Louis Richard : Différence entre versions

De Wikimanche

m (màj)
(Notes et références)
Ligne 1 : Ligne 1 :
'''Louis Richard''', {{date naissance|12|12|1900|Cherbourg}}, {{date décès|8|8|1942}}, est un résistant déporté de la [[Manche]].
+
'''Louis Richard''', {{date naissance|12|12|1900|Cherbourg}} et mort le {{date décès|8|8|1942}}, est un résistant déporté de la [[Manche]].
 
[[Fichier:Richard11.jpg|thumb|150px|Auschwitz le 8 juillet 1942. ]]
 
[[Fichier:Richard11.jpg|thumb|150px|Auschwitz le 8 juillet 1942. ]]
  
Ligne 17 : Ligne 17 :
 
==Hommage==
 
==Hommage==
 
Le [[9 juillet]] [[1956]], le conseil municipal du Havre donne son nom à une rue du  quartier de Graville-Sainte-Honorine.
 
Le [[9 juillet]] [[1956]], le conseil municipal du Havre donne son nom à une rue du  quartier de Graville-Sainte-Honorine.
 +
 +
{{Notes et références}}
  
 
==Sources==
 
==Sources==
 
* Fondation pour la mémoire de la déportation.
 
* Fondation pour la mémoire de la déportation.
 
* [http://old.memoirevive.org/spip.php?article289 Convoi des 45000 sur Mémoire vive]
 
* [http://old.memoirevive.org/spip.php?article289 Convoi des 45000 sur Mémoire vive]
 
==Notes et références==
 
<references />
 
  
 
==Lien interne==
 
==Lien interne==

Version du 13 octobre 2019 à 14:11

Louis Richard, né à Cherbourg le 12 décembre 1900 et mort le le 8 août 1942, est un résistant déporté de la Manche.

Auschwitz le 8 juillet 1942.

Biographie

Louis Richard est métallurgiste-monteur à l’usine des Tréfileries et Laminoirs du Havre (Seine-Maritime). Il fait partie de la Commission exécutive du Syndicat des Métaux du Havre. Il est communiste. Pendant l’occupation, il tente de reconstituer le syndicat en se servant de sa couverture légale et fait partie des francs-tireurs.

Début juillet 1941, la Gestapo l’arrête en même temps que plusieurs responsables du Syndicat des Métaux et le conduit à la prison Bonne-Nouvelle de Rouen. Au moment de son arrestation, il est domicilié au 76, boulevard Sadi-Carnot, à Graville-Sainte-Honorine (Seine-Maritime).

Il est transféré le même mois au camp allemand de Royallieu à Compiègne (Oise). Là, Georges Cogniot, dirigeant du parti communiste clandestin, mais également premier interlocuteur de la direction allemande du camp, le fait désigner aux cuisines pour contribuer à distribuer des portions équitables. Dès le 8 décembre 1941, Louis Richard figure sur une liste de 28 communistes à transférer vers l’Est, établie par la Feldkommandantur de Rouen.

Entre fin avril et fin juin 1942, il est sélectionné avec plus d’un millier d’otages désignés comme communistes et une cinquantaine d’otages désignés comme juifs dont la déportation a été décidée en représailles des actions armées de la résistance communiste contre l’armée allemande[1].

Le 6 juillet 1942, il est déporté à bord du convoi qui gagne le camp d'extermination d'Auschwitz-Birkenau (Allemagne). Aumont, Bonnifet, Breton, Cadiou, Cardin, Cariou, Datin, Doucet, Fouquet, Hamel, Hodiesne, Lebreton, Édouard et Maurice Lechevalier, Lecrées, Leriche, Levaufre, Longle, Marie, Mauger, Michel, Morin, Passot, Paouty, Picquenot, Siouville, Truffert font aussi partie de ce convoi.

Le 8 juillet 1942, Louis Richard est enregistré au camp souche d’Auschwitz sous le numéro 46053 [2]. Il y meurt le 8 août 1942.

Hommage

Le 9 juillet 1956, le conseil municipal du Havre donne son nom à une rue du quartier de Graville-Sainte-Honorine.

Notes et références

  1. En application d’un ordre de Hitler
  2.  Ce matricule sera tatoué sur son avant-bras gauche.

Sources

Lien interne