Jean-Jacques Roquebert

De Wikimanche

Révision datée du 3 janvier 2019 à 12:55 par Teddy (discussion | contributions) (màj)
(diff) ← Version précédente | Voir la version actuelle (diff) | Version suivante → (diff)

Jean-Jacques Léon Roquebert, né à Paris le 21 décembre 1880, mort le 21 mars 1963, est une personnalité militaire et scientifique liée au département de la Manche.

Élève de l'école polytechnique en octobre 1899, il opte pour le Génie maritime. Il est nommé ingénieur de 3e classe le 1er octobre 1901.

En octobre 1903, nommé ingénieur de 2e classe, il est affecté à l'arsenal de Cherbourg où il travaille sur les torpilleurs. Il se consacre ensuite aux sous-marins qui deviendront sa spécialité.

Ingénieur de 1ère classe le 10 novembre 1906, il est chargé des cours de charpentage, d'électricité et de géométrie descriptive à l'École secondaire de Maistrance.

Ingénieur principal le 21 août 1914, pendant le Première Guerre mondiale, il est nommé à Paris au service technique des constructions navales. Il y étudie la reconstitution de la flotte des sous-marins. Il élabore les plans de la majeure partie des bâtiments des classes Requin, Redoutable et des mouilleurs de mines type Rubis et Minerve.

En 1933, il devient directeur des constructions navales du 3e arrondissement maritime à Lorient (Morbihan).

En 1936, directeur des constructions navales du 2e arrondissement maritime à Brest (Finistère), il accélère les travaux d'achèvement du cuirassé Richelieu, qui prend la mer en juin 1940.

À Brest après la défaite de 1940, il s'oppose aux exigences allemandes. Arrêté en septembre, il est libéré sur intervention gouvernementale.

Inspecteur général des constructions navales à l'Amirauté, il quitte le service actif en décembre 1942.

Source

- Geneatnet consulté le 8 octobre 2013.