Différences entre les versions de « Jean Regnault de Segrais »

De Wikimanche

(img / liens)
(+ cat.)
 
(6 versions intermédiaires par 4 utilisateurs non affichées)
Ligne 1 : Ligne 1 :
[[Fichier:Jean Renaud de Segrais.jpg|thumb|Jean Regnault de Segrais]]
[[Fichier:Jean Renaud de Segrais.jpg|thumb|180px|Jean Regnault de Segrais.]]
'''Jean Regnault de Segrais''', né à Caen le 22 août [[1624]], décédé en cette ville le 25 mars [[1701]], est une personnalité liée au département de la [[Manche]].
'''Jean Regnault de Segrais''', né à Caen (Calvados) {{date naissance|22|8|1624}}, mort en cette ville {{date décès|25|3|1701}}, est une personnalité liée au département de la [[Manche]].


Pendant ses études à Caen, il compose plusieurs poèmes, un roman et une tragédie. En [[1647]], il se rend à Paris et demeure pendant vingt-quatre ans au service de la duchesse de Montpensier.
Pendant ses études à Caen, il compose plusieurs poèmes, un roman et une tragédie. En [[1647]], il se rend à Paris et demeure pendant vingt-quatre ans au service de la duchesse de Montpensier.
Ligne 14 : Ligne 14 :
{{DEFAULTSORT:Regnault de Segrais, Jean}}
{{DEFAULTSORT:Regnault de Segrais, Jean}}
[[Catégorie:Écrivain de la Manche]]
[[Catégorie:Écrivain de la Manche]]
[[Catégorie:Biographie]]
[[Catégorie:Noble de la Manche]]
[[Catégorie:Noble de la Manche]]
[[Catégorie:Décès à 76 ans]]

Version actuelle datée du 26 janvier 2021 à 12:55

Jean Regnault de Segrais.

Jean Regnault de Segrais, né à Caen (Calvados) le 22 août 1624, mort en cette ville le 25 mars 1701, est une personnalité liée au département de la Manche.

Pendant ses études à Caen, il compose plusieurs poèmes, un roman et une tragédie. En 1647, il se rend à Paris et demeure pendant vingt-quatre ans au service de la duchesse de Montpensier.

Il oublie l'état ecclésiastique auquel on le destine et traduit Virgile. Il publie Les Nouvelles françaises (historiettes et portraits de femmes de la cour).

Jean Regnault de Segrais est élu membre de l'Académie française en 1662.

En 1678, il épouse une de ses cousines, une riche héritière, Claude Acher, parente de l'abbé de Saint-Pierre et descendante de Lucas Acher. Il devient par ce mariage seigneur du Mesnil-Vitey à Airel où le couple fait salon et reçoit la bonne société.

Lorsqu'il s'éteint, il laisse derrière lui une réputation de bonté et de candeur.