Jean Henry d'Anneville

De Wikimanche

Révision datée du 8 août 2022 à 19:25 par MomoBot (discussion | contributions) (Remplace DEFAULTSORT par CLEDETRI)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Jean Henry d'Anneville, né à Tamerville le 3 mars 1723 [1] et mort à Strasbourg (Bas-Rhin) le 20 juillet 1744, est une personnalité militaire de la Manche.

Biographie

Il est le frère de Guillaume René d'Anneville.

Fin 1742, il est fait lieutenant de dragons après avoir été blessé à la tête d'une balle le 5 juillet, en forçant, avec l'armée commandée par le Maréchal de Coigny, les lignes de Lauterbourg pour en chasser celle du Prince Charles de Lorraine.

Il décède de cette blessure le 10 juin 1744[2].

Un baptême particulier

Son baptême est l'exemple typique d'une pratique aristocratique particulière vis à vis des règles canoniques de l'église. Il est « ondoyé » le 3 mars « dans la chapelle » (donc probablement dans la chapelle du Château de Chiffrevast) et baptisé seulement le 8 mai[3]. Certainement le temps d'attendre que le prestigieux parrain daigne se déplacer : Jean-Baptiste Bazan, marquis de Flamanville.

Or il faut rappeler que « l'ondoiement » n'est normalement pratiqué qu'en cas de « péril de mort » au moment de la naissance, habituellement prononcé par la sage-femme ou le médecin. C'est une sorte de procédure d'urgence permettant au petit d'accéder au paradis et de ne pas rester dans les limbes. Ce qui n'est pas le cas en l'occurrence et constitue donc une transgression remarquable des règles de la « sainte Église catholique ».

Notes et références

  1. Acte d'ondoiement – Page 48/212.
  2. Jean-François-Louis d'Hozier (1733-1811), L'impôt du sang, ou La noblesse de France sur les champs de bataille Tome 1,Partie 1 , p. 44 / J.-François d'Hozier ; publié par Louis Paris, sur le manuscrit unique de la Bibliothèque du Louvre, brûlé dans la nuit du 23 au 24 mai 1871, sous le règne de la Commune (lire en ligne).
  3. Acte de baptême

Lien externe