Louis Durel : Différence entre versions

De Wikimanche

(Lien interne)
m (màj)
Ligne 1 : Ligne 1 :
'''Louis Durel''', né à [[Octeville]] le [[5 juillet]] [[1901]] et mort au camp de concentration de Lublin-Majdaneck (Pologne) le [[29 février]] [[1944]], est un déporté de la [[Manche]].
+
'''Louis Durel''', {{date naissance|5|7|1901|Octeville}}, mort au camp de concentration de Lublin-Majdaneck (Pologne) {{date décès|29|2|1944}}, est un déporté de la [[Manche]].
  
 
Louis Durel part en déportation avec un convoi de 941 hommes qui quitte Compiègne-Royallieu (Oise) le [[20 avril]] [[1943]] à destination du camp de concentration de Mathausen (Autriche). Parmi les autres déportés se trouvent les Manchois : [[Francis Bourges|Bourges]], [[Yves Cléret|Cléret]], [[Roger Jeanne|Jeanne]], [[René Lecerf|Lecerf]] et [[Charles Pichard| Pichard]].
 
Louis Durel part en déportation avec un convoi de 941 hommes qui quitte Compiègne-Royallieu (Oise) le [[20 avril]] [[1943]] à destination du camp de concentration de Mathausen (Autriche). Parmi les autres déportés se trouvent les Manchois : [[Francis Bourges|Bourges]], [[Yves Cléret|Cléret]], [[Roger Jeanne|Jeanne]], [[René Lecerf|Lecerf]] et [[Charles Pichard| Pichard]].
Ligne 17 : Ligne 17 :
 
[[Catégorie:Biographie]]
 
[[Catégorie:Biographie]]
 
[[Catégorie:Déporté de la Manche]]
 
[[Catégorie:Déporté de la Manche]]
[[Catégorie:Naissance à Cherbourg-en-Cotentin]]
 

Version du 9 janvier 2019 à 09:00

Louis Durel, né à Octeville le 5 juillet 1901, mort au camp de concentration de Lublin-Majdaneck (Pologne) le 29 février 1944, est un déporté de la Manche.

Louis Durel part en déportation avec un convoi de 941 hommes qui quitte Compiègne-Royallieu (Oise) le 20 avril 1943 à destination du camp de concentration de Mathausen (Autriche). Parmi les autres déportés se trouvent les Manchois : Bourges, Cléret, Jeanne, Lecerf et Pichard.

À son arrivée au camp, il se voit attribué le numéro matricule 28015. Louis Durel passe par Buchenwald puis par le camp d'extermination de Lublin-Majdaneck où début 1944, les déportés malades des autres camps subissent des sélections allant jusqu'à 100% d'extermination.

Il y décède le 29 février 1944.

Sources

  • Fondation pour la mémoire de la déportation.

Liens internes