'est sur la table de cet atelier qu'il continua, jusqu’à la fin de sa vie, à écrire et rassembler des matériaux pour ses collages. Car Jacques Prévert écrit encore : il publie ses derniers textes. Et plus que jamais, à Omonville, il se passionne pour les collages, qu'il offre et dédicace à ses proches et moins proches[4].

Administration

Chargement de la carte...

Adresse : Maison Jacques-Prévert
3 Hameau du Val
50440 Omonville-la-Petite
Tél : 02 33 52 72 38
Fax : 02 33 93 20 43
Courriel : musee.omonville@manche.fr

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 Gilles Collas, « La maison Prévert vidée de son mobilier », Ouest-France, 23 novembre 2016.
  2. Claire Bommelaer, « Prévert: la sculpture de la discorde », Le Figaro, 18 mai 2016, site internet, (lire en ligne).
  3. « La petite-fille de Jacques Prévert en guerre contre une statue », BFMTV, 22 avril 2016 (lire en ligne).
  4. 4,0 4,1 et 4,2 Direction des sites et musées, Conseil général de la Manche.

Lien interne

Liens externes