Louis Chauvois : Différence entre versions

De Wikimanche

(MeF)
 
Ligne 47 : Ligne 47 :
  
 
==Bibliographie==
 
==Bibliographie==
* Huard Pierre. « Le Docteur Louis Chauvois (1881-1972) », ''Revue d'histoire des sciences'', tome 25, n°3, 1972. pp. 278-282. [https://www.persee.fr/doc/rhs_0151-4105_1972_num_25_3_3297 ''(lire en ligne)'']
+
* Huard Pierre, « Le Docteur Louis Chauvois (1881-1972) », ''Revue d'histoire des sciences'', tome 25, n°3, 1972. pp. 278-282. [https://www.persee.fr/doc/rhs_0151-4105_1972_num_25_3_3297 ''(lire en ligne)'']
 +
* Jean Thêodoridès, « Éloge du Docteur Louis Chauvois (1881-1972) », ''Histoire des sciences médicales'', n° 6, p.187-194, 1972
  
 
{{Notes et références}}
 
{{Notes et références}}

Version actuelle datée du 1 juillet 2020 à 11:37

Louis Marie Lucien Adolphe Chauvois, né à Saint-James le 11 février 1881 [1] et mort à Paris le 10 janvier 1972 [1], est une personnalité scientifique de la Manche.

William Harvey lui doit sa notoriété française

Louis Chauvois commence ses études à Saint-James, puis à Rennes, à Saint-Martin et à Saint-Vincent avant d’intégrer la faculté où il fait ses deux premières années de médecine [2]. Il vient en 1902 à Paris, pour y obtenir les grades médicaux les plus élevés.

De 1930 à 1939, il est l’élève du célèbre professeur d’Arsonval au laboratoire du Collège de France dont il tire un ouvrage de 500 pages consacré à son maître sous le titre D’Arsonval, 65 ans à travers la science [2].

Spécialiste des voies digestives et de nutrition, le docteur Louis Chauvois consacre une large part de sa longue existence à l’étude des théories de William Harvey qui fut le découvreur de la circulation sanguine. Son nom est donné au centre de réadaptation cardiologique de Marchésieux [2].

Son livre William Harvey, sa vie et son temps, ses découvertes et sa méthode lui vaut en 1957 les trois prix prestigieux de l’Académie française, de l’Académie des sciences et de l’Académie nationale de médecine [2].

Sa parfaite connaissance du latin lui a permis de traduire toute l’œuvre de Harvey. Les membres britanniques de la Harveian Society vinrent lui demander de se rendre à Londres pour sonner la cloche au-dessus du cimetière où repose William Harvey, en récompense de son remarquable ouvrage [2].

La place manque ici pour citer toutes ses autres publications. Citons néanmoins La Constipation, danger social, Ce qu’il faut connaître pour bien se porter, Machines humaines et machines automobiles [2].

Il est également un conférencier recherché et novateur réalisant des films d’enseignement.

C’est Jean Rostand qui prononce en 1960 le discours de son jubilé à la Faculté de médecine de Paris. Le docteur Chauvois fut aussi directeur-adjoint du Laboratoire de physique biologique des Hautes études, lauréat de l’Institut et de l’Académie de médecine et membre d’honneur de la Harveian Society [2].

Publications

Ouvrages du docteur Louis Chauvois[3] :

  • Les régimes des diabétiques : V alimentation hydrocarbonée, Paris, Baillière, 1908.
  • Un danger social : la constipation, Paris, Maloine, 1923 ; 2e éd., 1931.
  • La machine humaine enseignée par la machine automobile, Paris, 1926.
  • Motifs erronés pour lesquels Harvey a mis au cœur la « Source du sang », Paris, Masson, 1931 (extrait de Presse médicale, 1931, n° 70).
  • Ce qu'il faut connaître de soi pour se bien porter, Paris, 1932.
  • La circulation du sang. Schéma nouveau, Paris, Baillière, 1933.
  • Machine humaine et machine automobile. Tableau mural en couleurs et avec notice pour l'enseignement dans les familles et les écoles, Paris, Nathan, 1934.
  • Pour comprendre nos systèmes nerveux, Paris, 1934.
  • D'Arsonval. Soixante-cinq ans à travers la science, Paris, Oliven, 1937.
  • Les dessanglés du périnée, Paris, 1938.
  • D'Arsonval. Une vie, une époque (1851-1940), Paris, Pion, 1941.
  • Les dessanglés du ventre. Maladies par relâchement des parois et des organes abdominaux, Paris, Maloine, 1923 ; 2e éd., 1929; 3e éd., 1942.
  • Louis-Charles Bailleul (1876-1941), Paris, 1942.
  • Place aux veines. Rôle initial et primordial du secteur veineux dans le circuit sanguin, Paris, Legrand, 1951.
  • Nouvelle traduction française des lettres latines de 1649 de Harvey à Riolan, Paris, 1953.
  • William Harvey (1578-1657 ). Sa vie, son temps, ses découvertes, sa méthode, Paris, Société d'Edition d'enseignement supérieur, 1957.
  • William Harvey : his life and times, his discoveries, his methods, London, Hutchinson, 1957.
  • Un grand humaniste : William Harvey (1578-1657 ), et la découverte de la circulation du sang, Alençon, Impr. alençonnaise, 1957 (Conférences du Palais de la Découverte. D. n° 53).
  • Histoire merveilleuse de Zénobe Gramme, inventeur de la dynamo, Paris, Blanchard, 1963.
  • Zénobe Gramme, créateur de la dynamo industrielle, Paris, Librairie du Palais de la Découverte, 1965 (Conférences du Palais de la Découverte. A 303).
  • Descartes. Sa « Méthode » et ses erreurs en physiologie, Paris, Edition du Cèdre, 1966.

Le Docteur Louis Chauvois a également écrit des articles pour diverses revues médicales.

Bibliographie

  • Huard Pierre, « Le Docteur Louis Chauvois (1881-1972) », Revue d'histoire des sciences, tome 25, n°3, 1972. pp. 278-282. (lire en ligne)
  • Jean Thêodoridès, « Éloge du Docteur Louis Chauvois (1881-1972) », Histoire des sciences médicales, n° 6, p.187-194, 1972

Notes et références

  1. 1,0 et 1,1 « Acte de naissance n° 26 », Archives de la Manche, archives communales de Saint-James, registre de l'état-civil des NMD (1878-1882), 3E 487/16, page 317/464.
  2. 2,0 2,1 2,2 2,3 2,4 2,5 et 2,6 Dictionnaire des personnages remarquables de la Manche, tome 4, sous la direction de René Gautier.
  3. « Bibliographie des ouvrages du docteur Louis Chauvois établie par Mme Nicole Genty conservateur de la Bibliothèque de l'Académie nationale de Médecine. », Revue d'histoire des sciences, tome 25, n°3, 1972. pp. 281-282.